:: Prélude :: Miroir de l'âme Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Miyuki - rather be the hunter than the prey.

avatar
Or : 0
Origine : Kii
Métier : Escaladeuse
Sexualité : Hétérosexuelle
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 21:09

Miyuki Yoshioka, souvent appelée Miyu pour faire court, ou « la petite Capumain »  pour représenter sa manie de grimper partout, est une jeune femme âgée de 23 ans qui ne vit que pour son métier d'Escaladeuse qui lui permet de récolter les merveilles trouvées par les Pokémon oiseaux et autres qui vivent dans des endroits dangereux et difficilement accessibles. A la fin de la journée, elle finit toujours par retrouver le confort de son village natal, Kii.

Le visage de Miyuki est un parfait mélange de ceux de ses parents, à croire que toutes les générations précédents n'ont servi qu'à moduler ce visage représentatif de deux êtres seulement. La jeune femme possède de grands yeux ronds qui lui donnent un air enfantin, presque toujours étonné et surpris par les merveilles du monde. Bien souvent on se méprend sur son âge et Miyuki n'hésite pas à en jouer pour soutirer quelques faveurs aux habitants du village, sa tête ronde renforçant cette illusion innocente qui en trompe plus d'un. Ses prunelles brunes aux reflets noisettes en été lui donnent cependant une expression plus sombre lorsqu'elle se perd dans ses pensées et qu'elle ne sourit pas, une caractéristique renforcée par ses cheveux couleur d'ébène qu'elle porte fièrement en un carré toujours soigneusement coupé dont les pointes ne dépassent jamais sa mâchoire. Globalement on dit de Miyuki qu'elle a un joli visage, féminin et éclatant, illuminé par la kyrielle d'émotions qui la traversent à chaque instant de la vie.

La jeune femme est de petite taille, n'atteignant les 1m60 que sur la pointe des pieds. Son corps n'est fait que de muscles, notamment au niveau des bras, des épaules et des cuisses. Pour le reste, elle se trouve un peu trop plate à son goût, pas de poitrine extravagante ni de poignées d'amour. Ses formes sont suffisantes pour ne pas dévoiler son ossature mais c'est tout, et elle s'est déjà retrouvée à tricher en rembourrant certaines parties de son corps avec de la laine de Wattouat pour paraître plus en chair. Cependant au quotidien elle apprécie plutôt bien ce physique qui lui permet de partir en exploration et de grimper dans des arbres sans être dérangée par certains attributs féminins.

Ses tenues en général sont toujours les mêmes et sur le terrain elle préfère délaisser les robes pour se vêtir des habits bien trop grands de son père, qu'elle juge plus confortables et plus pratiques pour marcher et grimper un peu partout. Sans son visage, on pourrait facilement la méprendre pour un homme, car même dans sa posture il n'y a rien d'élégant, surtout lorsqu'elle se trouve trempée de sueur après plusieurs heures d'exploration. Mais il ne faut pas se fier aux apparences car une fois débarrassée de la terre sous ses ongles Miyuki peut se transformer en une jolie jeune femme aux robes virevoltantes et à la démarche séduisante. Sa personnalité change également, passant de la bonne vieille paysanne à l'illusion d'une femme plus érudite et distinguée.

Miyuki pourrait sincèrement se confondre avec tous les habitants de Kii car peu de signes permettent de la reconnaître pour sûr. De nombreuses cicatrices parcourent son corps à cause de ses explorations, mais sa peau laiteuse est aussi banale que tous ceux nés dans son village. La jeune femme absorbe les habitudes de ceux qui l'entourent, alors il peut être difficile de lui attribuer un signe réellement distinctif.

Miyuki Yoshioka

Mettre un X entre les []
[X] Le choix entre 3 Pokémon comme dans les jeux.
[] Un œuf de la Région pour être sûr que le Pokémon me plaira.
[] Rien ! J'suis un bonhomme, moi !
[] Le choix pour voir... sinon je prendrais un œuf
You gotta be so cold to make it in this world ~
Les émotions de Miyuki oscillent constamment entre peur et émerveillement. Coupée pendant toute son enfance du monde extérieur, la jeune femme manque cruellement de codes sociaux malgré les efforts de ses parents. Ainsi la plupart du temps elle ne sait pas comment réagir face à une situation, et c'est seulement après un long débat intérieur qu'elle parvient à faire quelque chose. Si elle commence à connaître les habitants du village, la jeune femme se trouve particulièrement méfiante envers les étrangers qui croisent sa route, et en fonction de son humeur du jour elle sera soit très agressive, soit très accueillante. Les situations sociales l'épuisent souvent car elle se demande toujours si elle fait bien, si elle n'est pas trop aimable ou si elle devrait l'être plus ; son esprit fonctionne constamment et lui envoie bien souvent des idées contradictoires. Pour palier à son manque d'adresse sociale, Miyuki se forge en imitant les autres, là est sûrement son plus grand défaut, car si vous connaissez tous les villageois, vous pouvez être certain de tous les retrouver dans les manières de la jeune femme.

Cependant quelques traits sont propres à la demoiselle, il faut simplement gratter la surface pour s'en rendre compte. Pour commencer, Miyuki est passionnée d'escalade, de dangers et d'adrénaline, un univers bien à elle qui lui est venu lors de sa première expédition en extérieur. Pour elle la liberté ne s'obtient qu'au sommet du plus grand arbre ou de la plus haute montagne, et si elle pouvait voler elle ne toucherait plus jamais la terre ferme. Elle ne vit que pour sa prochaine aventure, avide de découvertes, jamais effrayée par les obstacles qui pourraient lui barrer la route. Téméraire dans l'âme, Miyuki ne recule jamais devant la difficulté physique, et son esprit plutôt futé et stratégique lui permet de toujours parvenir à son objectif. Ainsi la brunette a une résistance à la douleur plutôt incroyable puisqu'elle est déjà montée à un arbre avec une entorse sans sourciller. Il n'est pas rare de la voir débarquer ensanglantée, avec les genoux et les coudes écorchés, mais ça ne l'empêche jamais de repartir le lendemain.

Miyuki nourrit une personnalité totalement différente lorsqu'elle n'est pas en expédition, puisqu'une fois chez-elle elle redevient une jeune femme calme, aux mots doux et à la discrétion sans faille. Que ce soit envers ses parents ou envers les habitants de Kii, Miyu est toujours prête à aider, le sourire aux lèvres et la main sur le cœur. Sa gentillesse est sans égale, mais seulement lorsqu'elle a appris à connaître son interlocuteur car elle peut parfois se révéler réservée, méfiante. Sa susceptibilité est parfois excessive, elle a tendance à tout prendre au premier degré ce qui peut en agacer plus d'un, mais elle cherche toujours à s'excuser lorsqu'elle se rend compte de sa maladresse. Miyuki se caractérise par sa capacité à apprendre tous les jours, sans cesse en quête d'amélioration, tant dans ses connaissances que dans son caractère. Elle ne fera une erreur qu'une seule fois car aussitôt elle va chercher à la comprendre pour ne plus jamais la refaire.

Elle écoute plus qu'elle ne parle, dotée d'une empathie certaine dont un être mal intentionné pourrait user à son avantage. Miyuki donne beaucoup aux autres une fois qu'elle leur fait confiance, mais une fois cette dernière brisée, il serait impossible de la réparer. La jeune femme a la rancune tenace et si ce n'est pas encore arrivé, elle sait qu'elle peut très facilement couper une personne de sa vie si elle la juge trop toxique. Miyu n'est pas forcément têtu mais elle a des valeurs qu'elle essaie de respecter et la violation de ces dernières peut réellement l'abattre. Elle veut que son entourage partage sa vision du monde ce qui peut l'amener parfois à des colères internes très violentes car elle ne comprend pas le fonctionnement de certaines personnes.

Enfin, Miyuki peut simplement se résumer par sa joie de vivre qui l'accompagne tous les jours. Elle voit du positif partout, même la journée la plus piteuse peut se transformer en vrai rayon de soleil. Son regard est toujours posé à mille endroits à la fois, elle veut tout découvrir, tout voir et un rien l'émerveille. Elle possède un carnet de dessins depuis son enfance et tous les soirs elle prend le temps de le remplir des mille images qui ont peuplé sa journée, avec une catégorie toute réservée aux Pokémon et aux portraits des habitants du village.

I've been dreaming of this since a child, I'm on top of the world ~
Avant ses huit ans elle ne connaissait de l'extérieur que son maigre carré de jardin et les quelques endroits du village où ses parents voulaient bien l'accompagner. Non pas qu'elle était réellement enfermée chez-elle ou maltraitée, mais Miyuki a hérité de parents surprotecteurs qui ne se fiaient qu'à eux-mêmes pour empêcher leur petite fille d'être un jour blessée. C'est une frustration énorme qui a alors accompagné la fillette pendant de nombreuses années, ne regardant l'extérieur que depuis la fenêtre de sa chambre, nourrissant l'espoir d'un jour explorer les limites au-delà du village. Elle passait alors son temps à dessiner et à imaginer, ses carnets de coloriage remplis de croquis d'une contrée invisible. Elle s'imaginait un univers effrayant, parsemé de dangers et de monstres, car pour quelle autre raison ses parents refuseraient-ils de la laisser découvrir le monde ? Malgré son envie de braver l'interdit, Miyuki ne désobéit jamais à ses parents envers qui elle avait une confiance aveugle. Ils étaient bienveillants et l'occupaient le plus possible, sa mère lui enseignant les bases rudimentaires de la médecine des plantes pendant que son père lui concoctait les meilleurs jeux de piste qui l'occupaient pendant des heures entières. Ils auraient pu continuer ainsi pendant des années.

Mais avec l'âge vint la curiosité, de plus en plus insatisfaite. Les jeux de son père ne l'intéressaient plus autant et savoir soigner ne lui servait à rien puisqu'elle ne connaissait personne qui avait besoin d'être guéri. Miyuki passait ses journées dans le jardin à espionner les voisins espérant obtenir des informations sur le monde extérieur. Rien que les entendre parler l'imprégnait d'une excitation profonde, elle se plaisait à imiter leurs comportements bien différents de ceux de ses parents, elle déguisait ses petites poupées en bois fabriquées par sa mère de la même manière que la jeune femme qui vivait juste à côté d'eux. Elle rêvait d'eux, se voyait sauter la clôture entre les deux jardins pour se présenter et pourquoi pas leur demander des histoires sur le monde autour. Car ses parents refusaient catégoriquement de lui révéler les secrets de l'univers et cela l'attristait de plus en plus. Ses voisins ne revenaient jamais blessés de leurs expéditions, au contraire c'était une famille épanouie dont les rires cristallins imprégnaient toujours l'atmosphère. Pourquoi Miyuki ne pouvait-elle pas rire avec eux, elle qui se forçait de plus en plus à rire aux blagues de ses parents qui ne lui faisaient plus aucun effet ? La fillette se surprenait souvent à observer le ciel enviant aux oiseaux qui le parcouraient leur liberté.

A huit ans cependant la jeune fille comprit pourquoi ses parents ne la laissaient pas sortir, car même dans leur propre maison ils ne parvenaient pas à se protéger. Miyuki vit sa première flaque de sang un matin d'hiver sur le sol de la salle d'eau, et paniquée elle retrouva sa mère en pleurs dans la cuisine. Aussi loin que ses souvenirs l'emportaient, elle n'avait jamais vu sa mère pleurer. Avant de pouvoir dire quoique ce soit, son père l'avait prise dans ses bras et l'avait installée dans sa chambre en lui demandant d'être sage, de ne pas déranger maman avec la promesse qu'il reviendrait tout lui expliquer. Comment faire comprendre à une fillette de huit ans qu'elle aurait pu avoir au moins cinq frères et sœurs si seulement son père et sa mère avaient réussi à les protéger ? Des maladies, du dur labeur et parfois du monde extérieur trop violent et trop injuste. Que si Miyuki n'avait jamais pu sortir et s'ouvrir à un univers bien trop vaste, c'était parce que ses parents ne voulaient pas perdre le seul enfant qui avait un jour respiré ? La jeune fille comprit seulement que le monde n'offrait pas les mêmes choses à chacun, et que si ses voisins vivaient pour l'extérieur ses parents brûlaient à son contact. Cependant à sa demande ils l'emmenèrent explorer les environs une journée seulement : la plus belle de toute sa vie. L'air n'avait pas la même odeur que chez-elle elle en était persuadée, et toutes ces nouvelles choses à découvrir lui avaient donné un joli mal de crâne. Ce fut sa première journée dans le monde, et elle se promit d'y retourner un jour.

Pour le bien de ses parents elle demeura sage quelques années encore, jusqu'à ses treize ans environ, âge de transition entre l'enfance et l'adolescence. La phase si anodine de rébellion adolescente semble-t-il se manifeste même lorsque l'enfant n'a jamais été en contact avec ses pairs, et commença pour la famille un véritable calvaire. Miyuki voulait retourner voir le monde, elle en avait aussi marre de parler à ses vieux jouets tombés en lambeaux. Crise sur crise elle en voulait à ses parents et ne se calmait que lorsque leurs larmes ruisselaient sur leurs joues creuses. Mais elle recommençait le lendemain, dirigée par une soif d'exploration de plus en plus grande, par un manque de sociabilité qui l'oppressait jusque dans son sommeil. De quoi parlaient les filles de son âge ? A quoi ressemblaient les beaux garçons du village dont sa mère faisait si souvent référence ? Ses carnets de dessins ne suffisaient plus, son imaginaire semblait bridé par sa rage. Elle voulait sortir, plus que tout.

Et elle le fit, lors d'une douce nuit d'automne, peu après son seizième anniversaire. Ses parents dormaient profondément et elle en profita pour se glisser hors de la maison sans un bruit. En dehors du jardin elle ne connaissait que l'épicerie du coin, quelques ateliers de marchands chez qui sa mère l'emmenait lorsqu'elle n'avait pas le choix. Mais le village était un vrai labyrinthe pour l'adolescente, surtout en pleine nuit. Pourtant, rien ne pouvait l'empêcher de progresser à travers les petites ruelles de Kii, les yeux pétillant de bonheur et d'émerveillement. C'est cette nuit si particulière que Miyuki grimpa à un arbre pour la première fois, et perchée sur sa branche elle savait que plus jamais elle ne se sentirait aussi libre si elle restait chez ses parents. Le lendemain matin elle trouva ces derniers sur le seuil de la porte, effondrés, paniques ; seulement à ce moment elle s'était rendue compte de l'inquiétude qu'elle avait dû leur infliger. Eux qui avaient tout fait pour la protéger se retrouvaient de nouveau confrontés à sa perte. Mais cette fois-ci elle fit abstraction de leurs larmes et avec fermeté elle s'imposa pour la première fois de sa vie. Soit ils la laissaient sortir, soit elle partait. Bien sûr elle n'avait pas songé à la façon dont elle allait se nourrir, ni où elle pourrait dormir. Sa soif de vivre et non plus de survivre était beaucoup trop puissante.

Au grand étonnement de Miyuki, ses parents acceptèrent après maintes négociations de lui laisser deux jours par semaine à l'extérieur. L'adolescente avait le choix entre accompagner la mère au village ou rejoindre le père dans les champs. Elle alterna entre les deux pendant des années, s'aventurant de plus en plus loin, découvrant tout ce qui lui avait été caché jusqu'alors. Les Pokémon lui semblaient bien plus nombreux désormais et elle était fascinée par ceux qui volaient, grimpaient, usaient de leur talent pour monter encore et toujours plus haut. Bien sûr, elle découvrit aussi les joies de la vie sociale. Bien que très timide et maladroite dans ses paroles, Miyuki saisissait chaque occasion pour apprendre à connaître les habitants de son village, et elle forgeait sa personnalité en copiant celle des autres. Elle se fit une amie, puis deux, rencontra enfin ces jeunes hommes qui faisaient l'unanimité au village. Elle était heureuse, elle vivait.

Mais à ses vingt ans, elle jugea que sortir deux jours par semaine n'était pas assez. Elle décida de prendre réellement son indépendance, au grand désarroi de ses parents. Miyuki à vingt ans était une jeune femme pleine de vie, maladroite, au physique très développé par tous les efforts physiques qu'elle faisait. Labourer les champs, attraper des baies trop hautes, gravir les rochers de Kii pour trouver à manger... elle décida de se spécialiser dans l'escalade car son esprit rêveur n'était satisfait que par l'adrénaline de la grimpe et par la beauté du paysage qui l'attendait une fois au sommet de son entreprise. Elle se blessa de nombreuses fois, sa première cicatrice fit tourner de l'oeil sa mère mais sa cinquième lui valut une bonne crise de rires car Miyuki s'était endormie en haut d'un arbre sans avoir attaché sa corde d'escalade. Trois ans plus tard, la jeune femme ne peut rêver d'une meilleure vie, entourée par ses parents, ses journées occupées à dénicher des objets plus ou moins rares aux recoins des plus hautes falaises et des arbres les plus lisses.

Elle se demande chaque jour de quoi sera faite sa prochaine aventure.

(inventaire 3 objets max)
Une Corde Sortie, car quelle Escaladeuse serait-elle sans cet équipement indispensable ?
Un Bec Pointu offert par son père pour lui faciliter le travail.
Une Baie Maron pour lui rappeler de ne jamais s'endormir en exploration.

Et toi dans tout ça ?
Infos pratiques : Moi c’est Marine, 20 ans !
Comment avez-vous connu le forum ? Grâce à Maeko qui me l’a fortement recommandé !
Depuis combien de temps faites-vous du rp ? 10 ans l’année prochaine.
Disponibilité : Je passe tous les jours, au niveau du Rp ça dépend vraiment de la vie, j’ai cours la semaine et je travaille le week-end, mais en général je fais en sorte de ne pas faire attendre plus de deux semaines pour un Rp.
Avatar: Mickasa Ackerman – L’attaque des Titans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 728
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Déc - 11:13

Choix du starter


La dernière (première) étape

/!\ Pour que Miyuki se sente moins seule et surveiller son état de santé quand elle était jeune, ses Parents lui ont offert ce.tte Togepi. Le petit Pokémon suit partout la grimpeuse mais depuis qu'elle part à l'aventure, iel n'est plus capable d'être à ses côtés. Peut-être Miyuki pourra trouver une façon pour ne pas rester séparer de son ami.e d'enfance ?


/!\ Baudrive est définitivement un Pokémon original pour faire de la grimpette. La jeune femme est revenue un jour avec cette créature mais ce qu'elle n'a pas dit c'est que le Pokémon a voulu l'enlever... Finalement, on dirait qu'ils s'entendent bien et lae Baudrive peut facilement porter le matériel ou les récoltes de Miyuki.


/!\   Rencontré dans les hauteurs, Feuillajou est un.e excellente grimpeur(euse). Iel était venu.e piquer dans un nid de Roucarnage un oeuf, quand la jeune Kiioise s'est pointée. Ils ont fait tellement de bruit que les protecteurs de la couvée les ont chassés fissa ! Depuis cette mésaventure, Miyuki et Feuillajou combinent leurs capacités et travailler en tandem !


Faites votre choix en indiquant le sexe de votre Pokémon et si vous souhaitez tenter le dé shiney


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 0
Origine : Kii
Métier : Escaladeuse
Sexualité : Hétérosexuelle
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Déc - 11:46
Merci beaucoup pour ces choix, les petites histoires personnalisées c'est vraiment très chouette mais ça rend les choses vachement plus compliquées ahah, je les veux tous. ;w;

Après réflexion cependant je vais prendre un petit Baudrive mâle, parce que le coup de l'enlèvement est quand même vachement intéressant et original ! Je vais aussi tenter le dé Shiney parce qu'il est beau de toute façon. love

Merci encore ! keur leur lov
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Prélude :: Miroir de l'âme-
Sauter vers: