:: Kii :: Village caché :: Terrain d'entraînement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je saurai faire de vrais hommes de vous ! // ft. Amarante

avatar
Or : 355
Origine : Scémède
Métier : Princesse
Sexualité : Hétéro
Equipe :

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Aoû - 18:03


ft. Amarante Whiterun
__________________


 
 
Nous étions enfin arrivés… marcher dans la montagne le soir, surtout après la relaxation des sources, n’était pas très agréable. Et encore, le sentier était suffisamment difficile pour nous garder éveillée, au risque de trébucher et de nous blesser. Il fallait admettre que l’anxiété du retour au village n’aidait pas non plus à rendre le trajet plaisant.
 
Heureusement, notre escorte avait promis de nous aider à nous racheter… nous n’avions qu’à espérer que tout tourne bien.
 
Nous avions vu, lors de notre visite du village, qu’il y avait un terrain d’entrainement à l’écart des habitations. Ce fut vers là que nous nous dirigeâmes ; non seulement le lieu nous donnait un bon prétexte pour combattre de manière amicale, mais nous ne risquions pas de rencontrer le Général (cet homme nous rendait toujours légèrement nerveuse) ou notre très cher Lorenzo (ce garçon nous rendait toujours légèrement énervée). Les deux avaient dû rester au cœur du village pour quelques pourparlers. C’était, en tout cas, ce qui était prévu.
 
De toute façon, Lorenzo ne prendrait pas la peine de venir nous chercher.
 
« Bien, nous y voilà ! N-n’oublie pas ce que je t’ai demandé ! »
 
Il fallait absolument qu’il se fasse passer pour Kiiois et agisse de manière parfaitement courtoise, sans quoi nous allions passer un mauvais quart d’heure. Un certain nombre de personnes s’entrainaient à l’extérieur ; certains frappaient à mains nues, d’autres portaient une large épée de bois à la main. D’autres encore entrainaient leurs Pokémon, combattant un peu à l’écart pour ne blesser personne. On y voyait de tout ; hommes, femmes, vieillards comme enfants, certains en tenues simples de coton et d’autres maquillés et vêtus d’armures de guerriers. Enfin, quelques un se reposaient, mangeant des plats sommaires pour reprendre des forces. Tiens, il n’était pas l’heure de manger, d’ailleurs ? Les promesses de repas traditionnel étaient la seule chose qui nous avait vraiment attirée à Kii, à l’origine…
 
« Tu as le choix des candidats, Godot. Le plus dur sera de choisir une discipline… En tant que Scémédais, tu devrais apprécier un combat Pokémon dans les règles de l’art, mais nous supposons que tu te défendras aussi au kenjutsu ? »
 
Peut-être maîtrisait-il quelques techniques Kiioises ? Il avait été entraîné à Scémède, mais si il avait appris à nouer un obi, cette ceinture infernale, apprendre des techniques de combat devait être un jeu d’enfant.
 
Nous regardâmes autour de nous, cherchant un visage familier. Heureusement, il n’y en avait aucun. Nous risquions sans doute d’être reconnue – dans un petit village, les rumeurs devaient courir aussi vite qu’à la cour, et ces gens renfermés ne verraient pas d’un bon œil une chevelure rousse – mais au moins, nous n’avions encore offensé personne ici. Quoiqu’un peu hésitante, nous approchâmes une femme, d’un certain âge mais encore vigoureuse, entourée de jeunes. Sans doute un vétéran devenue professeur.
 
« Excusez-nous ? Nous aimerions savoir si il serait possible de participer à un tournoi ou défier quelqu’un en duel. Pourriez-vous nommer un advers… »
 
Mais le regard noir qu’elle nous lança nous arrêta net. Uh-oh. Nous étions reconnue. Et ils semblaient toujours nous en vouloir.
 
« C-c’est que nous avions cru comprendre que l’art du combat était une importante tradition à Kii, alors… il aurait été dommage de ne pas… nous avons un champion e-et… » nous balbutiâmes.
 
Ugh ! Ca se passait aussi mal que prévu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 395
Origine : Kii
Métier : Mercenaire et Artiste
Sexualité : Hétérosexuel
Equipe : -Cyrano Taillemythes(Insécateur, ♂)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Aoû - 18:48
La brave princesse avançait, assez lentement, il fallait bien le reconnaître. Il fallait, cependant, aussi bien reconnaître qu'elle essayait, au moins, cette fois, de faire la chose par elle-même. Ainsi, elle avançait, vaillamment malgré son rang, au travers des dangereux, et hostiles chemins rocailleux de Kii. Une chance qu'elle ne m’ait point demandé de la porter. Non point que la présence d'une sublime créature contre moi m'aurait dérangé, plutôt que mon corps n'aurait probablement pas pu encaisser le choc d'un voyage tant chargé, et de probables combats qui arriveraient, à la ville.


La ville. Nous venons d'y arriver, sans encombre. La voix de mon escortée s’éleva. Elle m'intimait de ne point oublier sa demande, ce que je ne comptais pas faire, évidemment. Me faire passer pour un Kiiois, au vu de mes réelles origines, serait simple, Chers Lecteurs. Je traînais ici depuis quelque temps, j'avais pu apprendre certaines de leurs coutumes. Leur salut par exemple, la façon dont ils s'habillaient, la façon dont ils mangeaient, comment faire hara-kiri, et bien d'autres choses. Nous fîmes ensuite de multiples pas, mon escortée et moi, afin d'arriver à ce qui semblait être le terrain d'entraînement. Des guerriers, des combattantes, de tout âge, de multiples spécialités. Un régal pour les yeux, moins pour les oreilles. Des cris s’élevaient, certains justes, d'autres faux. Des corps s'agitaient, certains beaux, d'autres moins. Mais une chose était sûre, ceux qui étaient là brillaient tous de cette douce et succulente énergie : celle des gens qui veulent s'améliorer.


Moi aussi, d'ailleurs, je le souhaitais. Enfin, il fallait d'abord que je réponde à ma chère Princesse, qui venait de me causer.


-Votre Altesse, Sieur de Taillemythes ne suit pas mes ordres, il se bat de lui-même, ainsi, je ne puis être qualifié de "bon combattant pokémon". Je peux cependant affirmer que je me débrouille effectivement, en escrime comme en kenjutsu. Ainsi, les deux disciplines nous vont.


Répondis-je à la brave. Je désignais, dans le même temps Cyrano, afin qu'elle comprenne que ce "Nous" était pour lui, et moi, et que nous n'imitions, enfin que je n'imitais point, sa façon de parler. Je commençais à observer les Kiiois du coin, afin de sonder leurs techniques, et qui serait, ou non, un problème. Dans ce même temps, ma protégée se décida à aller engager les négociations. En vain. Elle ne reçut qu'un sombre regard, de la part d'une vieille Kiioise, qu'elle venait sans doute d'interrompre dans son exercice. Autour de vieille, un groupe, qui se levait, et se tournait vers ma Princesse, le regard mauvais. Ah, ça tournait mal, en effet. Je me précipitais vers le groupe, et de mes plus beaux mots, tentai de résoudre le conflit :


-Ah, ma Dame ! Lançais-je, à l'égard de la rousse, avant de reprendre:


-Ce n'est point ainsi que l'on salue, à Kii. Laissez-moi vous montrer.



Je fis la révérence, et m'inclinai respectueusement devant la vieille femme, qui était mon aînée, et devait donc être respectée. Par la même occasion, je repris la parole, à son égard, cette fois-ci :


-Mes excuses. Son but n'était point de vous offenser. Elle souhaite apprendre nos coutumes, ainsi, je lui ai proposé de passer par ici, et de... s'essayer à l'épée.


La vieille haussa un sourcil, avant de ricaner :


-Très bien. Mais si tu te bats, elle se bat aussi. Voyons ce que vaut ta petite dame en situation réelle.


Ah, ce n'était point ce que sa Majesté et moi avions convenu. Cependant, l'idée de la faire combattre était succulente. Puis les Kiiois étaient têtus, et préferaient les actes aux paroles. C'était peut-être l'occasion pour la supposée lionne de Scémède, de regagner bonne réputation en ces lieux. Évidemment, il allait falloir l'entraîner un peu. Hors de question qu'elle ne soit jetée au combat, sans aucune notion, et ne serve de mannequin de bois, ah ça, non, jamais. Je fixai la Princesse, puis la vieille, avant de finalement lâcher:


-Fort bien, Madame. Pourriez-vous nous apporter de l'équipement, et nous laisser quelque temps ? La dame aurait besoin de quelques échauffements, et révisions, afin de vous montrer le meilleur dont elle est capable !


La peau ridée de la femme se déforma de plus belle, sous son ricanement, plus puissant. Et elle nous tourna le dos, avant de donner des ordres à son groupe. "Allez me chercher deux katanas, deux naginatas, et de quoi la protéger."


Elles étaient parties, et la situation semblait apaisée. Je me tournais vers ma Princesse, et lui sourit :


-Et bien, Votre Altesse, prête à vous entraîner un peu, et à leur montrer de quoi est capable la Lionne de Scémède ?






Remerciements:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 355
Origine : Scémède
Métier : Princesse
Sexualité : Hétéro
Equipe :

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Aoû - 21:17


ft. Amarante Whiterun
__________________


 
  
   
Fort heureusement (et comme nous l’espérions un peu), notre champion intervint, nous expliquant… comment saluer. Hmpf ! Nous le savions très bien, nous nous étions cogné la tête contre suffisamment de têtes aux cheveux noirs pour cela. Ce n’était juste… pas spontané, voilà tout. Cependant, il s’empressa également de préciser nos intentions. Comme si une adorable princesse telle que nous pouvait se présenter avec de mauvaises intentions. Ce n’était pas parce qu’on les avait traités de sauvages que nous leur voulions du mal, enfin !
 
Et si ce message eut l’effet escompté, il en eut un autre bien moins… prévisible.
 
On nous demandait de combattre ?
 
Ce n’était pas du tout ce que nous avions convenu ! Nous n’étions pas censée avoir entraîné Narcisse, et de toute manière, ils voyaient bien que c’était un incapable ! Mais la situation empira lorsque nous comprîmes ce qu’elle voulait réellement dire en parlant de combat. C’était nous qui allions prendre les armes. Naturellement, c’était inacceptable ! Comment étions-nous supposée vaincre (la défaite n’était pas une option) des combattants chevronnés s’entraînant tous les jours ici ? Nous avions déjà été assez… surprise de les voir s’entretuer en pleine rue dans la matinée, alors participer à ce spectacle…
 
Notre très cher champion profita de l’absence des Kiiois pour nous parler.
 
« Eh bien, votre Altesse, prête à vous entraîner un peu, et à leur montrer de quoi est capable la Lionne de Scémède ? »
 
Et il osait afficher un grand sourire benêt ?
 
« Es-tu devenu fou ? » nous murmurâmes. « Nous n’avons aucune expérience du combat ! Et nous ne sommes pas censée en avoir ! Si cela se savait, la cour nous regarderait d’un mauvais œil… »
 
Nous gémissions un peu pour tenter de l’attendrir, mais l’enjeu était là ; qu’allait dire Lorenzo si nous nous battions ? Et le nombre de prétendants que nous perdrions ! Mais surtout, compte tenu de notre façade et de nos plans, prendre les armes serait… plus que suspect. Mais nous n’eûmes pas le temps d’ajouter quoi que ce soit ; déjà les Kiiois arrivaient, portant des naginatas, des katanas et des armures. Euh… ce n’était pas un peu lourd, tout ça ? Ils étaient vraiment sérieux à l’idée de nous faire nous battre !
 
« Commencez par revêtir cela. On n’a pas idée de se battre en yukata. Vous pourrez vous changer à l’intérieur, demandez de l’aide à votre accompagnateur si nécessaire. Il a l’air de s’y connaître. »
 
Nous hochâmes la tête et nous exécutâmes, demandant à Godot de nous suivre avant de nous rendre dans un lieu isolé du bâtiment. Nous contemplâmes la tenue avec dépit. Elle était loooourde… et en plus, il fallait porter un pantalon ? Certes, il était large et passait aisément pour une robe, mais ça restait un peu indécent, non ? Enfin, nous n’avions pas le choix… heureusement, les filles de Kii ne semblaient pas beaucoup plus grandes que nous et la ceinture fut bien plus aisée à nouer que ce satané obi (restait le problème de le remettre ensuite, mais c’était à ce moment le cadet de nos soucis). L’armure qui parait notre torse fut un peu plus délicate à mettre et nous dûmes reprendre plusieurs fois, mais le résultat fut relativement… correct. Nous ne voulions pas recevoir de nouvelle remarque ! Finalement, nous attachâmes nos cheveux (encore une fois, avec difficulté non dissimulée) afin den de ne pas gêner le casque qui parerait notre visage. Nous voilà fin prête !
 
Nous nous sentions comme un bouffon.
 
Et puis un pantalon !
 
Quand nous quittâmes notre cachette, Godot était là, apparemment prêt depuis bien plus longtemps que nous. Bon, un peu de courage. Tant que nous étions avec lui, ça ne pouvait pas être si terrible. Nous forçâmes un sourire.
 
« Finalement, nous n’avons pas eu besoin de tes services ! Qui est pathétique, désormais ? » Nous tendîmes la main vers un naginata.  « Après une telle progression, manier correctement les armes devrait être un j— »
 
En saisissant la lance et en la ramenant à nous, nous manquâmes de basculer sous son poids, et la rattrapâmes de justesse.
 
« … Eh bien, ça a l’air moins lourd que ça ne l’est vraiment… mais nul doute que cela ne constituera pas un obstacle… à notre progression. Bien, très cher, pourrais-tu nous expliquer comment attaquer avec cette chose ? »
 
Pour le moment, nous la tenions comme une batte, ce qui, au vu de la position de la lame, était certainement une très mauvaise idée. Nous tentâmes de la pointer devant nous, mais ne maîtrisant pas l’élan, nous manquâmes de trancher notre pauvre barde à un endroit qu’un homme regretterait sûrement de perdre. Levant les yeux vers lui, nous eûmes un rire nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 395
Origine : Kii
Métier : Mercenaire et Artiste
Sexualité : Hétérosexuel
Equipe : -Cyrano Taillemythes(Insécateur, ♂)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 31 Aoû - 19:11
Quelle situation. Exquis. Il me fut difficile de contenir mes rires. Mais elle avait accepté, non sans sembler...Contre l'idée de se battre. La fameuse princesse allait donc s'essayer au duel. Et il était de mon devoir de la préparer au mieux, afin qu'elle gagne, ou du moins, ne finisse pas avec des os brisés, ou pire encore, des dents manquantes.


L'équipement nous fut emmené, il ne restait plus qu'à le passer. Chacun de notre côté, nous nous changeâmes. Je dus attendre ma chère Princesse quelque temps. Elle était lente. C'était compréhensible, elle n'était point habitué, à faire les choses d'elle-même. Finalement, c'est une Scèmédoise parée qui se montra face à moi. L'illusion était presque parfaite, si l'on omettait la crinière flamboyante de la demoiselle, et quelques maladresses concernant son armure. Mais rien de grave. Elle semblait sûre d'elle, et venait même de m'envoyer une pique, qui faisait directement écho à mes mains, quand je dus l'aider à s'habiller, plus tôt, aux sources. Qu'elle soit confiante, c'était une bonne chose, mais allait-elle le rester ?


Dans cet excès de confiance, la femme saisit un naginata, maladroite, elle faillit en chuter. Je souris, pour me moquer, mais aussi par affection. On aurait dit une enfant, c'était...Mignon, en quelques sortes. Ah, elle souhaitait débuter, le moment le plus intéressant !


-Votre Altesse, vous avez réussi à vous équiper seule, félicitation. Veillez, cependant, à ne point trop faire d'excés de confiance, manier la lance n'est point aisé, surtout pour une néophyte telle que vous. Il...


Elle essaya son arme, je dus faire un pas de côté. Cette brave dame visait ce qui faisait de moi un homme, ce n'était point très loyal, d'attaquer si bas, qui plus était, un allié. Quand à sa posture... Un sourcil froncé, je la fixai, et soupirai :


-Nous avons un long chemin à faire...


Le début, comment tenir correctement l'arme ! Chers Lecteurs, l'exercice me serait tout autant bénéfique ! J'allais devoir offrir mon savoir, et ma pédagogie, à cette potentielle Princesse, afin de l'aider à devenir forte ! Enfin, c'est ce que j'aurais aimé faire. Malheureusement, je n'étais point doué à la lance, et encore moins à la hallebarde, ou au naginata. Mais contredire son Altesse, surtout dans son état actuel, était peut-être une mauvaise idée. J'allais donc faire au mieux, moi aussi, avec cette bien étrange arme. Je saisis la seconde naginata qui nous avait été apportée, puis vint placer mes mains comme s'il eut s'agit d'une lance. Le sentiment était bon, les sensations aussi, c'était sûrement ça !


-Bien. Votre Altesse. Commençons par déterminer votre garde. Mettez votre pied gauche en avant, puis amenez votre pied droit vers l'arrière, mais ne les mettez surtout point sur une même ligne verticale. Imaginez une diagonale entre votre pied avant, et votre pied arrière.


Je stoppai mon explication, et montrai à la demoiselle comment faire, puis j'observai comment elle s'y prenait.


-Bien, une fois que vous avez fait cela, choisissez le côté où vous vous sentez le plus à l'aise, avec le pied devant. Il est généralement préféré le pied gauche en avant pour les droitiers, et le droit en avant pour les gauchers, mais il existe certaines exceptions. Bien, ensuite, veillez à ce que votre buste ne soit point complètement de face, essayez de le mettre un poil de profil.


Je m'arrêtai, à nouveau, afin d'illustrer le propos, et envoyai la pointe de mon arme vers le buste protégé de la demoiselle :


-Voyez-vous, de profil, vous réduirez les zones cibles de votre ennemi. Pensez aussi que ce sont TOUJOURS vos jambes qui initient les mouvements, le reste du corps suivra automatiquement. Ainsi, si vous souhaitez esquiver, faites partir votre jambe avant vers l'arrière, par exemple, et votre corps suivra. N'oubliez point, non plus, d'utiliser TOUT votre corps. Si les pieds bougent, les hanches ainsi que les épaules doivent suivre. Cela augmentera votre vitesse, mais aussi votre puissance, alors, pensez-y !


Une nouvelle pause. Il lui fallait assimiler les informations. Je lui laissai deux minutes.


-Bien, avez-vous assimilé toutes les informations ? Passons maintenant à comment positionner vos mains sur le naginata.


Je levai les yeux au ciel, et réfléchis moi-même, au meilleur positionnement. La logique m'indiquait cette façon, que je retransmis à ma Princesse guerrière :


-La main du côté de votre pied arrière à l'arrière, et celle du côté votre pied avant, devant. Pour la main avant, la paume doit être vers le haut. Je vous montre, votre Altesse.


J'exécutai la posture, pieds, buste, et mains placés. J'attendais qu'elle fasse de même, avant de poursuivre l'entraînement.


-Bien, Lionne de Scèméde, désormais, essayez de bouger avec votre arme, de frapper, d'esquiver, et de riposter. Imaginez un adversaire face à vous. Quelqu'un que vous n'aimez pas, je ne sais pas... Votre frère, un servant désobéissant, ou trop collant, une personne qui vous aurait manqué de respect, ou un artiste ayant fait une satire sur vous. Qu'importe, imaginez seulement un adversaire, et battez vous en fonction de ses mouvements !


Une nouvelle pause, et je repris :


-Oh ! Et allez-y doucement, le but est que vous habituiez votre corps aux mouvements, ne vous blessez point, Votre Altesse. Ce serait tragique que vous ne vous blessiez, après avoir fait tant de progrès, pour vous habiller, et vous tenir comme une combattante ! Je crois en vous, vous pouvez le faire, Majesté. Une fois que vous serez échauffée, nous nous battrons l'un contre l'autre, et nous mettrons en place une stratégie, afin que vous ne compensiez votre manque de...



Ne surtout pas la rabaisser, ou faire de blague, elle le prendrait mal.


-...Sauvagerie par la ruse, et l'intelligence.


Je fixai Cyrano, afin de lui insinuer que je comptais l'affronter, de mon côté, pour m'échauffer aussi. Les choses, Chers Lecteurs, ne se profilaient pas bien, je préferais me préparer au pire. Naginata, luth ou katana, j'userais des trois, s'il fallait le faire. Cette femme, aussi...Caractérielle fut-elle était sous ma protection, après tout. Il me fallait cependant lancer une dernière provocation à la femme. Une provocation, mais aussi, un conseil. Je venais de repenser à ce qui était arrivé, lorsqu'elle avait empoigné son arme, plus tôt.


-Une dernière chose, Ma Dame ! Pensez à vous concentrer sur l'équilibre, c'est indispensable en combat, sans ça, vous tomberez, et c'en sera fini de vous.
En trouvant l'équilibre, vous serez meilleure.

Et c'était parti. Il ne restait plus qu'à espérer que notre douce Lionne ne se blesse, ou pire, ne meurs à l'entraînement.

-Attaquons l'exercice, pour défaire les Kiiois. 









Remerciements:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 355
Origine : Scémède
Métier : Princesse
Sexualité : Hétéro
Equipe :

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Sep - 0:14


ft. Amarante Whiterun
__________________


 
  
  « Nous avons un long chemin à faire… »
Comment ? Nous allions lui montrer de quoi nous étions capable ! Ce n’était pas parce que nous refusions de nous abaisser à combattre que nous en étions incapable. Euh, de combattre. Pas de nous abaisser. A son tour, Godot saisit son arme, avant d’entamer les explications. Eh, nous le tenions plutôt bien ! Certes, sans miroir, il était difficile de l’évaluer, mais l’idée était là ; une lance était une lance !

Nous écartâmes les pieds comme il le demanda, d’abord en hésitant un peu. Non… nous n’étions pas plus stable. Nous les écartâmes franchement, et cette fois, nous manquâmes carrément de tomber sur le côté ! Ce fut en l’observant, et lorsqu’il parla de diagonale, que nous parvînmes à nous placer confortablement. Minutieusement, nous tentâmes de placer nos pieds au millimètre près afin d’imaginer une diagonale parfaite entre eux. Bien, c’était déjà plus confortable. Bien que la lance nous paraisse toujours aussi lourde !

Ensuite, il nous demanda de nous mettre légèrement de profil. Nous ne voyions vraiment pas l’intérêt de faire cela ! Comment étions-nous supposée attaquer correctement dans cette position ? Eh bien Arceus sait comment, il n’eut aucun mal à nous toucher. Ah. Ses explications faisaient sens. Nous tentâmes de lui rendre la pareille, mais il se permit le luxe de nous ignorer complètement au moment où nous le manquâmes, poursuivant simplement ses explications. Alors… d’abord les jambes, ensuite le reste. Nous essayâmes d’envoyer un ou deux coups dans le vide. C’était difficile ! Si nous envoyions nos jambes à l’avant, notre torse peinait à suivre et à viser correctement, et nos épaules étaient terriblement rigides. Au contraire, si nous nous concentrions sur le haut de notre corps, nous perdions l’équilibre. C’était un vrai casse-tête ! 

La position des mains sur la lance nous paraissait naturelle. Ce que nous observâmes chez notre… professeur fut non pas l’ordre dans lequel elles étaient placées, mais à quelle distance environ. Il était clair que l’objet n’était pas adapté à notre taille, mais nous fîmes au mieux pour les écarter de sorte à ce que son poids soit bien réparti. Et la paume vers le haut… voilà. C’était plus supportable. Même si nous avions toujours mal aux bras ! Venait donc l’heure de frapper. Et nous allions nous en donner à coeur joie ! 

« Voyons, nous ne n’en voudrions jamais à notre frère adoré ! » nous répondîmes spontanément au vu de ses propositions.

Sur ces mots, nous commençâmes à charger… avant de nous arrêter en plein mouvement, à cause de son indication. Il avait bien fait de nous prévenir, tiens ; nous nous étions écrasée au sol et fait beaucoup plus mal que si nous avions simplement poursuivi la chose ! Quelle horreur, cet entraînement ! 

« Afin que vous compensiez votre manque de…. Sauvagerie par l’intelligence. »

Oh, nous n’étions pas assez sauvage à son goût ? Nous étions une dame délicate, certes, mais une fière future reine avant tout. Nous nous ferions un plaisir de lui donner tort… m-même si cela signifiait porter un pantalon, et se battre comme un homme, et transpirer. De plus, nous ne couperions pas au combat contre les Kiiois… et il était hors de question de nous ridiculiser devant eux. Cet homme, quant à lui, nous avait bien vue nue, alors nous ne nous estimions plus à une indécence près. Nous nous relevâmes, nous remettant en position en adressant un regard noir à notre adversaire.

« En garde ! »

Nous nous déplaçâmes latéralement autour de notre professeur, sans le quitter du regard. Nous n’étions pas à portée de sa lance, mais guère plus loin… nous l’analysions, guettant une ouverture. Qui ne se présenta pas vraiment. Rah, si nous restions comme ça, il n’avait qu’à bondir pour nous éventrer ! Bien, nous nous lançâmes, essayant de sauter sur le côté, puis vers lui afin de le toucher au torse. Nous n’eûmes même pas le temps de le toucher qu’il nous projeta en arrière.

Et nous finîmes par terre. Cette récurrence était très désagréable ! 

« Quelle injustice ! Tu ne nous avais pas dit que tu maniais la lance également ! » nous gémîmes, de mauvaise foi.

Nous profitâmes du temps pris pour nous relever pour réfléchir. L’équilibre… si il venait à nous contrer de nouveau (nous n’étions pas enchantée à cette idée, mais nous ne savions que trop bien que les tentatives de meurtre ne fonctionnaient pas toujours du premier coup), nous devrions peut-être travailler plus sur notre réception. Ça ne nous aidait pas à l’attaquer… nos mouvements étaient beaucoup trop rigides, à cause du nombre de conseils que nous devions suivre ! Nos jambes devaient mener… nous tenir ainsi de profil, soigneusement positionner nos mains et suivre le rythme des pas, voilà qui nous rappelait beaucoup la danse. Oui, ses indications ressemblaient à s’y méprendre à celles de Nathanaël lorsqu’il nous apprenait la valse, à une époque pourtant si lointaine. Peut-être qu’en pensant ainsi, nous bougerions de manière plus fluide ! 

Nouvel assaut, cette fois suivant notre logique. Cette fois encore, il fut contré, mais nous étions bien plus proche de lui et de ses points vitaux. Et, en reculant, nous parvînmes à ne pas tomber… bien que notre habitude de danser sur la pointe des pieds nous fit perdre l’équilibre un instant.

« Tu ne nous facilites vraiment pas la tâche en ripostant. »

Personne à Scémède ne l’aurait fait, il fallait nous comprendre ! Et en danse, on avait un partenaire compréhensif, en théorie. Nouvelle tentative, encore et encore. A chaque fois, nous fûmes trop lente pour le toucher. Nous aurions pu accélérer, mais… un instant d’hésitation, l’idée d’être épuisée par un naginata déjà lourd pour nos bras tremblants, nous empêchait de prendre ce risque. Godot ripostait avec une telle nonchalance… comment étions-nous supposée le toucher, même en faisant au mieux ? C’est que nous n’avions pas le même gabarit ! 

Mmh… peut-être était-ce la solution ! L’important dans un duel, après tout, était de ne pas se faire toucher. Nous avions déjà réduit sa cible en nous postant de profil, et il était certainement plus facile à viser que nous. Il ne restait plus qu’à mettre tout cela à notre avantage. Nous tournâmes un peu autour de notre adversaire, laissant la tension grimper, mains serrées sur notre arme. Si nous devions essayer de toucher son torse, nous n’avions pas d’obligation quant à l’angle auquel le prendre. 

Nous chargeâmes de nouveau, ne nous souciant plus de notre lance partenaire, mais plutôt de celle de notre adversaire. La première suivrait nos mouvements, de toute manière. Ainsi, alors qu’il s’apprêtait à répliquer, nous baissâmes le genoux, reprenant rapidement notre équilibre pour glisser sur le côté et attaquer, sinon son dos que nous n’atteignîmes pas, son flanc. A ce moment, nous frappâmes, avant de nous relever brusquement (ouch, nos jambes ! De la douceur, Euridice, de la douceur). Certes, ce n’était pas le bout de notre lame qui l’avait atteint, nous avions mal évalué la distance à cause de ce fichu masque. Et puis la précision de notre mouvement était discutable (sûrement à cause du pantalon. Il nous perturbait). Mais nous l’avions touché ! 

« Ah AH ! Nous avons gagné ! »

Et, à cet instant, nous finîmes de nouveau au sol, projetée par sa riposte. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 395
Origine : Kii
Métier : Mercenaire et Artiste
Sexualité : Hétérosexuel
Equipe : -Cyrano Taillemythes(Insécateur, ♂)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Sep - 18:11
Elle avait commencé à bouger. C'était maladroit, mais... au moins, elle y mettait du sien. Ses mouvements allaient sûrement s'améliorer, peut-être devenir plus fluides, et plus souples. Pour l'heure, je ripostai à ses assauts. Sa vitesse d’exécution, et ses mimiques trahissaient ses intentions. La Princesse n'était point assez coordonnée. Elle tomba, elle geignit, elle pesta, et protesta, mais jamais n'abandonna.


Il fallait au moins lui reconnaître ça, elle était têtue. Ses mouvements commençaient à évoluer, ou plutôt, ils changeaient d'allure. Avait-elle trouvé un moyen de fluidifier son style et ses gestes ? Je n'en avais aucune idée, mais ce qu'elle faisait là ressemblait fort à une discipline tout autre que martiale. Enfin, elle avait su trouver une bonne idée. Danse et combat, c'était à peu de choses prés la même chose. J'aurais dû penser à lui présenter les choses ainsi, afin de lui faciliter la tâche, quel maladresse de ma part. A force d'essais, elle parvint à me toucher, légèrement, pour ne point dire à peine, c'était très bien. Cependant, la princesse n'avait point poursuivi son assaut, et s'était réjouie, trop vite. Elle retourna au sol.


Il était clair qu'elle commençait à saisir les bases, c'était un bon point. Mais ce n'était pas suffisant pour vaincre un Kiios expérimenté. Il fallait... Lui inculquer plus de savoir !


-Bien, Princesse, vos mouvements se sont grandement améliorés. Et votre ténacité m'impressionne, je dois bien l'admettre. Cependant, ne soyez jamais trop sûre de vous, surtout en plein combat, ou... vous tomberez encore, et probablement sans vie, si les armes sont réelles.


Elle était jeune, et impulsive, sa réaction était tout à fait normale. Il fallait lui parler d'autre chose désormais, elle continuerait à travailler ses bases ensuite.


-Votre Altesse, vos bases sont bancales, mais j'ai foi en vous, vous allez encore évoluer pendant le reste de notre session d'entraînement. Je vais désormais vous évoquer un autre point, très important. Essayez de toujours frapper plusieurs fois, si vous avez réussi à toucher l'adversaire.


Je la fixai, et me mis face à elle :


-Je vous montre, n'ayez crainte, je ne compte point vous frapper.


Et j'envoyai ma lance, d'un geste droit. La pointe, telle une ligne, vint toucher le foie. Je fis ensuite tourner l'arme, pour que le tranchant soit vers le haut, et la tirai légérement, afin de la ramener un peu vers moi, avant de monter vers le cou de sa Majesté.


-Un, deux, vous saisissez ? Bien sûr, en entraînement, un coup à un organe vital ne tuera pas, et a très peu de chance de blesser. Cependant, l'entraînement est une simulation de vrai combat, ainsi, si vous visez deux endroits vitaux, vous gagnerez. Et, s'il s'agit d'un réel combat, vous survivrez. L'idée est de toujours penser à mettre plusieurs coups, avant de ramener l'arme à vous. Même si vous manquez le premier ! Par exemple...


Je ramenai le manche du naginata à moi, et le renvoyai, en ligne, entre le bras droit, et le buste de la Lionne. Manqué. Puis, je fis tourner mon arme, afin que le tranchant soit de profil, cette fois-ci, avant de me décaler vers la droite, puis d'abattre mon arme sur le flanc de la petite Princesse:


-Comme ça. L'adversaire peut être surpris, si vous êtes assez rapides, et vous pouvez l'avoir ainsi. Autre chose, vous avez déjà commencé à le remarquer, mais n'oubliez pas que votre arme suivra votre corps, quoi qu'il arrive. Il faut juste que vous arriviez à l'imaginer comme un prolongement de vos propres membres. Ne fixez point votre arme, mais votre adversaire, comme vous l'avez fait lors de vos derniers assauts.
 

De nouveau une pause. Le prochain exercice serait une simulation de combat, mais je lui avais déjà donné beaucoup d'informations. Je réfléchis quelques instants, puis haussai les épaules, et lançai :


-La dernière chose, avant de reprendre, Majesté, est la suivante. Vous possédez une arme, certes, mais n'oubliez pas que vous pouvez bloquer, et même frappe, avec vos membres. Bien sûr, je ne vous parle point de vous empaler sur la lame, mais bien de dégager le manche, si vous pouvez. Cela vous offrira, en grand, le flanc adversaire. Attaquez-moi, votre Majesté, je vais vous faire une démonstration.


Des doutes commençaient à naître en moi. Était-ce vraiment les meilleures choses à enseigner à une néophyte ? Je ne savais point, à vrai dire... Je voulais lui expliquer tant de points, afin qu'elle puisse se défendre au mieux, voir même gagner, mais je n'étais pas instructeur, ni même lancier ! Lui parler de blocage, était-ce bon ? N'aurais-je point dû lui enseigner les roulades en priorité ? Non... Jamais elle n'aurait accepté de se jeter au sol, elle était bien trop précieuse pour ça... Enfin, c'est ce que je pensais, mais elle semblait bien déterminée à apprendre, et gagner, ainsi, peut être aurait-elle fait cette concession ? Hum. Je vins me gifler le visage. Douter maintenant nous ralentirait, ce n'était point une bonne chose.


La princesse attaqua, comme je le lui avais demandé. D'un rapide geste, j'envoyais mon pied arrière, vers l'arrière de mon corps, dans un mouvement semi-circulaire, mes épaules suivirent, ainsi que mon buste, ce qui me permit d'esquiver le trait envoyé par la Princesse. A gauche de sa lance, et à sa droite à elle, je vins pousser son arme, avec le milieu du manche de la mienne. Puis, j’intervertis la position de mes mains sur le manche, avant de ramener mon pied arrière, vers mon pied avant. Mon corps avait tourné, j'étais de profil, par rapport à ma disciple. Je vins ensuite propulser le côté sans lame de mon arme, directement vers le plexus de son altesse. Dos à elle, je tournai la tête, et plantai mes yeux dans les siens, malgrè le masque de protection. Je saisis ensuite, avec poigne le manche de son arme, avant d'envoyer un coup de pied, avec ma jambe opposée, vers son visage, que j'arrêtai, bien sûr, sans la toucher.


-Voilà, c'est à ce genre de chose que je pensais. Je remarque que vous tournez beaucoup, en maniant votre arme, essayez de développer quelque chose autour de cela. La rotation apporte vitesse, et surprise. L'autre conseil que j'aimerais vous donner, c'est qu'il peut être dangereux de trop réfléchir. Notre corps fait parfois les choses d'instincts, et sait quoi faire. Réfléchir peut paralyser, et mener à la défaite. Bien, votre Altesse, que diriez vous de vous essayer aux esquives, et aux blocages ? Nous reprendrons ensuite par un combat plus réel. Il me semble essentiel que vous appreniez à esquiver, puis riposter, ou bloquer, puis contre-attaquer. Vous en êtes capables, Majesté, je crois en vous ! Commençons ! J'attaque !


Une vingtaine d'essais, dix pour l'esquive, dix pour le blocage, ensuite, nous tenterions un affrontement. Bien, je lançai mon premier assaut, à vitesse modérée, afin que la Lionne de Scéméde ait le temps de le voir arriver, et de comprendre comment son corps devait bouger, afin d'esquiver au mieux, avec le mouvement le plus beau possible.






Remerciements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Kii :: Village caché :: Terrain d'entraînement-
Sauter vers: