:: Aros :: Le Phare :: Bibliothèque Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Me when I don't got this: I got this ft. Euri

avatar
Or : 360
Métier : Guide, coursier & pickpocket
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Sep - 18:22

Me when I don't got this: I got this

that's not how I pictured my night going when I woke up

ce n'est pas une décision prudente
en prends-tu jamais, Céleste ?

Masque rangé dans l'une de tes grandes poches, tu te tiens devant le phare d'Aros. Taryn flotte à tes côtés, un air curieux sur le visage: vous n'êtes jamais passés par ici. Continues-tu de lui faire visiter la ville ? Ca semble logique, mais pourquoi hésites-tu à quelques mètres de l'entrée ? L'air léger qui t'a entouré toute la nuit alors que tu voltigeais d'un toit à l'autre pour lui faire voir Aros de haut semble s'être chargé d'orage.

Inconsciemment, tu passes tes doigts sur la blessure qui parcoure ton avant-bras. Nicholas t'a rafistolé avec un fil et une aiguille, comme une poupée de chiffons, mais ça reste fragile. C'est avec un air sévère qu'il t'a conseillé de ne pas trop solliciter ce bras. De ne pas jouer avec le feu comme tu le fais si bien. Jusqu'à maintenant, tu t'es tenu tranquille (si on oublie tes quelques escapades sur les toits, parce qu'il est impensable de te priver du ciel) et voilà que tu t'apprêtes à.. escalader le phare ?

c'est clairement en haut de la liste des choses à éviter
mais ça fait si longtemps que tu n'as pas rendu visite à Meg

(tu ne la reverras jamais, si tu tombes en cours d'ascension)
(mais cette idée ne te traverse même pas l'esprit)

Décidé à tenter le coup, tu t'avances vers le phare comme le curieux que tu n'es pas, dépassant sans un regard les gardes à l'entrée. Ils t'adressent à peine un coup d'oeil: tu passes assez souvent pour qu'on ne s'intéresse plus à toi. Peut-être se demandent-ils ce que tu viens faire là chaque matin, mais si c'est le cas, ils ne l'ont jamais verbalisé. Heureusement: tu doutes d'être très convainquant en expliquant que tu viens lire. L'hastérien t'est trop obscur pour déchiffrer une phrase avec fluidité. Ce que tu lis le mieux, ce sont les cartes de la région.

ça te servira plus tard
quand tu partiras enfin d'Aros

(si jamais tu finis par partir)
(Meg est bloquée ici, comptes-tu l'abandonner ?)

« Alors, l'endroit te plait ? » demandes-tu à Taryn qui ne te lâche pas d'une semelle

Ton monstre épie les ombres avec nervosité, émettant un piaillement qui ne ressemble pas à de l'assentiment. La bibliothèques est obscure. Froide. Avec une odeur de vieux vieux livres et de poussière qui a tout pour lui déplaire. Ne fait-on jamais le ménage, ici ? Même avec le lever du jour, les fenêtres sont trop rares pour éclairer suffisamment. La Nucléos se colle à toi, probablement impatiente que votre 'visite' ici soit terminée. Retenant un léger rire, tu allumes une bougie avant de t'avancer entre les rayonnages.

à vrai dire, tu connais le chemin par coeur
assez pour te diriger dans le noir jusqu'à la fenêtre qui t'intéresse

mais tu es 'venu lire', si on te demande
donc forcément, il te faut une bougie

Tu ne croises personne, comme souvent. A cette heure-ci, la plupart des arosiens profitent d'un sommeil bien mérité. Sans doute certains érudits ne dorment-ils pas encore, mais il n'est pas dans tes plans de passer par leur étage. Tu ne doutes pas qu'ils soient hautement absorbés par leur recopiage de livre, mais qui sait. Quelqu'un remarquerait peut-être que tu sors par la fenêtre, et peut-être finirait-on par savoir où tu te rends. Peut-être croirait-on que tu veux du mal à Meg.

peut-être que ça arriverait aux oreilles de la Dragonne
dans ce cas, tu seras chanceux si elle se contente de te tuer

Un frisson d'horreur court dans ton dos à cette idée. Il est dit que la Dragonne est d'un grand calme, mais gare à celui qui s'attirerait ses foudres. Tu n'as pas spécialement envie de voir ça en personne. La bête doit être incroyablement puissante, tu doutes que quoi que ce soit puisse te protéger de son courroux. Si ça se trouve, on parle de s'attirer ses foudres au sens littéral. Peut être la Pharamp dirigerait-elle de violents éclairs sur toi, te réduisant instantanément en un méconnaissable tas de cendres.

comme si tu n'avais jamais existé
ce serait presque comique

Curieux comme une idée impliquant ton propre trépas semble t'amuser. Mais tu effaces bien vite ton sourire en arrivant à proximité d'une des rares fenêtres. Celle par laquelle tu sors à chaque fois, à vrai dire: c'est le trajet le plus court vers la chambre de Meg. Posant ta bougie sur le rebord, tu jettes un dernier coup d'oeil à ta blessure. Avec les bandes de tissu qui enserrent tes bras, difficile de dire lequel est blessé, sans mentir. La seule différence est une ligne un peu en relief du coté gauche, courant de l'intérieur de ton poignet à la pointe de ton coude.

les points de suture de Nicholas
tu te demandes s'ils vont tenir

Mais lorsque tu ouvres la fenêtre et poses un pied sur le rebord, prêt à te glisser à l'extérieur, un bruit te retient entre les murs du phare. Un bruit de pas, il te semble. Pas bien loin, il y a même des chances que ça vienne vers toi. Que la personne te trouve déjà hautement suspect, à essayer de sortir par une fenêtre. C'est bien ta veine, toi qui te croyais seul dans cette bibliothèque.

lentement, tu quittes le rebord de la fenêtre
et essaies de penser à un mensonge plausible
@Euridice Cc bb

Cel parle en #9399b1
Awful




FicheRépertoireJournal


Merci Ney, c'est de toute beauté keur leur lov



Merci Yuki pour ce rappel (et le joli sprite), au cas où on aie un jour pris Cél au sérieux keur leur lov
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 355
Métier : Princesse
Sexualité : Hétéro
Equipe :

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Sep - 15:29


ft. Céleste
__________________


 Le soleil commençait à se lever, effaçant peu à peu l’éclat du phare. Pile à l’heure pour notre rendez-vous. Ça n’avait pas été simple, cette heure-ci n’était pas plus décente pour nous que pour les Arosiens. Se préparer avait été un parcours du combattant, mais nous n’en laissions rien paraître. Si nous nous étions plainte des noeuds dans nos cheveux avec des larmes aux yeux, ils étaient désormais impeccablement tirés. Si nous peinions à escalader tous ces escaliers, nous maintenions un porte de tête altier et un rythme de marche régulier. Et si notre robe était bien peu pratique, nous l’avions volontairement choisie aux couleurs d’Aros, et comportait fourrure blanche et rubis, rappelant la crinière de la dragonne. Il n’était pas question de faire les choses à moitié en visite officielle. Certains auraient dit qu’une enfant ne serait pas réceptive à ce genre de détails, mais nous n’étions pas convaincue. A son âge, nous savions déjà comment interpréter le moindre symbolisme, nous connaissions par coeur l’étiquette. C’était presque une nécessité vitale, dans le royaume du paraître et des secrets.

Et puis c’était la moindre des choses.

Nous serions bientôt collègues, après tout.

Plus nous grimpions, plus l’obscurité du phare nous pesait. Assez ironique pour un bâtiment de lumière. La bibliothèque n’était pas différente, et les quelques personnes encore présentes à cette heure se repéraient de loin à la flamme de leur bougie. Nous-même en saisîmes une avant de poursuivre notre route. Il serait bien dommage de trébucher dans le noir et de faire tomber notre cadeau. De notre bras libre, nous le tenions précieusement contre notre poitrine. Un bijou et les plus belles fleurs de nos jardins. Lorenzo adorait les fleurs. 

Nous aussi, d’ailleurs. 

Elle avait intérêt à aimer.

Peut-être préférait-elle lire ? Après tout, avec une telle réserve près de chez soi, il était dommage de se priver. Nous profitâmes de notre passage pour regarder quel genre d’ouvrages ils proposaient. Il y en avait une quantité impressionnante, à se demander comment les érudits errant ici pouvaient s’y retrouver. Nous avions bien sûr notre lot d’étagères chargées de manuscrits au palais, mais rien de comparable à cela. Des anciennes épopées Kiioises, relatant les faits héroïques de certains combattants, aux tragédies Scémédaises et leurs crimes de sang, en passant par les livres d’explorateurs Arosiens remplis de cartes détaillées et de dessins explicatifs sur des objets et vêtements venus d’ailleurs, tout y était. On passait de la pure fiction, des classiques que nous connaissions par coeur, à des livrets extrêmement pointus sur toutes sortes d’activités ou des observations sur les Pokémon. Les plus utiles à nos objectifs ; récemment, le compte Da Félidae nous avait offert un petit livre sur les noeuds, et si il ne payait pas de mine, il nous avait donné beaucoup d’idées de pièges mortels. 

Nous nous penchâmes sur une partie concernant les Pokémon plante. Avec un peu de chance, nous pourrions nous renseigner sur les poisons de certains… et dans le pire des cas, ce serait toujours intéressant pour rendre nos jardins encore plus jolis. L’assassinat était important, mais il était inutile de régner si notre palais n’était pas le plus joli du monde, plus radieux encore que celui de Kalos. Peut-être que nous pourrions nous permettre de jeter un oeil à un d’eux, juste par curiosité. Alors nous nous enfonçâmes dans les rayons, lisant rapidement tous les titres de ces vieux livres humides, nous hissant occasionnellement sur la pointe des pieds pour apercevoir ceux qui étaient trop hauts pour nous. Une fenêtre devait soutenir la lueur de notre flamme, car il faisait un peu plus jour tout à coup.

Jusqu’à ce qu’une ombre passe.

Nerveuse, nous regardâmes autour de nous. Personne. A en croire la baisse de luminosité soudaine, ça venait de derrière une étagère, là où nous imaginions la fenêtre. Y avait-il quelqu’un ? C’était pourtant une section perdue dans la bibliothèque. Curieuse, nous nous approchâmes. Si nous tentâmes de marcher à pas feutrés, nos semelles refusèrent catégoriquement de garder le silence.

Il y avait bien une petite fenêtre. Et quelqu’un penché dessus. Nous eûmes à peine le temps de voir son pied posé sur le rebord qu’il commença à se retourner, lentement. Malgré tout, l’image demeura ancrée dans notre esprit.

On aurait dit un oiseau prêt à s’envoler. 

Son visage nous apparut ensuite, les lumières de la bougie dansant sur ses traits. Des cheveux blancs en bataille, une cicatrice apparente, des fripes discrètes qui se fondaient dans l’obscurité. De toute évidence, il n’avait pas le profil des habitués de la bibliothèque… plutôt d’un de ces garçons que nous avions aperçus durant notre balade, prêts à vendre n’importe quoi pour le compte de quelqu’un pour peu que la paie soit là. Ça tombait bien d’ailleurs ; il ne semblait pas avoir envie de rester dans la bibliothèque. 

« Il y a de meilleurs endroits desquels se jeter. » nous lui dîmes, sèchement.

Et sous nos yeux était un endroit pire encore. Nous doutions qu’il ait une telle intention, mais nous aurions été ravie de le voir descendre sur le champ. Un accident était si vite arrivé. Nathanaël en avait fait l’expérience.

« Que faisiez-vous ici ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 360
Métier : Guide, coursier & pickpocket
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Sep - 19:57

Me when I don't got this: I got this

maybe swearing will help

vient-elle de te parler ?
tu n'entends que ton flot mental de jurons

Jusqu'à ce que Taryn ne te bouscule légèrement pour te ramener parmi les vivants. Tes yeux qui s'étaient perdus dans les obscurs rayonnages de la bibliothèque reviennent brusquement à la jeune femme. Cheveux d'un rouge caractéristique, visage soigneusement maquillé et vêtements d'une qualité de loin tout ce que tu as un jour pu porter; elle te semble venir d'un autre monde. Elle en vient très certainement, à vrai dire. Celui de la noblesse. Un monde dans lequel tu n'as jamais mis les pieds et qui, à vrai dire, ne t'attire pas du tout. Son regard perçant et le lourd silence te rendent nerveux. Tu t'apprêtes à bafouiller une salutation aussi polie que possible dans ton hastérien approximatif lorsque ce qu'elle a dit prend forme dans ton esprit.

de meilleurs endroits desquels..
oh, c'est donc l'intention qu'elle t'a prêtée

Spontanément, tu laisses échapper un léger rire, secouant la tête. Te jeter du phare, quelle idée. Et si Meg te voyait ? La pauvre est trop jeune pour quelque-chose d'aussi affreux. D'autant que si l'idée t'amusait tout à l'heure, tu n'es pas vraiment impatient de passer l'arme à gauche. Tu t'apprêtes à démentir avant de réaliser que clarifier la situation n'est certainement pas une option. Les mots se bloquent dans ta gorge alors que tu t'interromps, toussotant dans une vaine tentative de garder une contenance. A côté de toi, tu jurerais voir Taryn lever les yeux au ciel.

mentir n'est pas ton point fort, Céleste
et voilà qu'elle demande ce que tu fais ici

« Je.. euh.. je pourrais vous demander aussi.. A cette heure-ci, les personnes de votre rang n'ont-elles pas des réceptions ou.. quelque-chose dans le genre ? » interroges-tu maladroitement pour gagner du temps

Nerveux, tu te forces pour autant à la regarder en face, croisant les bras pour cacher le tremblement de tes mains. (tu as déjà l'air assez coupable comme ça) Elle te semble bien jeune, comment sa présence peut-elle te mettre aussi mal à l'aise ? Peut-être est-ce parce que la demoiselle t'a surpris au mauvais moment ? (ou peut-être est-ce le jugement dans ses yeux) Elle n'est pas d'ici, cependant, si tu en crois son accent. Cette seule pensée te calme un peu: avec un peu de chance, vous ne vous reverrez jamais de votre vie. Elle oubliera t'avoir croisé ici. Quand bien même elle mentionnerait cette anecdote, ses connaissances à des lieues d'ici ne risqueraient pas de la rapporter aux oreilles des gardes d'Aros.

ou du moins, tu t'accroches à cette idée
c'est tout ce qui t'empêche de fuir

(ça et un vague sursaut de bon sens)
(fuir serait encore plus suspect)

Ramassant ta bougie sur le bord de la fenêtre, tu fais mine de t'éloigner de celle-ci. Sans subtilité aucune, bien entendu. Taryn flotte à côté de toi, observant nerveusement la jeune femme. Sans doute ta nervosité est-elle contagieuse. C'est qu'elle t'a fait sursauter, ton coeur bat encore la chamade. Quel genre de personne traine dans la bibliothèque du phare à une heure pareille, pour commencer ? Hormis des gens aussi douteux que toi, bien entendu. Qu'est-ce qu'une noble de Scémède vient trafiquer ici au lieu de visiter les lieux les plus courus d'Aros ? Certes, le phare est une célébrité, mais il n'est beau que de l'extérieur.

sans importance
tu ferais bien de t'éclipser

« Enfin, ça ne me regarde pas, je devrais vous laisser. » marmonnes-tu en essayant de la contourner

Peut-être peux-tu tenter d'accéder à l'étage de Meg à partir d'une autre fenêtre. Ca rallongerait le trajet, et ce n'est pas très judicieux avec l'état de ton bras, mais.. tu n'as pas envie d'abandonner. Ca fait trop longtemps que tu ne lui as pas rendu visite. Une autre option consiste à passer par l'étage des littéraires. Un peu risqué compte tenu du fait qu'ils ne dorment sans doute pas, mais au moins n'y aura-t-il pas cette noble. Surtout qu'ils s'intéresseront largement plus à leur manuscrits qu'à ta personne.

tu manques de percuter une étagère
ça t'apprendra à regarder où tu vas

« Merde! » grommelles-tu à voix basse, t'arrêtant de justesse

Ta bougie vacille sur son support, mais tu arrives à la redresser sans te brûler. (mais pas sans te mettre un peu de cire sur les doigts)  Il ne manquerait plus que tu mettes le feu à la bibliothèque. Soupirant légèrement, tu prends un livre au hasard sur l'étagère qui l'a échappée belle et vas t'asseoir à l'une des tables de bois. Il t'est bien entendu impossible de déchiffrer les caractères recouvrant la page qu'éclaire la flamme de ta bougie, mais tu fais tout de même mine de t'y concentrer.

peut être qu'elle partira
si tu fais mine de lire
@Euridice Cc bb

Cel parle en #9399b1
Awful




FicheRépertoireJournal


Merci Ney, c'est de toute beauté keur leur lov



Merci Yuki pour ce rappel (et le joli sprite), au cas où on aie un jour pris Cél au sérieux keur leur lov
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Aros :: Le Phare :: Bibliothèque-
Sauter vers: