:: Kii :: Val de l'Aube Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Flying away | feat. Maru

avatar
Or : 245
Métier : Prêtre
Sexualité : Hétéro
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Juin - 0:34
FLYING AWAYMatin de Printemps
Le village s'éloignait peu à peu, ne devenant qu'un point à l'horizon encore ombré des couleurs de la nuit, jusqu'à devenir qu'un souvenir entre les rochers et les replis de la montagne. Le soleil n'avait pas encore traversé le panorama qui s'étalait à perte de vue. Le ciel était d'un bleu nuit éclairci et malgré les quelques étoiles brillantes, il ne faisait aucun doute que le jour allait bientôt se lever.

Tes yeux étaient rivés sur les pierres qui parsemaient ton chemin. Ton esprit, perdu dans des pensées insignifiantes, se forçait à penser à tout sauf à ton village. Je ne t'en ai pas voulu. Les Humains s'attachent toujours à des choses sans importances. Quelles créatures misérables...

Tu faisais attention à ne glisser sur les graviers. Il n'y avait pas de véritable chemin, après tout. Juste une pente abrupte. Un seul faux pas pouvait mener à une chute misérable et si la chance n'était pas de ton côté, mortelle. Le vent faisait flotter ta longue chevelure noire dans ton dos. Tout comme les manches de l'habit tradition de Prêtre qui ressemblaient à des ailes blanches portées par son souffle. Tes bagages étaient fixés sur ton dos dans une couche de cuir. Tu n'avais presque rien pris avec toi mais tu avais tellement perdu l'habitude des entraînements intensifs, que tes jambes te lançaient. Sans oublier la vigilance que tu devais faire preuve pour ne pas tomber, le fait qu'il faille plier continuellement les genoux pour rester droit ou tes habits qui t'étouffaient.
Malgré cela, tu refusais de te reposer.
Tu ne voulais pas montrer de trace de fatigue ou de la douleur ! Cela signifierait que tu n'étais pas fait pour partir. Que Zenjiro avait raison et, c'était sans doute puéril, mais tu n'avais jamais accepté avoir tord si ton ami d'enfance était impliqué. Puis, si tu ne t'asseyais qu'une seule fois, tu montrerais ta faiblesse à la gamine.

La gamine. Tu le pouvais pas l'oublier. Zenjiro, ce si attentionné Général, avait tenu contre toute ta colère et frustration que si tu quittais Kii, tu le ferais avec un guide. Cependant, tu n'étais pas dupe. Il ne s'agissait pas simplement d'un ... guide pour l'accompagner. Maru faisait office de garde du corps et de gardienne. Ce que tu trouvais particulièrement humiliant ! Tu étais un adulte parfaitement capable de te défendre seul ! Et encore moins d'être protégé par une môme de la moitié ta cadette. Mais visiblement, le Seigneur du peuple de la montagne était aussi têtu que toi. Au moins, ton ami n'avait pas alerté tout le Conseil.

Tu fixais le dos de la fille avant de revenir sur le sol. Ton visage arborait une moue concentrée. Zenjiro avait dû la prévenir hier soir après votre entrevue... Il lui avait sûrement donner des impératifs ou des conseils pour te préserver et rien que d'y penser, ta rage emplit ton cœur.  

Tu regrettais presque de ne pas avoir accepté de recevoir un Pokémon pour t'accompagner. Ton ami n'aurait peut-être pas insisté pour être suivi par la petite brute.

Cette dernière, habituée à parcourir la lande et les paysages divers, marchait quelques mètres devant toi pour t'ouvrir la voie. Tu n'avais aucune envie de parler à cette petite don tu avais appris les bases du combat avant de renoncer à ta profession d'Entraîneur. Ho... tu ne pouvais pas t'imaginer rester avec elle plus de trois jours ! C'était toi qui avait commencé à lui tirer les joues ! Il fallait que tu lui fausses compagnie sans tarder... et je ne pouvais qu'approuver cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 140
Métier : Exploratrice
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 21:55
flying away

C’était assez étrange d’escorter un Prêtre… surtout LE Prêtre de Kii. Il fallait le dire, je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir minuscule à côté, rien qu’en taille et surtout que je n’étais qu’une exploratrice qui n’avait pas vraiment d’importance au sein de mon village – contrairement à cet homme dont tout le monde connaissait l’existence.

J’eus un petit sourire en observant Aoko, ma fidèle Machoc, qui sautillait et avançait beaucoup plus vite que nous. Bien qu’agile, je pris mes précautions et fit tout de même attention aux petits cailloux qui pouvaient vite glisser sous les pieds. J’aimais cette sensation de liberté, de danger, d’être loin des bruyants habitants du village, ça me redonnait toujours plus d’énergie.

Bon, ça ne devait pas être le cas de mon « client » derrière moi, pour un Prêtre il ne semblait pas être en paix avec lui-même. Ce dernier semblait plus morose que jamais et n’avait pas parlé de tout le trajet. Le reste du voyage risquait d’être un poil gênant s’il continuait à jouer les muets, surtout que je ne savais jamais quoi dire en présence d’inconnus. Après tout, je n’étais pas là pour faire la conversation… le général de Kii m’a quand même demandé de l’amener quelque part (et où, je ne sais pas) en échange d’une vingtaine d’or.

Et d’ailleurs, le général semblait plutôt inquiet lorsqu’il vint me demander la faveur (à une heure du matin, n’oublions pas). Il était venu de lui-même jusqu’à ma maison près de l’étang ! Était-ce si confidentiel que ça pour que le Dragon ne vienne même pas avec lui ? Ce que je trouvais encore plus bizarre, c’était que j’avais le titre de gardienne. N’était-il pas doué de ses mains pour se défendre ? Je n’étais pas si forte que ça, ma spécialité c’était plutôt taper dans le tas.

Je ne savais même pas où est-ce que j’étais supposée l’amener ! Je prenais juste un chemin que je savais prudent et que j’empruntais souvent, histoire de nous éloigner de Kii comme avait ordonné le général. Ce qui était certain, c’est que le Prêtre devait savoir où aller et s’il ne disait rien, ça voulait dire qu’on était sur la bonne route.

Bien que peu sociale, je ne supportais pas le silence. Alors, je reculais jusqu’à me mettre à côté du Prêtre et toussota, comme si je cherchais un sujet de conversation.

— D’habitude, je n’escorte pas les gens, commençais-je, un peu bêtement.

Je me tus, les joues un peu rouges de gêne. Je disais vraiment n’importe quoi et peut-être était-il vraiment muet, j’allais vraiment me sentir bête si c’était le cas. Discrètement, mon regard se déplaça vers lui. Son visage me paraissait familier mais c’était probablement parce qu’il était connu.

— Vous savez vous battre ? La semaine passée il y avait des bandits mais je ne sais pas s’ils sont partis…

Avant qu’il puisse répondre (s’il avait une langue), j’enchaînais :

— Enfin, vous êtes un Prêtre alors vous ne prônez peut-être pas la violence, toussotais-je, m’enfonçant.

Et dire qu’il était avec la « brute » du village… quel contraste.  
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 245
Métier : Prêtre
Sexualité : Hétéro
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Sep - 23:01
FLYING AWAYMatin de Printemps
Tu n'avais aucune envie de parler. Tu préférais amplement insulter mentalement ton Général, en évitant à tout pris de te rompre le cou trois mètres plus bas. La voix de Maru n'était qu'un piaillement en bruit de fond. Bavarde, elle ne semblait pas s'arrêter et je m'étonna même que tu ne réagisses pas lorsqu'elle imaginait que tu n'avais aucune capacité en combat.
Ironie du sort.
Cependant, ce n'était pas la première fois que tu arborais ces yeux vitreux et perdus. Tu avais et perfectionné cette attitude lors des Conseils des Anciens. Tu savais que ton avis leur importait peu et que quoi que tu dises, les commentaires négatifs allaient fuser. Désormais, tu étais passé Maître dans l'art d'être ailleurs en ayant les deux pieds sur terre !

Tu tentas d'écarter les brides d'inquiétude qui s'immisçaient dans ton esprit. Le village était loin. Les Anciens et plus aucun membre du village pouvait t'atteindre. Seulement cette gamine qui ne t'arrivait pas aux épaules... Son Pokémon, une jeune Machoc, était dans son élément et ne s'embêter pas des soucis des bipèdes étranges.

Ce chemin était escarpé et ta tenue n'aidait en rien ta progression mais c'était la route la plus rapide pour descendre des montagnes. Sans doute une des multiples directives de Zenjiro. Cela ne t'étonnait guère. Sûrement souhaitait-il que ton aventure se finisse au plus vite pour que tu puisses rentrer au bercail. Malheureusement pour lui, j'avais d'autres projets futurs pour toi. D'autant plus que je ne pouvais que rire de l'idiotie de l'humain : si tu mourrais à cause de ses raccourcis stupides, vous ne vous reverrez jamais.

J'étais assez confiant en tes capacités. La puissance de ton peuple n'avait d'égale que son respect de l'Histoire. Mais, je crûs, un instant, que tu allais glisser. Ta geta se posa sur des cailloux un peu trop instables et je te sentis subitement partir en arrière. Heureusement, tu te rattrapas in extremis à un rocher beaucoup plus imposant, te laissant presque chuter de tout ton poids sur le côté pour t'empêcher d'être emporter davantage.

Tu examinas tes mains. Elles étaient blanches, douces et sans égratignures. Tu détestas cela. 

Dignement, tu te repris et te redressas avec le peu de superbe qui te restait. Ta guide t'avait vu t'étaler par terre et tu n'avais aucune envie qu'elle te sorte un commentaire moqueur. Tu plongeas tes mains dans tes manches en inspirant par le nez comme si tentais de garder ton calme.

Je ne sais pas ce que Zenjiro t'a dit, enfant, mais je n'ai pas besoin de ton aide et encore moins de ta protection.

Je peux très bien me débrouiller seul, laissais-tu sous-jacent.
Pour le lui prouver, tu continuas jusqu'à être à sa hauteur, la surplombant de ta posture longiligne. Ta colère était visible et pouvant être ressentie comme une aura sombre autour de toi.

D'ailleurs je suis curieux. Que t'a t-il dit ? Que j'étais fragile ? Que je devais manger cinq fruits et légumes par jour et me coucher après que le soleil se soit couché ?    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Kii :: Val de l'Aube-
Sauter vers: