:: Scémède :: Palais du Monarque :: Jardins Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

embistrouille × solo

avatar
Or : 140
Métier : Jardinière
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Nov - 11:34

❝ A weed is but an unloved flower ❞SoloLe soupir aux lèvres, les mains sur les hanches, les yeux rivés sur les jardins devant elle, Liseron réfléchit. Et il est dur de réfléchir quand on ne veut pas et clairement, la demoiselle est loin de vouloir. A-t-elle le choix ? Non et peut-être devrait-elle commencer par-là. L'Automne est installé et mine de rien, c'est une saison chargée pour les jardiniers. C'est le moment où la terre est prête à accueillir de nouveaux enfants et à les bercer tout l'hiver pour mieux les réveiller à l'aube du Printemps. C'est là que réside la raison de sa grande observation : le changement. Les jardins royaux sont beaux et en toute saison mais il ne faudrait pas qu'ils perdent de leur charme en offrant toujours le même spectacle. Alors Liseron se baisse vers la première fleur dont les couleurs lui plaisent et elle la regarde, fort.

Rien.

Ce n'est plus un soupire mais un râle qui lui échappe quand elle se redresse. Elle essaye de repenser à chez elle et plus particulièrement aux mille fleurs de Bourg-Flora. Pourtant ça ne l'inspire pas de transvaser des éléments du champ aux jardins, au contraire ! L'idée la frustre. Si l'on lui demandait pourquoi cet endroit est si beau, la jardinière répondrait que c'est grâce au chaos qui y règne. Si ces fleurs sont là c'est parce qu'elles le veulent, si elles sont si résistantes c'est parce qu'elles sont chez elle. Au Palais ce n'est pas la même, il n'y a pas grand-chose qui a poussé ici de son plein gré. Énervée, Liseron rebrousse chemin et va faire un tour dans les petites serres où sont entreposées les pousses qui attendent qu’on leur trouve une place. Non loin, c'est un défilé d'autres jardiniers qui s'affairent à travailler la parcelle à laquelle ils ont été assigné, leurs pas pressés et leurs outils sont les seuls bruits que l'on peut entendre dans ce coin reculé. Elle hésite l'espace d'un instant à arrêter l'un d'eux pour parler, simplement. Peut-être qu'échanger un peu l'aiderait à se décider ? Un arbre fruitier, un à noigrumes, un arbre à baies... Le dernier nettement est plus joli, plus pratique aussi. Ce sera un entretien quotidien mais si elle prend un arbuste assez haut et qu’elle l’habille de feuilles, buissons et fleurs, ce sera parfait.

Satisfaite d’avoir enfin une idée pour bichonner son accin, la demoiselle marche un peu plus vite en direction du stock de baies pour commencer à travailler, Pépin n’est même pas loin, fourrée dans un seau où elle semble roupiller depuis un bon moment déjà, cette buzone. Ce n'est pas si grave, l'Aspicot ne lui est pas de grande utilité pour le moment, ce qui lui faut là, c'est un humain. Car quelle réserve de baies ! Les jardins royaux ne sont définitivement pas les champs de Bourg-Flora, elle n'est même pas sûre de savoir compter assez loin pour lister tous les choix qui s'offrent à elle. C'est cependant l'occasion de travailler quelque chose de nouveau alors après un très sérieux am stram gram, Liseron s'empare d'un fruit au hasard et ressort attraper le premier jardinier qu'elle croise.

Eh toué ! T'as l'air d'une gazette, ué, c’te baie-là, d’qu’elle couleur qu’il d’vient son abe, eh ?

Pauvre, pauvre jardinier. Il n’a même pas la force de dévisager la Liseron tant il est bloqué dans la confusion, les sourcils qui se froncent de plus en plus au fur et à mesure de sa réflexion comme si ce petit geste allait miraculeusement l’aider à traduire les propos de la rosée. Du coup, pour couper court à la conversation il prend ironiquement son temps pour tout lui dire en espérant que ce soit suffisant pour qu'elle n'ouvre plus la bouche pendant au moins 24h, le temps qu'il se remette de la migraine qu'elle lui a causé. Liz apprend donc que la baie qu'elle a dans la main est une Baie Enigma,une baie rare et il insiste dessus, elle détiendrait le pouvoir des étoiles. Son arbre, lui, est d'un marron pâle avec une légère teinte rosée, ses fleurs bleues sont nettement plus intenses. Ça semble suffire à la miss qui murmure un merci en retournant vers le stock en récupérer au moins une deuxième pour avoir deux arbres. Son collègue en profite pour fuir avant qu'elle n'ai d'autres questions. Et, effectivement, il lui reste une question à la Liseron. Où diable sont passées le reste des baies Enigma ? Quelqu'un a-t-il voulu la devancer ? Rangeant avec soin la rescapée dans une des poches de son tablier, la campagnarde est rejointe par sa larve qui, vu sa tête et sa vitesse pour la rejoindre, n'est décidément pas la coupable.

J’bacute Pépin, j’bacute.

Mais pas pour bien longtemps car quelqu'un va tâter de sa faucille et il n'y a rien de mieux qu'un jardin pour disposer d'un corps.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 838
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Nov - 10:57

  

Attention !


Un Pokémon sauvage apparaît...


Pourquoi vouloir mettre un coup de faux à quelqu'un ? Quelle violence, surtout dans un lieu si raffiné que les jardins royaux ! Et puis les graines n'ont pas disparu, nuance, elles ont juste été... Consommées on va dire ! Ben oui, elles sont faite pour être replantées, certes, mais aussi ont un usage bien plus agréable pour certains pokémons, et c'est d'ailleurs le petit coupable qu'elle remarque. Celui ci sort d'un buisson, le ventre bien rempli à priori, et avec encore une graine entière dans la bouche, se préparant à l'avaler ! Et il ne fait absolument pas attention à Liseron, après tout, personne ne l'a jamais embêter à manger des graines ici !




Un Poussifeu mâle !




Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 140
Métier : Jardinière
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 12:13

❝ A weed is but an unloved flower ❞SoloLiseron pourrait réagir de mille façons face au voleur de baies comme elle ne perd pas une minute à le désigner. La diplomatie est une solution, croyez-le ou non, même une personne armée et prête à jouer de son arme peut opter pour la diplomatie. Surtout si c’est un homme qui a dérobé la baie, après tout, n’a-t-elle pas appris à se jouer d’eux pour obtenir ce qu’elle voulait ? Mais il n’y avait pas d’homme ni de femme dans le stock quand elle en est sortie pour poser une question et elle l’aurait remarqué si quelqu’un y était entré. Le voleur est donc plus petit et pour avoir défendu pendant des années ses récoltes, la demoiselle sait qui est souvent le coupable dans ces cas-là : un pokémon. Elle confie donc à Pépin la tâche de rester dehors et de surveiller les alentours si jamais l’Aspicot repére quelque chose de suspect pendant que la rosée s’attèle à fouiller toutes les boîtes, étagères et coins et recoins. Ses recherches sont infructueuses et, évidemment ! Le truand n’est pas bête, resté ici, enfermé avec son butin ? Il se fera aisément attrapé ! Désormais persuadée qu’il est dehors, la jardinière sort.

« Enfin ! » semble dire Pépin qui fait couiner tout son corps pour tenter d’attirer son attention.  Car devant eux et sortant d’un buisson, un Poussifeu bien rond a la fameuse baie dans la bouche. La ? Il y en avait plus qu’une ! Et son collègue ne lui a-t-il pas dit qu’elles étaient rares et cet oiseau qui ne semble visiblement pas mourir de faim s’en est fait un festin malgré ça ? Et d’ailleurs, parlons-en de ce bestiau ! Depuis quand les jardins royaux possèdent un poulailler ? Non ! Elle doit arrêter de se poser des questions et réagir et c’est pour cela qu’elle se baisse, fait une boule de boue et la lance sur le Poussifeu. L’action le surprend, lui qui pensait visiblement qu’il était dans son plein droit de manger cette baie et en plus, devant le lieu où il avait osé se la procurer. Il la lâche donc sur le coup mais ne compte pas pour autant abandonner son repas, les premières lui ont bien plu et la gourmandise fait que s’il en reste une, eh bien, elle est pour lui ! Le petit oiseau orange décide donc de lancer Rugissement, le poitrail bombé pour montrer qu’il est prêt à se battre. Est-ce vraiment une bonne idée de se battre dans les jardins royaux et de surcroit avec un pokémon de type feu ? Clairement pas mais tout le monde est en droit de faire ses mauvais choix, non mais. Cessez de juger un peu et commencez par vous regarder.

C'toué qu't'es bâcoulé, qu't'es bourlandé et t'oses beurler ?

Si le Poussifeu a une poche de feu dans son ventre, Liseron, elle, a le sang chaud. Et bam qu'elle s'empare de l'Aspicot pour l'envoyer au front ! La larve est moins assoiffée de sang et penchait plus pour une sieste jusqu'à temps qu'elle voit avec quel regard l'oiseau la regarde. .. Est-il sérieusement entrain de penser à faire d'elle son quatre heure ? Wow, sûrement pas ! Avortez la mission, avortez-la ! C’est donc l’instinct de survie qui fait que l’Aspicot, pour se défendre, utilise Sécrétion. Sur le coup ça lui semble logique, prisonnier de la toile, le Poussifeu ne pourra pas l’atteindre ? Ou si c’est un de ces coqs prétentieux, la texture le dégoutera et il partira ! Ah, si seulement ça se passait comme ça… La vérité c’est que la Sécrétion n’a même pas le temps d’atteindre l’oiseau qui la brûle sans vergogne avec Flammèche. Rude, vraiment. Mais juste pour être sûre, Pépin réitère l’expérience non sans se dépêcher de ramper jusque sous les jupons de Liseron d’où elle relance son attaque qui subit le même sort et qui arrache à la jardinière un cri de surprise. Cette fois-ci, elle a bien failli se recevoir un contrecoup et prendre feu et si la peur la parcourt un instant, l’envie d’en découdre est bien plus forte. Pour Pépin c’est tout le contraire, vexée de son inefficacité, la larve décide de rester entre les jambes de la rosée. Depuis leur rencontre, Pépin sait qu’elle est nourrie et logée dans l’optique de combattre ou d’intimider les « ennemis des jardins », ou « nuisibles » comme l’humaine les appelle quand ils ont déjà fait des ravages. Et c’est pour éviter cette partie du contrat que la larve reste larve, avec espoir de ne garder que les avantages de son poste.

Bien sûr, c’est loin de fonctionner.

Liseron a toujours cette baie à récupérer et elle n’hésite pas à soulever sa robe pour se saisir de l’Aspicot afin de la relancer au combat, comme si elle participait à un concours de lancer de poids. Le problème c’est que le poids est plus que léger et qu’il vole droit vers le Poussifeu qui, voyant sa chance d’avoir un repas facile, ouvre grand le bec en attendant que l’insecte tombe dedans. Définitivement cardiaque depuis le début du combat, Pépin lance Dard-Venin comme un nouvel écran de protection avec cette fois un côté plus offensif et ça a du bon ! Le Poussifeu a à peine le temps de réagir avec Griffe pour empêcher d’être touché qu’il est blessé. Si Pépin est fière d’elle, elle oublie qu’elle a encore l’atterrissage à gérer et se rétame en jetant Sécrétion en même temps ce qui donne lieu à un véritable feu d’artifice de toile. Le stock en est couvert, la Liseron aussi, les arbres aux alentours aussi, une pagaille monstre pour un si petit animal. Et le poussin est lassé de faire tant d’effort, il a au moins perdu, pffrt, vingt kilos avec tout cet exercice ! C’est manger qu’il veut, pas faire un régime ! Alors il est d’accord avec l’humaine, cette bagarre a bien trop duré, il est temps de la terminer ! Ni d’une, ni de deux, il aveugle l’Aspicot avec Jet de Sable, un coup bas, très bas. La pauvre bestiole s’agite donc dans tous les sens tandis que le Poussifeu, fier, rebombe le torse et pose sa patte de façon triomphante sur la Baie Enigma.

Pépin !

S’époumone la jardinière, frustrée de ne pas pouvoir intervenir avec l’Aspicot et la baie trop proches de l’ennemi. Son nom a au moins le mérite de faire réagir la larve qui utilise sa dernière capacité, son joker si vous voulez. Elle secoue sa petite tête, les yeux rouges par l’irritation causée par le sable et elle aussi, bombe son petit corps et sans crier garde, elle se jette de toutes ses forces pour lancer Piqûre ! Et de son Dard, Pépin pique et pique le Poussifeu, en plus de récupérer au passage la baie ! Fière, Liseron l’encourage jusqu’à ce que l’instinct de nouveau, prenne le dessus. Qui pouvait savoir que l’effet secondaire de Piqûre était de voler la baie tenue par l’adversaire et de la dévorer ? Et que même si Pépin se maudissait très très fort de succomber, la baie qu’elles essayaient tant de récupérer, elle était en train de la manger ? La tournure des évènements ne perturbe pas que l’Aspicot qui est prête à déprimer pour le restant de ses jours, le Poussifeu, en plus d’avoir mal, est confus. Repas numéro 2 a mangé repas numéro 1 ? La confusion laisse place à la peur quand il se reçoit la faucille de la jardinière très, trop près de son train arrière. Il a bien faillit y perdre quelques plumes et refuse de rester ici si c’est pour se vider l’estomac au lieu de le remplir ! Alors il fuit, laissant l’humaine et l’autre pokémon seuls.

T’sais qu’malgré l’atier, on est bien grâce à toué, eh ?

Souffle Liseron en prenant dans ses bras son vaillant petit insecte. Effectivement, le duo est bon pour un brin de ménage et des commissions et la demoiselle n’aura qu’un arbre à proposer. Mais il fera bien des baies aussi, cet arbre. Alors sans plus de blabla pour ne pas déprimer plus l’Aspicot, la demoiselle va la poser à l’abri avec eau et feuilles tendres pour un repos bien mérité tandis que la rosée commence sans elle à récupérer les sécrétions et à balayer le sol qui a encore les marques de leur combat.


Résumé:
 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 838
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Nov - 15:04

  

Bravo !


Fin du combat
Pauvre bête ! Et dire qu'elle venait seulement picorer pour se remplir l'estomac et on tente de la faucher, en manquant de mettre feu aux jardins seigneuriaux ! Si c'est pas de la faute professionnelle, moi je ne sais pas ce que c'est !
En tout cas, heureusement que personne n'a aperçu Liseron, sans quoi ses confrères auraient sûrement rapporté ! Jalousie ou peur de la campagnarde ? Peut être un peu des deux, mais en tout cas, avec son petit asticot, elle semble au moins fusionnelle, c'est déjà ça !

Tu as utilisé l'objet : Aucun

Ton post combat fait 5523 lettres et le Poussifeu adverse s'est enfui.. Ainsi Pépin gagne 6 niveaux.

Tu peux aller Ici pour signaler le gain de niveau. N'oublie pas de mettre à jour ton Répertoire !


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Scémède :: Palais du Monarque :: Jardins-
Sauter vers: