:: Scémède :: Palais du Monarque :: Halls et salons Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'oiseau et le jeune homme [pv Ariah]

avatar
Or : 45
Origine : Hastérion, Aros
Métier : Plongeur à Nimus
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 10:37
L'oiseau et le jeune homme
"Qu'est ce que vous voulez que je vous dise Monsieur Brelluma ? Ce sont des breloques inutiles, bien en dessous de ce que vous nous ramenez habituellement ! Cela ne vaut même pas quelques pièces d'or, je peux trouver mieux dans n'importe quel marché du royaume pour un quart du prix que vous nous réclamez ! Non, je ne prend pas, et ce n'est pas la peine d'argumenter" 
 
Gromellant en rangeant toutes ses trouvailles dans un grand coffre, beaucoup plus récent celui là, il se dépêche pour ne pas embêter "sa seigneurie" de Scémède... Évidemment, dès que ça ne ressemble pas à des statues de marbre entière ou des bijoux en or massif, il n'y a plus personne pour acheter les bas relief abimés et les restes de poterie ! Et dire que tout ça devrait être dans un musée... 
Mais bon, quand on a pas les moyens, on revend aux autres pour qu'ils le fassent, le musée !  
Et les nobles de Scémède, surtout les canegli, que ce soit oncle, frère, parents ou petits fils sont les seuls qui ont des fonds à jeter par les fenêtres pour cette activité que beaucoup considère futile et une perte de temps et d'argent. 
 
Une fois tout les artéfacts mis dans son coffre il le met sur son épaule, malgré son poids il a l'habitude de porter de lourde charge quand Victoire ne suffit pas. Se retournant sans même saluer le noble, il commence à quitter la pièce et gromellant doucement dans sa barbe : 
 
"Crétin de noble... Tout le monde est courant que tu n'as plus d'argent... Si ça tenais qu'à moi je te..." 
 
"Oh et Monsieur Brelluma ? N'oubliez pas que si je vous offre l'hospitalité, c'est uniquement grâce à la lettre de votre frère, et pas pour quelconque inamitié que je pourrais avoir à votre encontre, que ce soit clair" 
 
Le Plongeur se stoppe dans sa marche et se retournant directement avec un grand sourire, complètement moqueur et passablement énervé par ce que le noble insinue, il fait une profonde révérence, et ajoute d'une voix aigre : 
 
"Évidemment Mon seigneur, et croyez moi c'est totalement réciproque, je ne reste que parce que mon corps réclame du repos, pas dans le cadre d'une quelconque affection que je pourrais avoir pour vous, si telle chose pourrez exister" 
 
Et sans plus de cérémonie, Mélos reprend son coffre et quitte la salle de réception furieux, pour aller directement dans les appartements qui lui sont attribués, ne voulant pas plus rester dans la même pièce que cet idiot sans culture, passionné que par l'argent. 
 
Avançant d'un pas rageur, il récupère au passage sa pokémon, Nicea, qui attendait à l'entrée dans dire un mot, la demoiselle se perchant sur le coffre, dominant le couloir de sa position quasiment deux mètres au dessus du sol.  
Ne faisant pas attention, aux personnes sur sa route, il fonce jusqu'à sa chambre en écartant toute les personnes devant lui et dépose délicatement le coffre au sol une fois arrivé, avant de s'étaler sur son lit, ne prenant même pas la peine de fermer la porte, et hurlant un coup dans son oreiller pour se défouler un peu... De toute manière c'est soit ça, soit il empale le seigneur dès qu'il le revoit ! 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 130
Origine : Scémède
Métier : Danseuse
Sexualité : Hétérosexuelle
Equipe : (lvl 9)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Nov - 19:47
Ariah laissa échapper un léger soupir. Elle venait d'achever de se laver, tâche plutôt ardue quand on voyait la crinière brune dont elle était pourvue. Elle mettait un temps assez conséquent pour se laver les cheveux, et les sécher à peu près correctement. Avec les saisons froides qui arrivaient, elle ne voulait pas prendre le risque de tomber malade. Elle avait donc passé la matinée à prendre soin d'elle. Elle faisait plus ça par obligation que par réel plaisir. Quand elle entendait les nobles et superficielles dames de la cour, elle se rendait compte que pour elles, se chouchouter ainsi, se rendre séduisantes et désirables était quelque chose de positif, voire savoureux. Pour Ariah, il s'agissait d'une corvée, c'était comme d'entretenir un outil de travail. Bien entendu, il en allait également de sa santé, mais elle avait survécu au travail dans les champs sans s'investir autant en divers produits pour la peau. Elle ne saurait dire si la vie dans les champs lui manquait, mais elle avait bien envie de pouvoir un jour partir en voyage, voir un peu plus le monde, et autre chose que le palais, et son petit village de Scémède, non loin. Elle entendait et voyait venir des gens de tellement loin, c'était frustrant pour elle que de se retrouver cantonnée ici. Parfois elle se demandait ce que ça pourrait donner que de discuter avec certains voyageurs qui entraient ici pour discuter avec le Monarque. Elle était néanmoins chargée de danser, et d'écouter pour un éventuel complot. Pas d'engager la conversation. Elle quitta ses pensées en entendant le Dynavolt japper. C'était l'heure de son second tour matinal dans les jardins. Le canidé avait une énergie folle à dépenser, et avec la réception de ce soir à laquelle elle devait assister, elle avait intérêt à passer un long moment dehors, ce matin et cet après-midi, pour qu'il puisse correctement s'exercer, et rester sage ce soir. Elle enfila donc une nouvelle fois son manteau, prête à partir. Le programme de sa journée était tout tracé, et elle comptait bien le suivre à la lettre.

Elle s'engagea donc dans les couloirs, quittant ses quartiers pour accéder au jardin. Elle passa non loin du hall principal, lorsque quelqu'un la bouscula rapidement, continuant sa route. Elle en aurait fait de même, si son têtu Dynavolt n'en avait pas décidé autrement. Si Ariah n'était pas gênée par la situation -il arrivait souvent de tomber sur des gens pressés, et elle n'avait pas vraiment eu mal, au pire un bleu discret- le chiot lui ne l'entendait pas de cette oreille. Pas un étranger ne viendrait blesser SA maîtresse en sa présence. Il poussa un aboiement de colère, et s'élança à la poursuite de l'individu. L'oiseau rouge l'appela, et voyant qu'il ne reviendrait pas, le suivit au pas de course, son grand manteau claquant dans son dos.

Heureusement pour elle, elle était en assez bonne forme physique pour rattraper son Pokémon. Ce dernier était trop obnubilé par sa cible pour penser à regarder autour de lui, et devait esquiver des employés de justesse, alors qu'Ariah les voyait venir de plus loin, et pouvait déjà anticiper. Apparemment, le « vil malfaiteur » se rendait dans les quartiers des invités du monarque. Elle ne distinguait qu'une personne aux cheveux bleus de loin. L'inconnu rentra dans sa chambre pour se jeter sur son lit, et hurler. Elle put l'entendre. Ariah s'attendait à ce que l'étranger ferme sa porte, mais il n'en fit rien. Le chiot bleu continua donc sa course, toujours aussi furibond, et pénétra dans la chambre. Echine hérissée et babines retroussées, il aboya un moment devant le malotru. Il avait les muscles tendus, prêt à bondir. Il fut cependant coupé dans son élan lorsque le manteau d'Ariah s'abattit sur lui, lui cachant la vue. Il jappa de surprise, et la danseuse s'approcha, désabusée, pour le ramasser. Elle dégagea sa tête, mais elle le garda ainsi piégé dans le tissu pour éviter qu'il ne s'échappe. Le Dynavolt se débattit un bref moment, mais en voyant le regard furieux de sa maîtresse, il se ratatina sur lui-même. Il tenta vainement de disparaître dans les replis du tissu, mais il n'était pas assez petit pour ça. Et il sentait à la prise de l'oiseau rouge sur lui qu'il avait fait une bêtise...


« Mes excuses pour l'intervention bruyante et irrespectueuse de mon Dynavolt. Vous m'avez bousculé par erreur dans les couloirs, et ça l'a terriblement vexé. »

Cela dit, elle tenait bien le fauteur de troubles pour qu'il ne recommence pas ses méfaits. Elle observa un instant l'homme, son physique, sa tenue. Et sa rage probable, ainsi que le coffre qu'elle voyait posé dans un coin. Elle l'avait entendu hurler, et elle se demandait bien ce qui avait pu se passer. Cela dit, elle ne se sentait pas vraiment le courage de poser la question. Ca ne la regardait pas, après tout, mais quelque chose lui disait qu'il avait dû se heurter au Monarque, et que ça ne lui avait pas plu. Elle remarqua aussi la Laporeille. Elle n'en avait jamais vu de cette couleur. Etait-elle comme son Dynavolt ? Probablement.

Le chiot poussa un jappement plaintif. La danseuse esquissa un bref rictus.


« Nous sommes encore désolés pour ce qui a pu se passer. Je présume que vous êtes l'un des invités de la réception de ce soir ? » tenta-t-elle simplement pour commencer à se renseigner sur l'homme. Après tout, c'était un invité du monarque, elle se devait d'être prudente sur ses potentielles intentions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 45
Origine : Hastérion, Aros
Métier : Plongeur à Nimus
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 15:41
L'oiseau et le jeune homme
Un bruit parvient aux oreilles du Plongeur alors qu'il a encore la tête dans l'oreiller de plumes. Se relevant lentement, il comprend que c'est en jappement plus qu'autre chose, et se retourne pour voir une petite bestiole bleu, rapidement camouflé sous un habit rouge.  
Se retournant assez vite, Mélos se met en place avec une sorte de pirouette pour s'assoir sur son lit et se relève ensuite pour faire face à la demoiselle qui est dans sa chambre. Ah oui, il n'a pas fermer sa porte, ceci explique peut être cela.  
Se mettant plus droit, le jeune homme regarde la demoiselle qui a pénétrer dans sa chambre avec sa créature à priori, vu comment elle le regarde.  
Se raclant la gorge, et tentant d'oublier sa colère, qui n'est finalement pas tant justifier que ça il se dit et répond avec une sorte de sourire un peu tendu : 
 
"Ne vous inquiétez pas, c'est de ma faute, j'étais un peu sur les nerfs. Ravi de vous rencontrer mademoiselle, vous êtes fort charmante. Je suis Mél.. Ah quoique je pense que je dois avoir le titre de Monsieur ici.. Bah, ce n'est pas important, je m'appelle Mélos Brelluma. À qui ai-je l'honneur de m'adresser ?" 
 
Souriant maintenant plus charmeur que faux, il regarde la demoiselle qu'il trouve bien à son goût tiens ! Mignonne comme tout, pas très habillée malgré le fait que la chaleur ne soit pas bien présente, hiver oblige, et surtout polie ! Que ça lui avait manqué de ne pas se faire menacer d'une arme quand il parle avec une femme ! Que ça suffit toutes ces filles qui se pensent aussi forte qu'un homme !
Mais il divague dans ses pensées, et reprend bien vite quand il entend la question de la demoiselle, déposant Nicea sur son épaule, puisque celle ci était en train de faire un regard assassin vers le chiot, n'aimant pas qu'on soit agressif avec son maître :

« Vous présumez bien mademoiselle. Je ne suis pas un invité de marque je le crains, un simple grouillot qui à la... Chance ? Quelque chose dans le genre, d'être invité au repas de sa majesté. Mais puis-je vous demander ce qu'une magnifique demoiselle fait ici ? Avez vos habits, je me doute de votre profession, je ne savais pas que les Canegli avait des danseuses rien que pour eux ? Et encore moins qu'ils leur offrait des créatures si rares, votre Dynavolt a de remarques couleurs, aussi explosives que son caractère ! »

Le Plongeur rigole un peu en disant ça, ayant perdu toute colère et combativité qu'il avait en lui ! Il se demanderait presque pourquoi, mais préfère regarder la demoiselle plutôt que de penser à lui... Il n'avait jamais ressenti ça avant tiens...
Bah, c'est probablement rien, ça arrive les belles femmes, il n'a juste plus l'habitude !



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 130
Origine : Scémède
Métier : Danseuse
Sexualité : Hétérosexuelle
Equipe : (lvl 9)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Déc - 13:32
Point positif, l'homme face à elle ne semblait pas lui en vouloir, à elle et à Djhaz, pour leur entrée quelque peu bruyante dans sa chambre. Une fois sûre que l'inconnu était vraiment calme, elle déposa son Dynavolt à terre, avec un regard l'invitant froidement à se tenir à carreaux et à ne pas provoquer plus de catastrophe. Le chiot fit des efforts surhumains pour ne pas se ratatiner sur lui-même et conserver un peu de prestance. Il s'assit simplement aux pieds de l'oiseau rouge, droit et fier, comme un noble protecteur. Ce qu'il était dans les faits, quoique encore un peu jeune. De son côté, la demoiselle écoutait les propos de l'invité du monarque. Respectueuse d'une forme de protocole, de hiérarchie, elle s'inclina légèrement lorsque ce fut son tour de se présenter.

« Je me nomme Ariah Thiely. Je vous remercie pour votre compliment à mon égard. »


Elle n'évoqua pas le fait qu'il soit énervé, probablement à cause du monarque. Ca ne la regardait pas, pas dans un premier temps. Quant à rendre les compliments, elle n'était pas sûre que l'étiquette le veuille. Etait-ce vraiment digne de son rang d'employé que de vanter les charmes des hommes qu'elle venait de rencontrer ? Pas aussi directement en tout cas, pas pour elle. Oh, elle pouvait chanter les mérites et les louanges de certains, mais dans le fond il s'agissait d'une manœuvre stratégique sur fond de crasse manipulation. Lorsqu'elle complimentait quelqu'un, lorsqu'elle jouait très clairement de ses charmes, c'était bien pour obtenir des informations. Aussi, elle ne rendit pas son compliment à Mélos, car actuellement, elle n'attendait pas grand chose de lui. Elle nota cependant son sourire. Il semblait plus calme, c'était un bon début.

Son regard se permit d'osciller vers le coffre dans une partie de la pièce, puis sur la petite créature qui venait de passer sur l'épaule de l'homme. Elle ne connaissait pas cette espèce, mais ses connaissances étaient bien maigres à bien y réfléchir. Après tout, elle ne s'était pas rendue compte tout de suite que son Dynavolt n'était pas normal, que sa fourrure aurait dû avoir une autre couleur. Elle ne savait pas à quoi c'était dû, mais elle se rendait bien compte de son caractère encore plus rare et donc précieux. Autant dire que la lapine ne lui évoquait donc pas grand chose.

Son regard se porta à nouveau sur Mélos, alors qu'elle essayait d'afficher un léger sourire de façade. Elle savait qu'elle devait étudier toute personne, qu'un simple « grouillot » comme il se qualifiait lui-même pouvait représenter un danger pour le monarque. Sa propre campagnarde de mère avait bien monté tout un plan pour le faire assassiner. Elle savait bien que peu importe l'échelle sociale, un homme déterminé tentera toujours le tout pour le tout. Mais elle ne ressentait pas une telle haine vicelarde chez l'homme. Aussi, ses mauvaises habitudes revenaient. Elle ne restait que parce que l'inconnu arrivait à titiller sa curiosité avec sa créature inconnue et son coffre qui devait être rempli de belles affaires du monde qu'elle souhaitait découvrir. Ca évitait au moins le complet désintérêt qu'elle pouvait porter aux gens.


« Invité de marque ou non, vous êtes néanmoins invité. Ca ne sont pas les campagnards et fermiers dont je viens qui peuvent se targuer d'un tel honneur. Cependant, vous avez bien deviné. Je travaille ici comme danseuse. Je danse lors des réceptions, pour occuper les yeux, parfois l'esprit, tout dépend des gens. Je danse spécifiquement pour des personnes lorsqu'on me le demande. En soit, je suis une employée du monarque, comme tant d'autres personnes ici. »
Elle jeta un petit coup d'oeil au Dynavolt à ses pieds, qui avait bien entendu qu'on parlait de lui. Il prenait d'ailleurs ça comme un compliment. « Djhaz est en effet un cadeau du Seigneur Canegli. Mais mes connaissances pour m'occuper des Pokémon sont maigres. A dire vrai, je ne savais même pas qu'il pouvait être si rare, avec son pelage. C'est vraiment... Un précieux cadeau. »

Et une toute aussi solide chaîne à sa cheville, ne put-elle s'empêcher de penser. Djhaz lui faisait l'effet d'un pacte silencieux qu'elle avait signé contre son gré avec le seigneur, et elle n'arrivait pas à l'aimer à sa juste valeur à cause de ça. Car dans le fond, elle reconnaissait que le Dynavolt faisait vraiment tout pour la satisfaire, pour lui plaire. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle reporta son regard particulièrement neutre vers Mélos, songeant quelque peu.

« Et vous, puis-je en savoir plus sur votre profession, sur ce qui vous amène à être un invité du seigneur ? Au vu de votre coffre, j'en déduis que vous êtes au moins un voyageur, voire un commerçant. De même, je n'ai jamais vu pareil Pokémon. Il est vraiment adorable. »
fit-elle en souriant à la lapine sur l'épaule de l'homme. « Une chose est sûre, si vous êtes un voyageur, je ne peux que vous envier. Enfin, ca vous fait peut-être bizarre d'entendre une telle chose. »

Les voyageurs pouvaient-ils être enviés, alors qu'ils vivaient dangereusement chaque jour ? Qu'ils n'avaient jamais la garantie d'avoir un toit sous lequel dormir chaque soir, et de quoi bien manger dans son assiette à chaque repas. Pourtant... Elle aurait aimé au moins pouvoir essayer de voyager un peu, découvrir du monde. Alors si, par l'intermédiaire de quelqu'un, elle pouvait avoir un aperçu du monde extérieur, elle s'en contenterait. En espérant qu'elle ait raison sur le travail de Mélos...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 45
Origine : Hastérion, Aros
Métier : Plongeur à Nimus
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Déc - 18:16
L'oiseau et le jeune homme
Souriant aux questions de la demoiselle, Mélos se sent bien détendu d'un coup finalement. Comme quoi, la discussion d'une agréable femme peut complètement vous faire oublier un désagréable hôte, même s'il est de la meilleure marque, et la femme la plus basse paysanne !

De plus, elle est encore plus intéressante avec son petit chien, ce Dhjaz... Un nom bien spécial, probablement d'origine sombre venant d'un autre pays, mais c'est sa couleur qui attire surtout le regard de Mélos.. Encore un de ces pokémons rares n'ayant pas la même couleur que ceux de son espèces. Il pourrait presque s'en faire le spécialiste au vu de toute les rencontres qu'il fait avec ces anormalités sur pattes ! Mais pour le moment, ce n'est pas le sujet, et il écoute la demoiselle avec attention, posant ses mains sur les flancs, ce qui fait que sa laporeille, obligée de s'accrocher pour ne pas glisser sur l'épaule, préfère grimper sur la tête du Plongeur et d'un geste expert, s'asseoir dessus sans tomber où lui faire mal. Et de cette position, elle peux bien regarder les habits de la femme, qu'elle trouve sublimes ! Les yeux brillants d'envie, elle regarde les belles dorures des bijoux et le peau rouge qui entoure le corps de la femme, tentant la patte comme pour espérer la toucher alors qu'elle est bien loin tout de même.

Toutefois, à la dernière question de la demoiselle, ou plutôt d'Ariah, et il regarde son coffre en soupirant, un peu désappointé qu'elle est remarqué son conteneur de barda, ou plutôt d'artéfact, puisqu'il dispose de deux coffres strictement identiques, puisqu'il à pu investir maintenant que Victoire peut porter toute les charges possibles, ainsi un est rempli de choses complètement banales, et le deuxième pleine de choses qu'il à rapporté de Nimus. Il se reprend bien vite et, en prenant sa compagne par la main, la reprenant sur l'épaule, il dit avec un sourire content qu'on s'intéresse ujn peu à lui :

"Je suppose que je suis un peu des deux ? En vérité je viens de Nimus, je suis une sorte d'explorateur, de scientifique et même de pilleur de tombe. Je va et viens entre Nimus et les Cours de Scémède, les marchés d'Aros et les auberges de Kii pour vendre mes trouvailles, parfois sublimes, d'autrefois... Et bien beaucoup moins utiles à en juger par votre cher Seigneur ! Mais regardez par vous même si vous voulez ?"

Et il s'approche de son coffre, se baissant et laissant tomber Nicea qui se rue quasiment vers les habits d'Ariah pour aller voir de plus près les magnifiques habits et peut être les toucher, non sans lancer un regard à Dhjaz, lui faisant comprendre qu'elle est la plus forte, et s'il veux essayer de se battre, elle le corrigera bien comme il faut avant que sa maîtresse n'ai pu bouger le doigt pour l'en arrêter !

Mélos lui défait les loquets du coffre et l'ouvre en grand, dévoilant des statuettes de pierre à moitié cassées, des pots en fontes noircis, des livres gonflés par l'humidité dans lesquels les écritures sont complètement illisibles, mais aussi des vieilles dagues rouillées, et tout un tas d'autres choses vieilles. Se redressant et laissant Ariah regarder, il ajoute en.. Oui, il faut dire, matant un peu discrètement, ne voulant pas que la belle demoiselle le vois faire.
Pourtant, le principal sujet de la discussion, selon lui du moins, reviens vite et il dit en montrant de la main les "artéfacts" disposés dans le coffre, d'une voix un peu rêveuse :

"Voilà mon travail, je descend dans les profondeurs du monde pour aller ramener des morceaux d'histoire, et je consigne tout ce que je trouve dans mes carnets, et je les vends pour espérer qu'ils soient conservés. Ces objets ont plus d'histoire que chacun d'entre nous, et on certainement vu des dizaines de vie passer ! Enfin, je consigne aussi toute les rencontres que je fait, donc je suppose que j'ai peut être même vu plus de choses qu'eux.. Mais ce n'est pas le même sujet, je divague !"

Se reprenant, cessant de rêver à ce qui aurait pu se passer lors de cette fameuse invasion par les eaux de cette cité engloutie, et referme son interlude, regardant une dernière fois le coffre et ajoutant, encore une fois interrogateur, mais avec cette fois un sourire franc et amusé par ce qu'il va dire :

"Mais dites moi Ariah, vous serez là au repas de ce soir je suppose ? J'espère en tout cas, j'adorerai vous voir danser ! Votre Dynavolt, enfin... Dhjaz, c'est ça ? Il fait partie de votre numéro ou ne sert que de chien de garde ? Si ce n'est pas trop indiscret évidemment ! C'est une de mes vilaines manie, j'adore poser des questions aux gens pour remplir mon journal après, ne m'en voulez pas !"



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Scémède :: Palais du Monarque :: Halls et salons-
Sauter vers: