:: Aros :: Centre de la Cité :: Avenue des Lanternes :: Boutique de prêt sur gage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Négociation // Arthur

avatar
Or : 340
Origine : Scala
Métier : Pêcheuse
Sexualité : Libertine
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Sep - 15:49
(Flashback 25 Août)

En cette début de nuitée et de repos, j'eus l'idée d'aller faire les diverses boutiques. Un milieu que j'avais peu côtoyé depuis mon arrivé dans cette contrée, mais qui m'avait toujours attiré, tant j'aimais y aller durant mon enfance. Avec mon nouveau travail, je pouvais me permettre d'être une potentielle cliente et de ne pas simplement regarder avec les yeux. Comme à mon habitude, je ne partais jamais seule à l'aventure, ne me séparant que très rarement de mes partenaires de voyage et je parle bien des Pokemon car les humains, ça, c'est une autre histoire! A chaque fois vers cette heure ci, le monde se réveillait et faisait place à du chahut. Quittant une boutique aux prix trop supérieurs à mes moyens, je partis m'enfoncer d'avantage dans la ruelle des lanternes.

Il y avait une boutique très prisée qui semblait être accessible dans chaque coin d'Hastérion et dont j'avais visité il y a peu. Là bas les divers objets en vente étaient vraiment très intéressant et en plus j'avais un bon de réduction toujours valable encore inutilisé. Du prix neuf, à bas prix, comment ne pas craquer? Mais, il m'était difficile de faire un choix parmi toutes les propositions alléchantes de produits, alors que dans des magasins de petites personnes, cela n'était pas le cas. Je préférai donc respecter ma condition d'une seule dépense et aller voir ailleurs que prendre le risque de ruiner toutes mes économies actuelles.

Après une demi heure de recherche non fructueuse, je tombai sur une boutique de prêt sur gage. La décoration ne me paraissait pas très plaisant et sans doute car je ne suis pas fan des arts asiatiques. Cependant c'est les discussions de négociation de l'intérieur qui me donna envie de lui laisser sa chance. J'ouvris la porte, tandis que mes amis restèrent à l'extérieur et j'entrais donc seule. Il y avait une employée qui était en pleine affaire sur un gros meuble ancien et une autre a s'occuper de divers objets probablement d'arrivage. Sans un mot je partis observer les divers articles, et mon regard se questionna plusieurs fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 285
Origine : Îles de Barzat
Métier : prêteur sur gage
Sexualité : Homosexuel
Equipe :

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Sep - 16:33
Les nuit se ressemblaient pour beaucoup dans Aros à cette période comme tout au long de l'année enfin particulièrement dans cette ruelle et dans cette boutique. Les objets évoluaient un peu mais les clients se ressemblaient tous, ambitieux à l'arrivée, dépités à la sortie s'ils avaient besoin d'argent mais parfois heureux aussi en quittant ces murs quand ils avaient trouvé leur bonheur. Haha.. trouver son bonheur, comme si un simple objet pouvait palier à une vie de misère et de colère. Il ne pensait pas particulièrement à lui. Malgré son côté amer, il s'en sortait plutôt bien et il suffisait qu'il y pense un peu trop pour qu'Iz saute sur le comptoir pour venir lui quémander les caresses qu'il lui accordait sans trop rechigner. Il était commerçant, il ne quittait pas la boutique, il surveillait son territoire, le rentabilisait et forcément, il ne pouvait pas tout laisser passer.

Et ça.. il était assez mitigé à ce sujet. Cette personne lui disait quelque chose et après quelques secondes, il parvint à se souvenir d'où il l'avait aperçue pour la première fois. Ce monstre et ses touffes de poil, Iz qui lui avait plusieurs fois désobéis ? D'ailleurs le zorua pointa son nez vers la porte d'entrée, ayant visiblement reconnue une odeur et même si une des questions fut de savoir ce qu'une mendiante venait faire dans cette boutique, la seconde en toute logique fut de ne pas trop la laisser batifoler librement dans la boutique. Il n'était pas idiot non plus, même s'il fallait se remémorer que tous les articles facilement transportables étaient dans la vitrine du comptoir, sans risque donc de vol à l'arraché. Mais il était assez intrigué alors il se déplaçait finalement vers la nouvelle arrivante, sans animosité particulière. Celle-ci avait eu la chance de faire la connaissance d'Arthur alors qu'ils étaient en compagnie d'une pseudo érudite hautement plus insupportable. Il ne retenait pas trop de détails cinglants à son égard. Mais il allait très vite savoir s'il devait se raviser. 


"Tu cherches quelque chose ?"


Il y avait des progrès, clairement, déjà elle n'était plus à moitié nue même si son caractère exhibitionniste restait mis en avant. Il fallait dire que tous les hommes n'avaient pas une lubie des séquestration donc peut-être avait-elle par là tenté d'augmenter sa clientèle. Il n'avait rien en particulier contre les catins. Chacun devait trouver moyen de gagner sa vie et il n'y avait pas un moyen de le faire moins honorable. Après tout même des rois en venaient parfois à se prostituer pour leur royaume.


Spoiler:
 

Miko et Mira sont des pnj à intervention régulière dans la boutique. lls sont joués par moi-même en complètement mais si vous êtes intéressés, l'une ou l'autre peut faire office de prédéfinit ! N'hésitez pas à me contacter o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 340
Origine : Scala
Métier : Pêcheuse
Sexualité : Libertine
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Sep - 18:22
De l'œil je touchais tout les objets présents à ma portée à droite de mon allée, celle qui longeait les fenêtres donnant une vue sur les passants du cul de sac. Sans trop regarder ses derniers, j'y reconnaissais deux formes distinctes, ma partenaire et mon nouveau allié. Ils semblaient être l'un contre l'autre ou plutôt l'un sur l'autre. En faite, ils n'avaient pas vraiment bougé depuis peu ou nous nous étions séparés. L'équin était toujours debout, la vielle couverture par dessus son dos, et juste posé confortablement, le raton. Pas de doute sur le fait qu'ils n'étaient pas sauvage (!) et pourtant je me rappelle de ma rencontre avec ce carnivore ou j'ai cru l'inverse. Il était en réalité bien habitué à l'humain, mais il vivait simplement sa vie tranquille dans son coin. Pendant ce temps là à penser à eux, une voix familière vint m'accoster. En me retournant avec un grand sourire, non spécialement pour lui, mais reste d'amour sur mes monstres, je cherchai mon interlocuteur.

Ah? Dayl... ? 

Lâchai-je d'une voix basse, mais non chuchoteuse. Non seulement j'étais surprise de retomber sur lui tout court, mais aussi dans ce genre d'endroit -quoique je ne pouvais affirmer ses fréquentations et loisirs de base-, mais également car il m'avait tutoyé alors que de mémoire s'était l'inverse lors de notre première rencontre ou j'ai rêvé et je ne me souviens plus très bien de nos échanges passés. A vrai dire à cet instant j'ai eu tellement de discussions coupées et désagréables, et même si sur la fin il a pu se rattraper, je ne me souvins pas spécialement de son choix de langage. Perdue quelques secondes dans mes pensées ou moi même je ne me comprends plus, je fis une expression pour dire que je passais outre ma réflexion et sa manière de m'adresser la parole. Je rebondis rapidement sur sa présence pour reprendre aussitôt la parole.

Je ne pensais pas te revoir un jour. Cherches-tu aussi une bonne affaire? Et... Tu n'as pas ton beau renard avec toi?

Lui répondis-je d'un ton plus entendu des oreilles alentours, d'un volume égal au sien. Mais qui pouvait bien nous entendre, au vue de comment les autres présents occupés parlaient déjà entre eux sans se soucier des autres? Mon sourire avait diminué naturellement, pour mieux exprimer ce que je ressentais à son égard, à savoir une expression semblable à la sienne, mais contrairement à lui, j'étais quelque peu plus ouverte. Au fond il n'était pas si méchant, malgré ses aprioris... Il suffisait juste qu'il se taise et apprenne, au lieu de juger bêtement et de l'affirmer. Ma tête s'était penchée sur les à côtés des pieds du jeune homme, mais je ne vis rien, ni le sac de son maitre et à vrai dire, il n'avait même pas de manteau, alors que toutes personnes censées marchant d'un point A à un point B ou du point B à A, doit avoir avec lui de quoi se protéger du mauvais temps, comme moi d'exemple, j'avais un gilet bleutée allant avec mon étoile de mer de peinture bleutée à travers ma chevelure. Cette fois-ci se fut l'inverse allons donc, s'était lui qui paraissait moins "encombré", allons dire.. J'étais un peu triste de ne pas la revoir cette boule de poils ténébreuse. Elle aurait pu bien s'entendre avec Toffy je suppose. Tant pis, je me redressais en ajustant mon sac qui avait légèrement glissé de mon épaule et attendis la réponse de l'homme pour voir la suite à venir..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 285
Origine : Îles de Barzat
Métier : prêteur sur gage
Sexualité : Homosexuel
Equipe :

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Sep - 17:55
En temps normal, il n'aurait pas laissé une pauvre toucher les objets de la boutique, il n'aurait pas fallu qu'elle les salisse, savait-on jamais qu'elle ait traîné dans des quartiers reculés pour ramener avec elle un mauvais sort ou pire, des maladies. En fait, il ne les laissait même pas rentrer, sauf quand il s'agissait de revente frauduleuses, il restait receleur après tout. Encore une bonne chose que ce ne fut pas un crime de cet époque, c'était tout à fait légal, puis il ne savait pas que l'objet avait été volé, il n'avait pas non plus demandé à ce qu'il soit volé mais passons. A se faire appeler par son nom de famille sans vergogne, le prêteur sur gage ne perdit pas une seconde pour la corriger.

"Monsieur Dayl"


Il était une personne presque respectable et elle se trouvait dans sa boutique, elle n'avait pas vraiment de moyens financiers mais visiblement, elle avait trouvé ceux nécessaires pour s'offrir des habits, ou plutôt pour qu'on lui fournisse des habits. Elle était donc déjà entretenue ? Ah oui, c'est vrai, la prostitution payait plutôt bien dans le quartier. Il n'accordait pas d'attention particulière aux monstres présents à l'extérieur, ils n'étaient que des monstres après tout, il ne fallait pas exagérer et tant qu'ils étaient dehors, ils ne représentaient pas un problème de soit pour lui. Elle aurait été bien mal élevée d'exiger un manteau à qui que ce soit, surtout après sa première sortie. Mais bon, certes, il n'avait rien avec lui et même Iz, dormait le comptoir en ce moment même, montant la garde auprès des objets qui pouvaient être le plus facilement subtilisés. Il n'y avait jamais grand monde dans cette boutique et il était facile de comprendre pourquoi.

"Il s'agit de mon magasin, que cherches-tu ?"


Il n'allait pas tiquer sur le tutoiement, il n'était pas du genre à faire son précieux pour si peu, il allait donc s'en satisfaire pour l'instant, à moins qu'elle ne sous entende qu'elle ne veuille quelque chose à perte ou pire gratuit, il ne fallait pas trop lui en demander, il faisait déjà l'effort de la voir comme une cliente potentielle alors qu'il aurait pu immédiatement mettre la mendiante à la porte. Peut-être une manière de la féliciter pour avoir trouvé des habits ?

"Un budget en tête ?"


Cela irait peut-être encore plus vite.


Spoiler:
 

Miko et Mira sont des pnj à intervention régulière dans la boutique. lls sont joués par moi-même en complètement mais si vous êtes intéressés, l'une ou l'autre peut faire office de prédéfinit ! N'hésitez pas à me contacter o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Aros :: Centre de la Cité :: Avenue des Lanternes :: Boutique de prêt sur gage-
Sauter vers: