Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
 :: Scémède :: Bourg-Flora :: Champs de fleurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans un parfum des plus enivrants - Solo

avatar
Or : 325
Origine : Hastérion
Métier : Scribe
Equipe : ; ;
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Déc - 4:11
Comment en était-il arrivé là ? … Facile, il s'était perdu. Virgile s'était toujours targué d'avoir un excellent sens de l'orientation, et c'était vrai... La plupart du temps. Pourtant, il devait se rendre à l'évidence... Il était perdu, affreusement et irrémédiablement perdu. Peu importait les informations qu'on lui avait donné, ni les résolutions qu'il avait bien pu faire... Ni même la prudence qui l'habitait pourtant habituellement.
Virgile était curieux, et peut être le soleil de Scémède lui avait trop tapé sur la tête. Il avait oublié cette prudence qui était pourtant sienne et s'était écarté du chemin qu'il aurait du prendre... Oh, à l'origine, il s'était dit Juste un petit peu Virgile, tu ne t'éloignes pas trop, mais profite de ton voyage pour découvrir un peu le monde ! … Ah ! Maudite voix intérieure ! Maudite envie d'en apprendre plus ! Maudit soleil qui tapait bien trop fort sur sa peau d'arosien. Il avait chaud, horriblement chaud et ce, malgré la chemise légère de Scémède qu'il s'était procuré. Il avait l'impression qu'il ne pourrait jamais s'aérer suffisamment. Suffoquait-il ? A peine.
Pourtant, il pouvait en voir deux qui étaient pour le moins heureux de retrouver un peu de soleil. Sire-Lumière et Gargantua profitaient à quelques mètres devant lui. Si l'un semblait butiner les fleurs – il n'était cependant pas certain que les Mucioles puissent réellement butiner – l'autre humait et appréciait simplement les rayons de l'astre solaire.
Ainsi, le trio de comparses s'était vraisemblablement perdu dans ce qui était un énorme champs de fleurs... Mince, comment avaient-ils fait ?
Enfin, peut être n'étaient-ils pas réellement perdu... Peut être qu'avec un peu d'aide, ils retrouveraient aisément leur chemin. En réalité, le scribe avait plus ou moins prévu de demander son aide à Sire-Lumière pour qu'il s'envole et scrute les alentours. Cependant, l'insecte ne semblait pas vraiment disposé à l'aider. Non, il était bien trop heureux de pouvoir batifoler sans se les geler dans la nuit d'Aros...
Alors Virgile prenait son mal en patience, tentant de refouler ses nerfs et sa peur. Et s'ils restaient là trop tard ? Il avait entendu dire que la ville ne s'illuminait pas comme Aros... Après tout, leur Dragon n'était pas comme le leur, il n'illuminait pas toute une ville pendant les nuits les plus sombres pour offrir la lumière à ses sujets... Ainsi, si la nuit tombait, ils devraient camper là.. Seul... En terre inconnue... Malgré la chaleur, il réprima un frisson avant de soupirer longuement pour réguler sa respiration.
Bieeeen... Tant qu'à faire, autant essayer de profiter comme ses compagnons le faisaient... Il était là après tout, et il ne reviendrait sûrement pas de si tôt... Le bougre avait clairement hâte de retrouver le climat hivernale de sa ville natale... Quel comble, lui qui supportait mal le froid !

Il ne leur fallut donc pas longtemps pour apercevoir au loin quelques ruines qu'il ne parvint cependant pas à identifier, peut être devrait-il se rapprocher pour en apprendre plus...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 838
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Déc - 16:44

 

Attention !


Un Pokémon sauvage apparaît...



Un Scarhino Normal ♂

Tandis que Virgile s'approche des ruines, sa route croise celle d'un Pokémon de Scémède. Il jette un regard courroucé à l'humain, trouvant déjà assez désagréable que d'autres monstres parcourent ses hautes herbes, mais il ne charge pas immédiatement. Surtout, pas de gestes brusques..



Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 170
Origine : Scémède
Métier : Noble de la Cour de Scémède; instructeur d'équitation et de maniement des armes
Equipe : RENNEN, Cabriolaine ♂ - Herbivore - naïf
Niveau 10
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Jan - 3:57
«C’était une journée comme celle-là, te souviens-tu Rennen

Bien entendu qu’il se souvient, même s’il lève les yeux au ciel devant cette énième mention d’un fragment de notre histoire. Un soleil tout aussi vigoureux brillait dans un ciel printanier alors, lorsque nos destinées s’en sont trouvées entremêlées. Il y a quelque chose dans la délicatesse de ce jour qui me rappelle avec mélancolie et enthousiasme notre première rencontre, dans les montagnes lointaines d’Edelweiss. Je me languis de mon royaume d’accueil, celui où j’ai grandi à l’abri des extravagances de la Cour du Palais de Scémède que j’ai lâchement fui aujourd’hui. Ce soleil, par projection plus que par réel rapprochement, me pousse aux souvenirs. C’est probablement la paix qui m’habite, comme à chaque fois où mes caprices m’entraînent au-delà de ces murs qui n’ont de toute manière jamais véritablement su contenir toute cette énergie. Dans tous les cas j’apprécie l’instant, malgré l’irritation feinte de mon compagnon qui désormais a l’habitude de mes sensibilités et de mes épanchements. Il n’y a bien qu’à lui que je les réserve sans gêne car de tous il le comprend le mieux. Si le Cabriolaine fait mine de ne plus s’intéresser, il s’approche tout de même, quémandant une caresse qui me force à abandonner mon épée dans son fourreau. Je ne refuse jamais son affection. En cet instant je suis simplement heureux de l’avoir à mes côtés, aussi débordant d’émotivité puis-je être. Rennen n’a jamais trouvé cette tendance chez moi gênante. La chèvre des montagnes a appris à composer avec mes états d’âme qui n’ont jamais connu la demi-mesure.

Cet échange, aussi bref soit-il, m’a démis de ma concentration et me rappelle brutalement à l’ordre sur l’intensité de mon entraînement quelques instants plus tôt. Je suis sorti pour parcourir un peu les alentours, mais aussi pour parfaire mes techniques à l’abri des regards. Voilà un bon moment que je m’y atèle, perdant par le fait même toute notion du temps. J’avale quelques gorgées de ma gourde en réalisant la morsure du soleil qui, après une exposition prolongée a rougi ma peau. Tant pis. Une pause à l’ombre sera néanmoins nécessaire et je me rapproche des murs affaissés de ces ruines pour profiter d’une accalmie au frais. En prenant place, j’aperçois une silhouette bouger non loin, un monstre sans l’ombre d’un doute. Je n’ai pas le loisir de la reconnaître qu’elle disparaît déjà, même si je l’appelle et l’invite à se montrer. La curiosité me dévore et je suis tenté de poursuivre celui qui a du surprendre mon entraînement sauf qu’une seconde distraction m’empêche de talonner l’intrus. Cette fois, c’est un humain que je vois au loin. L’autre ne semble pas m’avoir vu. Je me redresse aussitôt pour l’accueillir, impatient de faire de nouvelles rencontres. Ren m’imite pour mieux courir en direction de l’inconnu, animé de toujours cette même énergie débordante qui nous caractérise tous les deux.

Ainsi vêtu, je ne risque pas d’être reconnu tel un noble. Malgré la qualité de mon pantalon, il n’en reste pas moins simple et cette chemise blanche trempée de sueur pourrait berner quiconque. Seule mon épée, reposant mollement contre ma hanche, est indicatrice d’une ascendance aisée. J’en caresse le pommeau machinalement à l’approche de l’étranger, non pas par crainte mais par un mécanisme fondé par l’habitude. Je souris en apercevant finalement le nouveau venu, un homme d’environ mon âge et tout aussi blond. Il ne semble pas être du coin dans tous les cas. Peut-être aura-t-il d’intéressantes histoires à conter? Ma marche en direction de cet homme est néanmoins coupée nette quand, des fleurs et autres hautes herbes surgit la silhouette que j’ai surpris tout à l’heure, à quelques pas de l’autre. Sa carapace sombre luit sous le soleil alors qu’il brandit sa corne dans un geste flagrant d’intimidation. Un Scarhino! Un adversaire redoutable, qui fait accélérer la course de Ren. Le Cabriolaine, toujours aussi borné, n’a rien écouté de mes protestations. De toute manière, il est trop tard : l’insecte géant a tourné son attention en direction de l’inconnu et le menace à présent de sa corne.

«Doucement! Surtout ne le provoquez pas, il chargera!»


Rennen s’arrête enfin, voyant bien qu’au moindre mouvement, l’autre humain et ses compagnons risquent gros. Le chevreau peste et râcle le sol dans l’attente interminable de se mesurer à cet impertinent qui se croit maître des lieux. Il s’agit d’une histoire de territoire, je crois. La seule raison pour la laquelle il n’a pas attaqué tout à l’heure est probablement cette épée à mon flanc, un élément de dissuasion puissant. J’attrape le pommeau de celle-ci d’ailleurs, n’osant pas la retirer de son fourreau de peur de provoquer le Scarhino. J’adresse un regard déterminé à l’autre blond pour lui signifier que dans tous les cas je ne le laisserai pas tomber.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 325
Origine : Hastérion
Métier : Scribe
Equipe : ; ;
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Jan - 19:18
A mesure qu'il avançait, il lui sembla pouvoir distinguer une silhouette. Si au début il avait songé à un monstre, il se ravisa. Sire-Lumière et Gargantua ne semblait pas des plus inquiets et ils étaient censé avoir cet instinct propre aux monstres. Enfin... Ca, c'était encore à démontrer. Il comprit un peu plus tard qu'il s'agissait d'un humain, mais avant de pouvoir prendre peur de croiser un bandit, ou d'être heureux de rencontrer un autre de ses congénères qui pourrait lui indiquer le chemin de la ville, un bruissement le fit se figer sur place.
Mince... C'était quoi ça ? Lui qui, l'espace d'une milli-seconde s'était cru tiré d'affaire sentit son sang ne faire qu'un tour dans ses veines alors qu'à ses côtés, une immense masse noire venait d'apparaître. Il n'osa pas directement se retourner mais quand il le fit, il regretta instantanément. C'était un Scarhino, il n'y avait aucun doute là dessus. L'imposant scarabée trônait là, impérial et courroucé. Avait-il pénétré son territoire ? Sûrement pour qu'il arbore un air aussi furieux. Pourtant, il n'avait pas encore attaqué, ni même esquissé un geste dans sa direction. En quelques instants, il avait été rejoint du Muciole et du Nénupiot, et s'il ne savait pas si les deux bêtes l'avaient rejoint dans l'optique de le protéger ou qu'il les protège, il fut tout de même rassuré de voir qu'il n'était pas seul.
Alors, le bon sens lui dicta de lever doucement une main valide et tremblante pour prouver qu'il n'était pas armé, et faire quelques pas en arrière pour prouver qu'il n'était pas agressif. Alors une voix l'interpelle et l'invective. Ne pas le provoquer ? S'il sursauta en l'entendant, il ne put s'empêcher de tourner un regard offusqué vers l'inconnu. Avait-il l'air d'un horrible provocateur ? Avait-il l'air insolent d'une jeune racaille venu défier l'autorité des lieux ? Absolument pas !
Cependant, encore une fois, le bon sens lui dicta de ne rien dire. Premièrement parce qu'il n'était pas certain que sa voix ne sonne justement comme une provocation, mais aussi parce que le nouveau venu était armé.
Ah.
Il n'était pas seul non plus. Il était accompagné de... De... Qu'est ce que c'était ? Le scribe peina à retrouver l'espèce du chevreau qui raclait le sol devant eux alors que son maître se tenait désormais à ses côtés. Pourtant, s'il aurait voulu savoir de quoi il s'agissait, il du admettre à contre cœur que sa curiosité sur les espèces étrangères des pokemons tombait toujours au plus mauvais moment. D'autant que la question avait du mal à quitter son esprit.
Alors, histoire de se focaliser sur l'action plutôt que son cruel manque de savoir, il tourna son visage – trop pâle pour que ce soit naturel – vers l'inconnu. L'épéiste lui avait alors adressé un regard brûlant, déterminé. Il ne sut comment l'interpréter. Etait-ce une manière de lui témoigner son appui, de lui signifier qu'il allait découper le monstre insecte ou encore une menace à son égard Tu n'aurais jamais du venir ici ! Tu vas le regretter !. Il déglutit avant de se morigéner. Non, ce n'était pas ça, ça ne pouvait pas l'être, sinon, il aurai déjà été embroché, n'est-ce pas ?
Alors il fit encore quelques pas en arrière. Peut être se montrait-il lâche. Il était seulement prudent, et désireux de ne pas se retrouver au milieu d'un combat qu'il n'avait pas souhaité.

-J'espère que vous savez ce que vous faites...

Qu'il finit par murmurer à l'attention du bretteur. Il l'espérait sincèrement, parce que si ça ne tenait qu'à lui, il aurait continué à reculer lentement en priant toutes les divinités qu'il connaissait que rien ne lui tombe violemment dessus...
Sire-Lumière suivait son mouvement, peu enclin à l'affrontement avec un monstre qui faisait trois fois sa taille, même plus. En revanche, Gargantua, malgré sa petite taille de Nénupiot, garda vaillamment ses positions et osa même se poster à quelques pas du chevreau – peut être était-ce un Wattouat un peu bizarre ? - prêt à en découdre pour protéger son humain s'il le fallait. L'attention toucha le scribe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Or : 170
Origine : Scémède
Métier : Noble de la Cour de Scémède; instructeur d'équitation et de maniement des armes
Equipe : RENNEN, Cabriolaine ♂ - Herbivore - naïf
Niveau 10
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Jan - 3:03
Malgré la tension qui règne, j’ai laissé mon regard courir contre la carapace solide du Scarhino. Admiratif, je scrute avec humilité ce corps sculpté pour le combat. On m’a dit que les Scarhino possédaient des caractères plutôt doux; celui-ci semble faire exception. Dominant et territorial, ce mâle exhibe les ténèbres de sa cuirasse sous les élans du soleil, émettant un cliquetis menaçant destiné particulièrement au blond qui lui fait face, mais aussi à Ren et moi. Je m’extirpe de ma contemplation émerveillée pour offrir un nouveau regard sévère en direction du chevreau qui, de toute évidence, s’impatience de cette impasse. S’il doit bouger, j’ai vraiment crainte pour l’autre homme qui semble un peu tétanisé par la menace qui lui fait face. D’ailleurs, celui-ci recule, une sage décision. Le Scarhino ne s’avance pas, jetant son attention en notre direction. Si nous savons ce que nous faisons? À moins d’avoir de l’expérience dans la charge de cet insecte géant… Non, évidemment, nous improvisons, mais c’est toujours mieux que de le laisser dans ce mauvais pas à gérer seul n’est-ce pas? Je souris, un peu par amusement, un peu par nervosité. Machinalement, je tire mon épée de son fourreau sous l’œil grave mais bizarrement curieux du monstre, surveillant ses moindres faits et gestes. Pour sa part, Rennen observe la drôle de créature qui s’est joint à lui, partagé entre l’envie de le chasser et la joie de faire une nouvelle rencontre.

Oui sauf que nous aurons l’occasion de socialiser à un autre moment clairement. Mon entraînement militaire l’emporte et mon visage redevient plus neutre alors que je mesure notre adversaire. Je doute de pouvoir percer une telle carapace de ma force brute, et pour piquer il me faudrait m’approcher suffisamment, sans risquer une charge qui sans l’ombre d’un doute me briserait les os.

«Brave Scarhino, toutes nos excuses. Nous n’avions aucune idée que nous empiétions sur ton territoire. Nous n’avons aucune intention de te l’arracher, au contraire. Nous n’avions désir que d’y passer ou peut-être d’en admirer le maître des lieux.»

Peut-être la flatterie fonctionnera-t-elle? Je jette un regard vers l’inconnu pour qu’il m’y aide un peu, sauf que le Scarhino semble plus amusé que touché de mes petites attentions. Je le vois, dans ses yeux, il va charger. D’un bond, il est presque sur moi. J’ai tout juste le temps de lui opposer mon épée qui cogne durement contre sa corne avant de me pousser en toute hâte hors de son chemin.

«Si ce n’était pas après moi qu’il en avait, je serais vraiment admiratif de sa puissance.» je siffle entre mes dents, tentant de voir comment nous allons nous sortir de celle-là. «Rennen, un coup de main?»

Je sais que le petit chevreau n’a aucune chance contre un tel colosse, mais à deux nous pourrons mieux le gérer. Le Cabriolaine s’empresse de me rejoindre alors que le Scarhino fait volte-face. Le petit profite de la distance pour utiliser ses lianes pour décontenancer l’insecte en tirant sur une patte arrière. La brute tombe dans la poussière, se redressant avec frustration. Il se jette sur mon ami et d’un coup de corne l’expédie dans les airs. Rennen s’écrase brutalement au sol à quelques pas de moi. Je n’ai pas le temps d’accourir que déjà notre ennemi est sur moi. Je valse avec lui, épée contre corne, pendant quelques coups. Il est bien plus fort que moi et me pousse en direction de notre protégé.

«Je fuirais si j’étais vous, m’sieur!»


Heureusement pour mes bras qui fatiguent, Ren s’est redressé et fonce sur le Scarhino d’une charge qui le fait se reculer. Pour ma part je recule, haletant. Les coups contre mon épée ont été si violents que je sens à peine mes mains, engourdies et douloureuses. Nous n’allons pas abandonner, par maintenant, même si le Cabriolaine reçoit un autre coup, cette fois un Tranch’Nuit qui l’envoie paître à nouveau. D’un cri rageur, je pique en direction du flanc, mais il m’a vu venir. L’insecte géant stoppe ma lame de son bras, grimaçant de douleur sous le choc. Il recule, affaibli par nos attaques, mais encore en pleine forme. Dans ses yeux par contre, il y a quelque chose de nouveau. Du respect?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Scémède :: Bourg-Flora :: Champs de fleurs-
Sauter vers: