:: Kii :: Village caché Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Explorer des Sentiers Inconnus |ft. Kali|

avatar
Or : 280
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Nov - 0:24
Il est des anomalies dans la vie de Maeko. Des éléments qui tranchent de ses habitudes, auxquelles elle s’accroche d’une force désespérée, presque malsaine. Elle n’a jamais aimé les irrégularités, les changements, les singularités. Sauf que nécessairement dans une vie, elles se produisent, la jetant dans un monde d’incertitudes. Elle palie à son manque de ressources par des rigidités qui frôlent l’obsession; trouve réassurance dans des idées fixes. Parmi elles, la peur tenace de l’étranger, qui l’accompagne depuis longtemps et s’aggrave au fil des années. L’angoisse de l’autre la domine, simplement car elle ne parvient pas véritablement à comprendre. Pourtant. Pourtant Kaliska existe dans sa vie, exception qui confirme la règle. Cette vieille amie vient de loin, même s’il fait longtemps qu’elle habite ici. Maeko a presque oublié ses origines réelles malgré son apparence qui la trahit. Elle se souvient néanmoins des réticences qu’elle a vu en voyant cette enfant si différente débarquer au village perdu dans les montagnes. Des murmures qu’elle a adressé dans son dos, au début. Puis sa mère lui a raconté qu’elle avait été trouvée dans la forêt, seule, abandonnée par ses parents. Le cœur sensible et généreux de la petite musicienne a tremblé de cette histoire. Le lendemain, elle se proposait auprès des parents de Kaliska pour jouer avec elle, l’accompagner dans le village, lui apprendre ce qu’il faisait d’être Kii. Drôle d’idée, maintenant qu’elles sont grandes toutes les deux et que Kali représente peut-être un peu mieux leur peuple que la native avec sa force de caractère.

Les origines de Kaliska ne représentent pas le seul défi qui auraient pu entraver leur relation naissante. Leurs personnalités opposées auraient pu semer le doute, les éloigner. Pourtant leur amitié a fleuri au travers les années. L’exploratrice incarne tout ce que Maeko n’est pas : une énergie sauvage, un peu brute, que rien ne pourrait encager. La musicienne, près d’elle, ne fait que mieux promouvoir son personnage : une jeune fille posée, trop, incapable d’exprimer et même de ressentir ses émotions ou même d’allumer la passion en elle. L’une ne peut supporter l’idée d’être enfermée en ce village toute sa vie, l’autre se terre dans la peur de voir le monde. Kaliska suit sa propre voie depuis un moment et son amie l’a toujours respecté. Sauf qu’en apprenant le retour imminent de l’exploratrice, Mae s’est précipitée à l’entrée pour l’y attendre, impatiente de la retrouver et encore troublée par son long départ. Même si ces choses n’inquiètent peut-être pas Kali, Maeko s’angoisse tous les jours qu’il ne lui arrive malheur. Yôko, surpris de voir l’humain qu’il accompagne depuis un mois déjà dans un tel état, s’empresse de la suivre en compagnie de Fuyumi. Ils s’étonnent de la vitesse à laquelle la jeune fille court, peinant à la suivre dans les rues.

Finalement la brunette s’arrête, un peu essoufflée mais satisfaite d’être parvenue à la porte avant son amie. Elle met un moment à remettre de l’ordre dans ses émotions qui s’agitent comme rarement pour elle. Maeko ne tient pas à beaucoup de personnes dans sa vie, pas réellement du moins. Kaliska, encore une fois, incarne une exception. Sitôt elle paraît que la musicienne se précipite en sa direction pour s’assurer qu’elle aille bien. Elle se freine, comme souvent, comme on lui a appris. Elle ne fait pas très propre à agir aussi promptement, n’est-ce pas? Maeko s’incline pour la saluer, même si elle n’a qu’une envie : la serrer dans ses bras. Son estomac se tord durement tandis qu’elle repousse la peine et l’angoisse qu’elle a ressenties pendant son absence. Elle tente de dissimuler ce qui la trouble, mais ses prunelles azurées la trahissent.

«Kaliska! Quel plaisir de te revoir en forme! Tu dois être fatiguée, viens te poser chez moi autour d’une tasse de thé.»

Kaliska, ô combien j’ai eu peur. Même si tu es fatiguée, j’ai trop besoin de ta compagnie en ce moment pour te laisser aller simplement.

«Puis tes escapades ont duré! Tu es resté bien plus longtemps dehors que ce que tu avais présumé… Il va falloir que tu restes un peu.»

Pourquoi es-tu partie si longtemps? Je me suis sentie seule sans toi. Restes parce qu’un nouveau départ sera trop difficile à gérer.

Maeko ignore si la jeune femme saisira ce qu’elle tente de se cacher à elle-même. Elle force un sourire un peu provocateur, usant de dérision pour dissimuler ses reproches et ses insécurités. Yôko, oublié, observe Kali avec curiosité. Fuyumi la Croquine reste derrière la jeune fille pour sa part, intimidée par la nouvelle venue et méfiante de nature.




par cutgut sur deviantart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 205
Origine : Unys
Métier : Exploratrice
Sexualité : Ne sais pas
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 23:25
Explorer des sentiers inconnus.
Me voilà sur la route du village de Kii, mon retour est imminent. Je suis parti depuis quelques mois déjà, je devais revenir bien avant … mais j’ai eu des obligations. Retardant ainsi mon voyage. Malgré mon désir d’ailleurs, je suis vraiment heureuse de rentrer. Revoir les miens, l’endroit où j’ai grandi. C’est important pour une exploratrice d’avoir un point de repère et un lieu pour se reposer. Je ne vais pas mentir en disant que personne ne m’a manqué, l’absence de mes parents est toujours compliquée. Et il y a Maeko, ma Maeko. Mon amie, ma sœur de cœur. Celle à qui je confie mes doutes, qui me voit pleurer, qui m’apaise. Elle sait tout de moi et elle est bien la seule. J’ai très mal vécu mes premiers jours dans le village de Kii, je n’étais pas la bienvenue. Pourtant, un matin, j’ai croisé cette fillette aux cheveux noirs, avec qui j’ai commencé à m’amuser. Elle n’avait pas honte de se montrer en ma présence. J’ai alors évolué à ses côtés.

Maeko et moi sommes totalement complémentaires. Je suis pleine d’énergie, trop. J’ai donc tendance à la booster un peu, la bousculer et lui montrer qu’elle peut aussi s’ouvrir. Elle, me calme et m’apprend à vivre en société comme une personne « normale ». J’accélère mes foulées, j’ai hâte d’arriver ! Meika presse également le pas, afin de me suivre.
L’entrée du village m’apparaît enfin, une silhouette reste fixée devant. Je sais déjà de qui il s’agit. Cette dernière s’avance au pas de course, le visage de mon amie m’apparaît. Un sourire radieux illumine alors mon visage. Je la vois, qui s’incline. Je fais de même et rigole. Je m’approche et la prends dans mes bras, inutile de faire des manières entre nous.

-Maeko ! Tu m’as manqué, tout comme ton délicieux thé,
dis-je en souriant.

Je pris son bras sous le mien, je sais qu’elle s’inquiète, mais elle n’ose pas me l’avouer. Je dois donc la rassurer sans la mettre mal à l’aise. Je ne partirai pas aussi tôt, je compte bien profiter de sa présence en maximum !

-Une expédition de dernière minute, je ne pouvais pas refuser. J’ai prévu de rester quelque temps, ne t’en fais pas, lui expliqué-je. Je reste avec toi Mae, rassure toi.

Meika quant à elle, s’approche des deux pokémons inconnus accompagnant mon amie d’enfance. N’ayant aucune crainte et voulant se faire de nouveaux amis, elle ouvre sa gueule et fait claquer ses dents en guise d’amitié. Généralement cette tentative d’approche effraie davantage, après tout Meika a une apparence peu ragoûtante. Les autres n’apprécient pas les différences.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 280
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Déc - 18:33
Maeko ne s’interprète pas aussi aisément pour le commun des mortels. Entraînée dans l’art subtil de dissimulation, elle oscille entre discrétion et réserve, se faisant souvent effacée et sans saveur. Même auprès d’elle-même, la musicienne a du mal à s’ouvrir pleinement. Son éducation rigide lui a permis de développer ses talents, certes, au détriment d’une personnalité qui ne se manifeste désormais plus qu’en de rares occasions. Heureusement, Kaliska possède assez d’audace pour lui permettre de l’apercevoir, de la provoquer même. À ses côtés, Mae se souvient de cette enfant douce au sourire contagieux qu’elle était. Elle entre alors en conflit entre volonté et instinct, entre acquis et inné. Deux parts d’elle-même qui ne cessent de s’affronter, même dans les plus candides des instants, comme l’accolade amicale et sincère d’une amie proche. Dans les bras de Kali, Maeko se crispe d’abord, peu habituée à une telle démonstration d’affection. La jeune fille est bien plus réservée que sa vis-à-vis. Autant dire que Kali a un côté bien plus démonstratif que la native Kii. Sauf que cette étreinte possède tout ce que Mae pourrait rechercher. La puissance de ce geste l’apaise, la force à l’imiter avec un petit sourire tout aussi attendri que gêné. Sur la place publique, des regards se tournent vers eux, tirant des rougeurs à Maeko qui se retire un peu précipitamment peut-être, mais conservant la main de l’exploratrice qu’elle coince entre ses paumes avec tendresse.

«Je suis ravie de l’entendre. Même si je ne comprendrai jamais, je crois. Viens, allons dans un endroit plus discret pour discuter.»

Qui a-t-il tant à voir par-delà les horizons promis par Kaliska? Maeko ne peut même s’imaginer ce qui pourrait l’attendre au-dehors. Le monde extérieur au territoire de Kii ne lui semble qu’hostile, mystérieux et lugubre. Ses pas l’ont mené jusqu’à Nimus récemment, où elle a pu faire la rencontre du Fuyumi et de Kenta. La Croquine observe d’ailleurs la Kraknoix d’un air suspicieux, peu désireuse de goûter à sa morsure. Heureusement, le monstre de type Sol ne semble pas exactement hostile, au contraire. Yôko vient la renifler sans plus attendre, non sans sursauter au bruit sec que produit la mâchoire de l’inconnue. D’un geste, Maeko invite ses camarades à la suivre, puisqu’elle a l’intention de ramener toute la petite bande chez elle pour une bonne théière chaude en excellente compagnie.

«Je ne m’inquiétais pas, de toute manière, je sais que tu ne pourras pas t’empêcher de repartir à l’aventure sous peu. Tu seras surprise d’apprendre que j’ai eu quelques aventures moi-même pendant ton absence.»

La musicienne baisse les yeux en direction de ses nouveaux compagnons, leur offrant un sourire tranquille. Elle est heureuse de les introduire à sa bonne amie, et aussi un peu fière. Jamais elle n’aurait pu s’imaginer être ainsi accompagnée de monstres qui auraient parfaitement confiance en elle et pourtant. Un sourire énigmatique illumine ses traits tandis qu’elle dirige son amie vers chez elle. La maison, comme à son habitude, est tranquille. Son père doit se reposer dans ses quartiers à cette heure, laissant tout le loisir à Maeko de diriger Kaliska vers un petit salon doté de coussins et d’une table basse où elles pourront échanger en paix. Yôko se précipite sur un d’entre eux pour s’y coucher, mais Fuyumi reste auprès de l’humaine tandis qu’elle prépare le thé et le rapporte sur la table, toute fière. Elle en serre une tasse à son amie avant de prendre place délicatement devant elle.

«Je te présente donc Fuyumi et Yôko. Le Bébécaille est avec moi depuis quelques semaines, mais pour la Croquine c’est tout récent. J’ai aussi un pensionnaire temporaire, dans ma chambre, c’est un Otaquin que j’appelle Kenta. Il est blessé alors je l’ai recueilli quelque temps, mais je compte bien lui rendre sa liberté lorsqu’il ira mieux.»


Maeko sourit en portant une tasse de thé à ses lèvres, devinant bien que ces nouvelles doivent être surprenantes. Elle décide de changer le sujet rapidement, pour laisser planer le mystère.

«Et toi, quelle aventure as-tu encore vécu cette fois?»




par cutgut sur deviantart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Kii :: Village caché-
Sauter vers: