:: Scémède :: Plaines sauvages :: Grotte Mousse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Seule la lumière pourrait défaire nos repères secrets.

avatar
Or : 460
Métier : Gitane ( Voyante )
Sexualité : Libertine
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Sep - 22:12

Dolorès avait une démarche étrange. C'était comme si son esprit dansait, mais que son corps refusait les mouvements qu'il voulait lui faire faire. Les yeux mis clos et rouge, la gitane marchait lentement vers un endroit qu'elle détestait au plus profond de son cœur, même si son corps n'y avait jamais franchi le seuil. La grotte mousse.

Cet endroit était réputé pour accueillir les jeunes couples, les tourtereaux qui s'aimaient encore à la folie. De cette grotte, était né beaucoup d'histoire d'amour, mais aussi de souvenirs à l'eau de rose. Ce sentiment d'euphorie, d'excitation et de bonheur, qu'elle avait connu jadis lors de sa jeunesse. Cet homme lui l'avait rendu stupide au point d'être malléable, docile et aimante. Cet homme, beau comme un dieu, qui avait les plus belles paroles du monde, et qui l'avait fait voyager tout autour de la terre rien qu'avec des histoires. Cet homme lui avait ruiné sa naïveté, et détruit la vision qu'elle avait de l'amour.

Si sa démarche était particulière, c'était à cause de plusieurs facteurs. Le premier, la danse. Dolorès s'était réfugiée dans une taverne animée, où elle avait usé de tout ses charmes pour gagner le plus d'argent possible. Et malgré les quelques pièces d'or qu'elle avait pu récolter, la deuxième partie de sa soirée se déroula derrière un comptoir, où elle se fit payer des verres. Et lorsque la gitane en eut marre de tous ces hommes prêt à tromper leur femme pour une baise rapide derrière le bâtiment, elle demanda au tavernier de remplir sa gourde avec de l'eau de vie, donna ses pièces durement gagnée, et quitta les lieux, le cœur mélancolique.

Elle était rarement dans ce genre d’état. Généralement, Dolorès était le symbole de la femme forte, féministe et manipulatrice. Et beaucoup la respectaient, ou l’injuriaient pour cela. Mais ce fort caractère était aussi la cause d'une grande souffrance cachée. Elle arriva enfin devant l'entrée de cette fichue grotte, où les gens s'aimaient. Dolorès regarda les mousses qui tombaient en cascade devant les pierres, à la fois dégoûtée et envieuse. Comment un seul homme avait-il pu la détruire autant ?

- Eres un sucio hijo de puta ! S'écria-t-elle. Has arruinado mi maldita vida !

Son tiboudet à côté d'elle, fut surpris d'une telle violence dans sa voix. Même s'il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle venait de dire, il savait en revanche au timbre de sa voix, qu'elle était en colère, et blessée.

La gitane baissa les yeux un instant, pensive. Elle prit une grande gorgée d'eau de vie dans sa gourde, et se décida à rentrer dans cette fameuse grotte. Elle s'assied contre un rocher, la tête vers le haut, les sourcils froncé. Au fond d'elle, Dolorès se demandait pourquoi elle avait mérité cela. La soirée s'annonçait longue, et pleine de questionnements.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 155
Métier : Exploratrice
Sexualité : Ne sais pas
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 22:58
Seule la lumière pourrait défaire nos repères.
J’avais marché toute la journée, en m’octroyant une petite pause pour manger un morceau et m’occuper un peu de Meika. Cette dernière me suivait depuis le matin, sans rechigner. Décidément, elle me ressemblait de plus en plus cette petite boule orange. Pleine de détermination. Mon objectif ? Rejoindre la fameuse Grotte Moussue ! Oh non pas pour un rendez-vous hein, juste par curiosité. Je voulais voir ça de mes propres yeux. Tout le monde parlait de cette merveille de la nature, là on se retrouvait les couples pour batifoler et pour s’aimer. Je n’y connaissais rien en amour, c’était l’inconnu pour moi. Tout comme les relations et les convention sociales en fin de compte. La curiosité m’envahissait de plus en plus. Comment des gens pouvait s’aimer à tel point, pourquoi cette grotte leur était dédiée ? Toutes ces questions se bousculaient dans mon esprit.

Mon sac bien accroché autour de ma taille, ma fidèle lance dans le dos prête à l’emploi en cas d’attaque et mon collier autour du cou … le tableau était parfait. Voulant faire ma bonne action de la journée, je me baissai pour attraper Meika. La pauvre marchait depuis aussi longtemps que moi, mais j’étais bien plus grande qu’elle. Au moment de poser mes mains sur sa carapace, j’esquivai un coup de dents. Susceptible en plus. Parfait. Visiblement elle rejetait également les aides extérieures. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres, j’étais heureuse de l’avoir trouvé. Elle continua donc sa route à mes côtés.

Exploratrice, voilà un métier qui était fait pour moi. Arpenter les différents endroits, vivre au contact de la nature, rencontrer des pokemon sauvages. Voilà ce que je voulais faire. Je ne me voyais pas travailler dans les mines de Kii, même si ce choix de carrière aurait fait plaisir à mes parents adoptifs. Je n’étais pas faite pour cette vie et ils le savaient au fond d’eux. Ils ont donc accepté.
Meika émit alors un bruit . A mi chemin entre un grincement et un grognement, mes pensées s’effacèrent aussitôt. Je levai alors la tête, la Grotte Moussue se trouvait désormais devant nous. Nous étions arrivées. Je regardai rapidement autour de moi, l’endroit semblait calme.

Mes doigts se posèrent sur la pierre froide de la grotte, je pénétrai alors en son enceinte tout en les faisant glisser le long de paroi. L’obscurité commençait à grandir, mais c’était agréable. L’endroit était frais, accueillant, une ambiance qui me plaisait. En continuant de m’avancer, je remarquai une silhouette assise dos à la pierre. Je n’arrivais pas à distinguer les détails, qui auraient pu m’aider à identifier l’inconnue. Devais-je continuer ? Bien évidement, ce n’étais pas ça qui allait m’arrêter. Je me raclai la gorge, pour avertir de ma présence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 460
Métier : Gitane ( Voyante )
Sexualité : Libertine
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Sep - 14:37
La gitane avait les yeux mis clos. Cela faisait un moment qu'elle fixait la paroi rocheuse en face d'elle, sans dire un mot. Ses longs doigts se balladèrent sur le pelage chaud du tiboudet couché à ses côtés. Son autre main, fermée sur la gourde, allait et venait du sol jusqu'à sa bouche. Quelle triste soirée.

Dans sa tête, beaucoup de mots se mélangèrent, beaucoup de souvenirs et de regrets. La gitane sentait parfois des larmes monter dans ses yeux, et d'autres fois, elle hésitait à commettre un meurtre sur la première personne qu'elle verrait. Cette sensation étrange qu'elle vivait faisait mourir son coeur, peu à peu. Il avait beau être blindé, lorsqu'une faille se présente, ça faisait mal.

Gringo dressa les oreilles vers le brui qu'il entendit à l'extérieur de la grotte. Un monstre sauvage ? Certainement. Mais lorsqu'il sentit la pression de la main de sa gitane sur son encolure, ses inquietudes s'envolèrent, et le canasson baissa la tête de nouveau, cherchant le sommeil. Mais lorsque cette fois ci un raclement de gorge se fit entendre, le jeune poney se leva brusquement, cherchant dans l'obscurité qui était présent.

C'était une jeune femme qui avait pénétré dans la grotte. A ses pieds, se tenait une créature affreusement laide, toute ronde, et aux dents aussi grosses que sa tête. Jamais le canasson n'avait vu une chose pareille. La gitane quant à elle, tourna péniblement son regard vers la nouvelle arrivante. Son maquillage noir était étalé sur ses joues, et son regard était assassin. Malheureusement pour Kaliska, elle était arrivée à son niveau au moment où Dolorès avait envie de commettre un meurtre.

- Quoi ? Dit-elle, la voix cassée.

Elle se leva péniblement, et les effets de l'alcool la déséquilibrait beaucoup. Les cheveux lâchés, et la voix rauque, la gitane continua avec son haleine d'eau de vie.

- Qué passa ma jolie ? T'as perdu ton amoureux ?

Son intonation était à la fois provocante, et étrangement froide. Sa gorge était extrêmement sèche, et l'eau de vie n'arrangeait pas les choses.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 155
Métier : Exploratrice
Sexualité : Ne sais pas
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Oct - 23:11
Seule la lumière pourrait défaire nos repères.
La silhouette que j'avais aperçue quelques secondes auparavant, était en réalité une femme. Cette dernière était assise nonchalamment contre la paroi en pierre, semblant porter toute la misère du monde sur ses épaules. Une substance noire était répartie sous ses yeux et continuait jusqu'à ses joues, des tatouages ? Une créature montait la garde, je poussai un rire intérieur à la vue de ce tableau peu commun. L'inconnue fit alors entendre sa voix, une voix peu agréable. Je la vis se lever difficilement, qu'est-ce qu'elle pouvait bien avoir. Puis une odeur fort désagréable arriva à mes narines, quelle horreur. Je n’aimais vraiment pas le parfum qui flottait ici.

-Une femme n'a besoin d'aucun homme dans sa vie, avais-je dit d'une voix forte et claire.

Mon amoureux ? Je savais ce que c'était, bien sûr, on me l'avait expliqué. Mais je ne voyais pas grand-chose d'important en l'amour, encore une chose inutile. Devoir partager, faire des concessions, écouter l'autre, le ménager, non ce n'était pas pour moi. D'ailleurs j'étais très bien toute seule, pas besoin de m'encombrer avec un "amoureux". Ce lieu était effectivement propice aux rencontres et aux moments intimes, la femme aurait pu être curieuse de ma situation en me posant cette question ... cependant la provocation dans le ton de sa voix montrait le contraire.

-J'passais juste dans le coin, répondis-je en faisant une moue d’écœurement en remarquant que l'odeur ambiante flottait toujours. J'croyais que c'était un lieu romantique, mais ça pue. C'quoi c'relent ?

Je fixai la femme qui se tenait face à moi. Je ne la connaissais pas et au premier abord elle n'avait pas l'air des plus amical, je restai donc sur mes gardes. Meika quant à elle avait posé ses yeux noirs sur le compagnon de cette provocatrice. Malgré la différence de taille, ma Meika ne baisserait pas les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 460
Métier : Gitane ( Voyante )
Sexualité : Libertine
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Oct - 16:56
La vision de la gitane se floutait par moment. Était-ce à cause de l'obscurité présente, ou bien de l'alcool qui se répandait progressivement dans ses veines, et qui remontait à son cerveau ?
Les deux, certainement.

La femme en face d'elle ressemblait à une indienne, ou une sauvage. Dolorès avait enfin trouvé une femme habillé plus léger qu'elle. Un pagne qui cachait ses parties génitales, un bandage au niveau de la poitrine, une chevelure sulfureuse, et des bijoux très imposants. Dolorès ne put s'empêcher de se dire que Kaliska n'était qu'une pâle copie d'elle même. Mais lorsque la demoiselle ouvrit la bouche pour rappeler le fait que les hommes sont inutiles, la gitane arqua un sourcil. Elles se ressemblaient beaucoup, en effet. Mais Dolorès n'était pas tout à fait de cet avis.

Un homme servait à bien des choses. Malléable, et riche de préférence, il devenait un bon parti, et un atout majeur dans cette société qui considère la femme comme inférieure. Pour peu qu'il ait un bon coup de bassin, et cela devenait presque agréable. La gitane pencha sa tête sur le côté, certainement que son cou avait décidé de ne plus travailler pendant quelques secondes. Ah, l'eau de vie... Quelle invention merveilleuse. Dolorès en était amoureuse.

Elle ne put s'empêcher de sourire lorsque la jeune fille en face d'elle souleva l'odeur piquante de son breuvage. Elle ne savait donc pas ce qu'était l'eau de vie ? Bien qu'elle ait l'air d'une souillon, elle ne semblait pas en avoir le vécu. Pure. Dolorès grimaça. A son âge, elle buvait déjà bien plus que raison.

- N'insultes pas le remède de l'amour, dit la jeune femme en brandissant sa bouteille vers le ciel.

Son bras redescendit mollement le long de son corps, et son regard redevint provocateur.

- C'est pas assez romantique pour toi ? Quel dommage. Le sol mousseux encaisse bien les chocs pourtant...

Lentement, la gitane fit glisser ses longues jambes vers son rocher des complaintes, et posa ses fesses contre la pierre froide. Elle détacha son regard de la sauvage l'espace d'un instant, pour reprendre une gorgée d'eau de vie. Gringo, lui, faisait fit de la petite bestiole au sol, gardant toujours un œil sur sa gitane. Hors de question qu'elle tombe et se fasse mal !



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 155
Métier : Exploratrice
Sexualité : Ne sais pas
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Oct - 23:12
Seule la lumière pourrait défaire nos repères.
La femme qui se tenait en face de moi, me ressemblait étrangement. Accoutrement original et peu couvrant, des bijoux voyants ... bon elle était maquillée alors que moi non. Elle avait un comportement étrange, avait-elle trop bu ? C'était une possibilité. La bouteille devait contenir de l'alcool, mais de quel genre. Un style de boisson que je n'avais testé, en tant que combattante et exploratrice je me devais de garder les idées claires.

-C'quoi ce breuvage ?
Demandais-je curieuse.

Eh oui, je n'étais pas une simple sauvage. Même si j'en avais l'apparence et que je parlais d'une manière différente, j'étais curieuse et instruite. Certaines personnes me regardaient parfois de haut, se pensant supérieurs à moi. Pff quel idiotie ! Je les écrasais physiquement et intellectuellement. Certes, en dehors de Kii je n'étais pas très perçu. Une jeune femme comme moi, les hommes n'aimaient pas cela. J'étais un danger pour leur pseudo virilité.

-L'romantisme est une chose inutile pour moi, comme c'histoires de couples, répondis-je froidement. "Encaisser les chocs" ... et ton compagnon alors, il est où ?

Bah oui, pourquoi serait-elle là. Toute seule, alors qu'elle avait trop forcé sur sa boisson. Enfin, moi aussi j'étais dans cette grotte sans accompagnateurs. Cependant, de mon côté c'était un choix personnel. La gitane en profita pour se rasseoir, je décidai donc de limiter et ainsi tester ce fameux sol mousseux. Je m'installai donc à côté de Meika. En regardant la jeune femme en face de moi.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 460
Métier : Gitane ( Voyante )
Sexualité : Libertine
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Oct - 15:06
La gitane fixa le mur de pierre en face d'elle d'un air mélancolique. Elle avait souvent de genre de passe un peu difficile, mais généralement, personne ne voyait sa petite déprime. Elle était toujours dans sa carriole, bien cachée des regards extérieurs. Se dévoiler ainsi devant une inconnue de surcroît, était très inhabituel pour elle. Mais peut être après tout que Dolorès avait besoin de compagnie ? Peut-être avait-elle besoin d'une épaule sur laquelle pleurer, et d'une oreille bienveillante qui pourrait entendre ce qu'elle avait à dire ?

Lorsque la sauvageonne demanda quel était ce breuvage, les questionnements de la gitane s'évanouirent en quelques secondes, comme si la faiblesse n'avait pas sa place dans son corps. Elle tourna son regard ambré vers Kaliska, désormais assise à ses côtés, et eut un petit sourire. Lentement, elle tendis la bouteille, veillant à ce que rien ne se renverse. Dans son état, un accident était vite arrivé.

- Goûtes, tu verras bien.

La gitane eut un sourire malicieux, désireuse de voir comment la jeune femme en face d'elle allait réagir lorsqu'elle prendrait une première gorgée. L'eau de vie était très forte, et malgré l'arrière gout fruité qu'il y avait, cela ne cachait pas le gout brûlant de l'alcool. Dans son pays d'origine, elle avait connu des gitans qui mélangeait cette eau de vie avec des fruits écrasés, liquéfiés. Le breuvage devenait soudainement plus sucré, plus goûtu, et beaucoup plus traite. Enfin, ici, Dolorès n'avait que faire d'une boisson douce pour ses papilles. Tant qu'elle voyait flou au final, le but était atteint.
Qu'est ce que disait sa mère déjà ? Qu'importe la fiole tant qu'on a l'ivresse.

- Quel compagnon ? Cracha-t-elle comme une vipère. Aucun n'a l'audace de vivre à mes côtés.

Non, pas un n'avait eut au moins la décence d'apprendre à connaitre Dolorès avant de la pénétrer. Les hommes étaient tous les mêmes, de toute façon.

- Et toi, pourquoi tu es là ? Si tu n'aimes pas le romantisme, ni les hommes, ni les couples ?

Question piège ? Peut être. Personne ne venait dans cette grotte sans y avoir un intérêt derrière.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Scémède :: Plaines sauvages :: Grotte Mousse-
Sauter vers: