:: Kii :: Sommets et plateaux :: Sources chaudes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bases et Sources |Solo|

Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Nov - 2:32
L’entraînement matinal, à quelques pas du soleil, les a laissés épuisés mais satisfaits. Il s’agit d’une habitude, entretenue avec le temps et l’intérêt. Tous, parmi ce quatuor improbable, s’entendent pour s’avouer charmés de leurs séances de pratique minutieuse au lever du soleil. Une initiative suggérée par Kenta et qui désormais s’inscrit dans leurs mœurs. Même Fuyumi ne rechigne pas dans les airs frais du matin, à se hisser de rocher en rocher pour mieux améliorer sa condition physique. Depuis, on remarque une amélioration nette chez elle. Son Tranch’Herbe est maintenant en mesure de pulvériser de petits amas de roc trouvés dans ces montagnes. Elle impressionne ses deux confrères qui, depuis, ne la considèrent plus telle une petite chose fragile. Avec son caractère de princesse, elle leur a prouvé rapidement où était leur place, soit bien sûr sous elle dans la hiérarchie. Il n’y a qu’à Maeko qu’elle réserve son côté le plus tendre, mais Yôko et Kenta ont pris l’habitude de ses caprices, cela ne les empêche pas de l’apprécier malgré tout. L’Otaquin, pour sa part, s’ajuste de plus en plus à cette nouvelle vie. Il y a encore des moments où il quitte de nombreuses heures durant vers quelque destination inconnue, mais il revient toujours vers celle qui a conquis son cœur et amenuit ses réserves. Au final, il n’est pas mécontent. Son arrivée dans l’équipe a changé beaucoup de choses. Son esprit combattif les a contaminés.

Pour Maeko, Kenta est véritablement une révolution. Grâce à l’Otaquin elle ose là où elle se rétractait rapidement auparavant. Ses sorties aux alentours du village se font de plus en plus fréquentes. La jeune femme n’a pas encore tout à fait envie de partir, mais de découvrir un peu chaque jour lui apporte beaucoup, même si elle n’est pas encore tout à fait honnête par rapport à cet aspect de sa vie encore. Elle projette simplement, pour le moment, d’améliorer leurs habiletés. Et c’est ce qu’ils faisaient ce matin jusqu’à ce que leurs pas ne les mènent à ces sources d’eau chaude naturelles. Maeko s’est empressée de poser ses effets sur le sol, se délestant de sa robe pour s’immerger toute entière dans l’étendue d’eau. Aussitôt, elle soupire d’aise, se surprenant à sourire. Ses Pokémon la suivent aussitôt. La Croquine se laisse simplement flotter à la surface alors que les deux mâles se reposent dans un coin. Parmi les effets de la jeune femme, laissés sur une pierre non loin d’eux, on y trouve son sac avec quelques vivres, son luth ainsi que la boîte offerte par le marchand contenant les fameuses friandises que la musicienne a presque oublié.

C’est cette boîte qui attire l’attention de Kenta qui sursaute comme si on l’avait appelé. Curieux, il s’extirpe de l’eau sans trop attirer l’attention de ses compagnons et se glisse jusqu’au sac de Maeko. Un coup de museau lui suffit pour ouvrir la boîte et dévoiler la rangée de bonbons appétissants. Ne pouvait s’en empêcher, l’otarie en grignote un qui se dévoile avec un goût un peu trop particulier pour lui. Abandonnant son projet de manger les autres, il revient vers le groupe en nageant. Néanmoins, ils ne sont plus seuls, car on entend non loin un son. L’humaine sursaute et observe les alentours, espérant qu’il ne s’agit pas d’un voyageur. Kenta scrute aussi les environs, avide d’un combat… c’est juste dommage qu’il se sente un peu bizarre là…
Revenir en haut Aller en bas
Le Passeur
Or : 883
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Nov - 14:38

  

Attention !


Un Pokémon sauvage apparaît...


Un voyageur ? Peut être ! En tout cas, probablement pas celui auquel s'attendait Maeko, puisque le bruit vient d'un trognon de pomme qui tombe au sol. Aucune silhouette n'est visible, seulement cachée dans les arbres, mais il y a bien quelque chose qui semble la regarder d'en haut, dissimulé dans l'ombre...
Toutefois, le mystérieux inconnu sort des feuillages avec une vitesse incroyable, presque surhumaine, et atterie dans les bains avec un plouf qui finalement, n'est pas si impressionnant que ça !
Restant sous l'eau quelques secondes, la sombre chose finit par remonter à la surface et c'est un...
UN MONSTRE !


Un Capumain mâle !


Bon certes, pas des plus effrayant, c'est sûr. Mais en tout cas, il est bien là, dans le bain, à même pas un mètre de la demoiselle, et... Il a l'air blessé ? C'est bizarre, mais il saigne du nez, et ne quitte pas la jeune Kiioise des yeux... Enfin, il ne la regarde pas exactement elle mais plutôt un peu plus bas... Bizarre tiens !



Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Le Passeur
Or : 883
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 1:10

 

This is Halloween


Pas de chance...

Peu après l'ingestion du bonbon, votre apparence change de façon inquiétante, comme si vous vieillissiez en accéléré. Votre peau se détend, votre vue baisse, vos muscles perdent en vigueur, peut-être même commencez vous à avoir quelques douleurs au niveau des articulations.. Si vous vous demandiez à quoi vous ressembleriez une fois vieux/vieille, vous êtes servi.e !



Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Nov - 2:25
L’impulsion au combat court dans les veines de Kenta qui cherche dans les environs l’auteur encore invisible de ce bruit. Son instinct l’y pousse, sa nature même l’interpelle. C’est plus fort que lui, l’envie de jouer. Sauf qu’il y a au creux de son estomac une sensation qui vient freiner ses ardeurs grandissantes. Il ne remarque pas tout de suite l’effet que la friandise produit sur lui tandis qu’il s’approche du bord de la source, le nez levé en direction des arbres d’où il croit avoir perçu ce bruit. Maeko et les autres ne se sont pas autant alertés, poursuivant leur détente en vaquant à leurs humbles occupations. Puis, surgissant des plus hautes branches, l’ennemi se dessine. D’un bond spectaculaire, il atterrit au centre de la bassine, éclaboussant au passage le petit groupe réuni. L’humaine émet un léger cri, prise de surprise par cet éclat soudain, imitée par Fuyumi qui s’empresse de la rejoindre. Pour sa part, Yôko est tombé à la renverse et émerge un peu abasourdi, cherchant à comprendre ce qui vient de lui arriver. Seul l’Otaquin n’est guère étonné de cette entrée haute en couleur, jetant un regard peu amène vers le responsable qui finalement émerge. Une tête violette, parée d’un sourire si grand qu’il vous cause ce malaise. Le Capumain n’a aucune honte du tour qu’il vient de jouer, mais il se fige dans ses pouffements de rire.

Le singe vient d’apercevoir la silhouette nue de Maeko qui s’est redressée dans l’étendue d’eau. Sa longue chevelure sombre retombe maintenant en fins pinceaux délicats sur sa poitrine et son dos, tranchant nettement contre sa peau de lait harmonieuse. Le portrait qu’offre cette fragile jeune femme qui l’observe de cette expression figée entre un stoïcisme obstiné et la surprise non assumée le fait tomber sous son charme. Il n’a pas l’habitude de tomber sur des êtres vulnérables, même si la jeune fille ne l’est probablement pas autant qu’il pourrait le croire. Elle ne réagit d’ailleurs pas beaucoup à sa présence, occupée à le scruter d’un air presque absent quand un jet d’eau vient percuter le Capumain de plein fouet. Son auteur, un Kenta furieux, n’a pas hésité une seule seconde à repousser l’impertinent qui en plus s’est permis de reluquer sa dresseuse? Oh non, ça ne passera jamais sous sa protection. L’Otaquin a appris à apprécier l’humaine et maintenant refuserait qu’il ne lui soit fait quelque mal qu’il soit. Pire. Tout manque de respect envers elle l’atteint directement et Arceus sait à quel point il peut avoir la mèche courte! Le singe boule un peu plus loin, surpris par l’attaque hargneuse qu’il n’avait pas vu venir. Il émerge de l’eau à nouveau, cette fois souriant d’une différente manière. Ses traits trahissent sa frustration tandis qu’il braque contre l’otarie un regard.

Les deux mâles ont bombé le torse, jouant à présent à un jeu d’intimidation. Le Capumain a trouvé quelque chose qui lui plaisait, il ne laissera pas partir son prix si aisément. Kenta siffle, bien plus agressif que lors de son premier combat contre Yôko et Fuyumi. Maeko ne l’a jamais vu aussi furieux et se doute qu’il agit ainsi pour la protéger. Néanmoins, le Pokémon aquatique se met d’un seul coup à trembler violemment, l’estomac chaviré. Son corps, tout d’un coup, se met à lui faire très mal. Il se sent fragile, sec, cassant. Sous le regard horrifié de ses camarades, l’Otaquin se met à changer. Sa peau se ternit et se fane, se plissant de centaines de rides qui n’y étaient pas avant. Là où il resplendissait d’une forme resplendissante quelques instants plus tôt, brillant de jeunesse et d’audace, il ne reste plus que repli, doute et vieillesse. Quelque chose s’est produit sous leurs yeux, quelque chose de bien plus sérieux que cette étrangeté qui a affligé Maeko deux semaines plus tôt. La friandise d’Arabis, cette fois, a complètement changé les lois que connaît l’humaine. Elle aussi se met à trembler, troublée par ce qu’elle vient de voir, ne comprenant pas tout de suite ce qui peut se passer et le cœur battant d’un malaise qui lui pourrit la gorge.

«Kenta…?»

Celui-ci ne répond pas. Ses sens se trouvent émoussés, sauf peut-être son odorat qui lui permet encore de repérer près de lui la dresseuse. Sous ce corps frêle et vieux se cache encore le fier Otaquin. Maeko n’a pas le temps de réagir que le Capumain a sauté sur l’occasion, profitant de la faiblesse du Pokémon aquatique. Le pauvre s’écroule devant le coup de griffes qui lui est porté, vaincu. La musicienne court à lui en l’appelant par son nom tandis que Yôko et Fuyumi prennent place devant elle pour la protéger… Qui sait ce que pourrait faire le singe après avoir attaqué un vieillard sans plus de défenses? Mae tire de l’eau son compagnon qu’elle ramène à sa poitrine en tremblant, cherchant en elle la tristesse qu’il y aurait dû avoir, ou du moins la détresse. Mais elle ne ressent rien, rien que la peur. C’est possiblement la première fois depuis longtemps qu’elle réalise à quel point certaines portes se sont refermées en elle. La jeune femme recule, Kenta contre elle, secouant la tête devant les agissements du singe qui festoie sans vergogne. Quel impertinent! Et surtout quel imprudent. Ne vous ai-je pas compté les caprices du Fuyumi? Il se trouve que parmi eux se trouve celui d’embêter ses compagnons et sa dresseuse. Ce droit, elle se le réserve et à elle seule. Son Tour Rapide surprend tout le monde, d’autant plus qu’il projette de l’eau dans tous les sens. Il touche de plein fouet sa cible, qui atterrit lourdement sur un rocher, là où la Croquine le suit en laissant entendre des grondements contrariés.

Si le Capumain tente un Jet de Sable pour désorienter son adversaire, Fuyumi évite d’un bond plutôt agile pour un Pokémon aussi petit et rond. Elle contre-attaque aussitôt d’une pluie de feuilles tranchantes en direction du Capumain qui émet un petit cri de douleur. De toute évidence, il n’apprécie pas trop l’attitude de cette femelle. Le Pokémon sauvage claque de la langue, embêté par cette petite chose qui l’empêche d’obtenir ce qu’il désire : la jeune fille. Il se retourne vers elle et se décide à ignorer la Croquine en sautant dans le bassin à nouveau et se dirigeant vers Maeko avec toujours ce même sourire aux lèvres. Laissée en plan sur la berge, le monstre fruit gonfle les joues de frustration, peinant à croire l’impertinence de ce stupide primate! D’un bond furieux, elle saute sur son adversaire, le plaquant au passage et l’envoyant directement le nez dans l’eau. Elle saute encore et encore sur son dos dans un cri à la fois adorable et complètement effrayant, dans l’objectif clair de lui faire avaler plus d’eau que d’oxygène. Le Capumain, forcé sous l’eau, balance sa queue pour tenter de griffer son assaillante que rien ne semble pouvoir arrêter. Il a néanmoins un grand avantage sur le monstre de type plante : il est doté de cinq bras plutôt que deux! Profitant du fond de l’eau peu profond, il parvient à se projeter vers l’avant, balançant par le fait même un coup de queue dans la bouille de Fuyumi qui est propulsée plus loin.

«Débarrasse nous de lui, Fuyumi! Tu peux le faire! Ce Capumain s’est moqué de nous, il a blessé Kenta. Fais ce que tu veux de lui. Montre-lui qui nous sommes.»

Même si le «nous» reste encore à définir. Même si leur groupe n'a pas encore cette identité propre, ce but commun. Elle veut tout de même l'affirmer devant l'adversité. Il est des parts de Maeko qui ne sont pas totalement pacifistes, pas autant que ce qu’on aimerait croire d’elle. Dans tous les cas, elle ne peut pas croire la cruauté dont a fait preuve le singe face à ce pauvre Otaquin qui au moins semble s’être stabilisé sans toutefois s’être amélioré. La jeune femme finit par repérer, sur les berges de la source, la fameuse boîte de friandises ouverte et… une friandise manquante! C’est donc ce qui explique l’état étrange et inquiétant dans lequel se retrouve son allié. Pendant ce temps, Fuyumi s’est relevé pour mieux rassembler autour d’elle des feuilles tranchantes qui volent en cercle au-dessus de sa tête. De plus en plus nombreuses, elles forment un nuage menaçant et brillant. Maeko écarquille les yeux : c’est la première fois que la Croquine produit une attaque aussi impressionnante! Même Yôko a ouvert la bouche, impressionné par la puissance cachée de cette drôle d’énergumène qu’est sa compatriote.

«Maintenant, Fuyumi!»

La petite ne se fait pas prier. Ses feuilles s’abattent impitoyablement sur le Capumain qui les reçoit de plein fouet. Le choc le propulse sur la berge où il s’écroule, sonné. Maeko soupire de soulagement, pouvant enfin donner son attention entière à Kenta qui a heureusement ouvert les yeux, terrifié par son état. Devra-t-il rester toujours ainsi?

Résumé du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Passeur
Or : 883
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 18:16

  

Bravo !


Fin du combat
Et dire que le Capumain venait juste pour profiter un peu de la vue, ça lui apprendra à être si malpoli non mais ! Non seulement il vient embêter les gens dans leur intimité, mais en plus il ose attaquer un vieillard ! Pauvre Kenta, lui qui était si jeune tout à l'heure, le voilà maintenant tout rabougri ! J'espère que ça passera vite, sinon il n'aura même pas le temps d'évoluer qu'il ne sera plus en âge de se battre ! En tout cas, j'en connais une qui commence à pas mal se débrouiller en combat ! N'est ce pas Fuyumi ? C'est qu'elle pourrait presque se battre contre les grands toute seul bientôt !

Tu as utilisé l'objet : Aucun

Ton post combat fait 6604 lettres et le Capumain adverse est K.O.. Ainsi Kenta et Fuyumi gagnent 6 niveaux avec 2 niveaux bonus !

Tu peux aller Ici pour signaler le gain de niveau. N'oublie pas de mettre à jour ton Répertoire !


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 22:58
Malgré l’écartement du danger, Maeko n’a plus quitté l’Otaquin des yeux depuis la fin du combat, quelques instants plus tôt. Les dernières feuilles retombent mollement contre l’eau placide de la source chaude, avec en leur centre une forme encore juchée dans une position défensive. La Croquine, elle, a le regard rivé vers cet impertinent qui se redresse très péniblement avant de prendre la fuite en direction des montagnes, profitant de sa vélocité pour semer sa poursuivante qui le houspille de loin. La poitrine de Fuyumi gronde encore de colère tandis qu’elle fait volte-face pour considérer sa dresseuse qui ne lui adresse pas même une œillade, trop éprise par ses inquiétudes vis-à-vis l’otarie vieillissante. La jalousie alimente aussitôt son cœur courroucé, prenant racine dans toute l’agressivité qu’elle vient de manifester. Boudeuse, le monstre fruit patauge jusqu’aux autres. Yôko l’accueille, le front barré d’angoisse. Lui non plus n’aime pas trop cette manifestation étrange qui a forcé Kenta à un vieillissement précoce. Ses prunelles rougeâtres et troublées font un peu reculer la femelle sur ses frustrations. Elle lève finalement les yeux vers l’Otaquin, accueillie par Maeko qui se penche à sa hauteur pour qu’elle puisse l’observer, peut-être lui venir en aide? Si l’humaine ne lui offre pas l’attention qu’elle espère, Fuyumi frissonne tout de même à ses mots :

«Merci, Fuyumi. Tu as préservé son honneur, tu nous as protégés.»

La Croquine observe sa dresseuse, le regard luisant, comme transportée par ses mots. Le monstre de type plante a beaucoup voyagé de sa vie et rencontré toutes sortes d’êtres plus étranges les uns que les autres. Jamais elle n’a ressenti cette sensation, au creux de son estomac, celle d’appartenir. À une cause plus grande qu’elle, à une famille. Un sourire sincère s’affiche sur son visage qui soudain s’inonde de lumière. Fuyumi se sent s’élever, grisée tandis que les regards autour d’elle s’écarquillent. Même Kenta s’est éveillé, vert de jalousie et confus devant l’évolution soudaine de sa comparse. Maeko, elle, n’a pas osé bouger. Elle scrute avec émerveillement un bras émerger du monstre en transformation pour mieux se tendre vers l’Otaquin dont elle caresse la joue. Candine apparaît avec un sourire tendre. L’otarie ne sait pas comment réagir… il est vrai que la femelle a fait tout ça pour lui. Il se détend donc et ferme les yeux. Il a l’impression que le mal qui l’afflige s’est stabilisé.

«F-Fuyumi?»

Maeko n’est pas certaine de reconnaître son amie, mais celle-ci hoche la tête sous ses tous nouveaux traits. La jeune femme la scrute intensément, impressionnée par cette transformation.

«Incroyable! Tu es magnifique, Fuyumi. Félicitations.»

La jeune femme se redresse pour aller poser son ami contre le rocher, le temps de se rhabiller. Au final, leur détente aura été de courte durée, mais un amas de nuages s’est formé rapidement dans le ciel, annonçant une pluie prochaine. Dans ces circonstances, Maeko préfère gagner une grotte des environs plutôt que de risquer le bien-être de son malade.

«Mettons-nous à l’abri pour le moment. Fuyumi, tu peux nous trouver un endroit sécuritaire pour passer la nuit?»


Même si le coucher du soleil ne s’annonce pas avant quelques heures, le chemin vers le village leur prendrait trop de temps maintenant, ralentis par l’Otaquin incapable de bouger et cette pluie qui risque de rendre leur progression difficile. La Candine ouvre leur marche et déniche rapidement une vaste crevasse où ils se posent. Ils ont tout juste le temps d’amasser un peu de bois pour faire un feu avant que la pluie ne s’abatte brutalement sur la montagne. Maeko s’active à allumer le feu, vers l’ouverture, pour les réchauffer, après avoir posé Kenta contre son sac. Toute la petite famille se rassemble pour se tenir au chaud, quelque part sur les sommets et monts du royaume Kii.
Revenir en haut Aller en bas
Le Passeur
Or : 883
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 18:27

  

Attention !


Un Pokémon sauvage apparaît...

Il faut croire que la pluie n'a pas que chassé la petite famille. En effet, à peine le feu pris, des petits pas se font entendre, comme si on courrait dans la direction de la crevasse. Et c'est ce qui arrive : une boule de poils débarque dans l'endroit chaud et sec, étant complètement sale et trempée par la pluie.



Une Teddiursa femelle !


Remarquant bien vite qu'il y a quelqu'un, la petite chose regarde les personnes ici, et même si c'est elle l'intruse, elle grogne méchamment. Enfin, méchamment. On va dire plutôt qu'elle veut avoir l'air méchante, mais Maeko comprend bien qu'elle a plus peur qu'autre chose, et cherche un abri plus que la bagarre ! Mais elle est prête à se défendre si besoin !



Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Déc - 23:37
Toute l’équipe s’est blottie près du feu, éreintée par cette matinée pleine de rebondissements et d’émotions. La Candine s’est prostrée légèrement à l’écart, emmitouflée dans la robe de sa dresseuse en méditant sur sa toute nouvelle forme et sur sa place dans l’équipe. Yôko a pris place aux pieds de la jeune femme, roulé en boule dans l’espoir de s’endormir rapidement. Puis Kenta s’est assoupi contre les genoux de sa protectrice, habité de songes étranges. La pluie s’abat contre les parois de la grotte, créant un nuage d’humidité à l’intérieur qui les fait frissonner. Leur cachette n’a rien d’idéal mais au moins ici ils pourront bénéficier de la chaleur apportée par les flammes modestes de leur feu. Maeko pour sa part s’est refermée, le regard perdu parmi les langues orangées qui lèchent le ciel. Sa main, machinalement, caresse la peau asséchée de son compagnon aquatique. Elle est incapable de formuler une pensée cohérente, de même concevoir une solution pour aider l’Otaquin. Elle se sent lasse, dépassée. Peut-être aurait-elle du rester chez elle. Une opinion que partage visiblement un habitant de cette montagne, dont le grognement se fait entendre à proximité.

Yôko se lève d’un bond, tiré d’un sommeil encore fragile. L’esprit embrouillé par les songes qui se formaient lentement dans son esprit, il bondit sous la pluie vers l’origine du grognement. Une Teddiursa apparaît de derrière les fourrées, sale, trempée et gelée. Sauf que le dragon n’y voit rien d’autre que d’un danger potentiel pour lui et les siens. Le sort qu’a subi Kenta l’a rendu nerveux, plus qu’à l’habitude. Il ne retient plus son agressivité, explosant injustement sur l’intruse. D’un violent coup de queue, il l’envoie bouler un peu plus loin d’où elle se relève, tremblant et frustrée. Maeko ne remarque pas tout de suite ce qui se passe, pensant son allié parti chasser comme il en a l’habitude. Toute son attention s’est portée vers le trouble et l’abattement qu’elle ressent devant la condition qui afflige Kenta. Il y a quelque chose dans le portrait de sa situation qui l’empêche d’avancer, de compiler ce qui s’est produit. Malgré les grondements de son ami, elle ne quitte plus ce monde qui l’enferme. Yôko a gonflé le dos dans l’espoir d’intimider la petite oursonne qui s’est présenté à eux en cherchant un peu de chaleur. Il fait fi de la pluie qui s’abat pourtant violemment contre ses écailles en produisant de petits sons presque métalliques. Il est fatigué. Il n’a pas envie qu’on pénètre dans son petit monde, qu’on s’attaque à sa faiblesse : le groupe qui se repose à l’intérieur de la grotte.

La Teddiursa a l’intention d’obtenir refuge, même si ça veut dire de se battre pour. Ses griffes s’illuminent et elle se précite vers son adversaire en multipliant les coups. Yôko esquive tour à tour et s’en suit une danse complexe et rapide entre les deux adversaires. La persistance de l’oursonne a néanmoins raison de la vélocité de Yôko qui touché, recule en grondant. Il fonce sur son adversaire tête première, sa fameuse Charge. La pauvre recule dans la boue, se frottant le ventre où elle a été touchée. Ses yeux s’étirent dans une mimique boudeuse franchement adorable qui ne laisse pas le Bébécaille indifférent. Il s’arrête, incertain de ce qu’il devrait faire. Il est vrai qu’il a sauté sur elle un peu précipitamment n’est-ce pas? Peut-être ne voulait-elle rien de mal…? Le doute a immobilisé le dragon qui ne remarque pas à temps l’approche de la Teddiursa qui lui lèche brutalement le museau. Dégoûté, le mâle piaffe et se recule en tentant de nettoyer son nez de toute cette bave. Cette réaction semble amuser beaucoup l’intruse qui s’est mise à rire tout bonnement dans sa tronche. Autant dire que Yôko n’avait pas prévu leur période de repos ainsi. Pas du tout même.

La cohue causée par les deux monstres finit par attirer l’attention de Maeko qui émerge de ses pensées comme dans un rêve. Kenta aussi s’est éveillé, ses sens émoussés et incapables de distinguer ce qui se passe. Pour ce qui est de la Candine, elle pointe la bataille des deux Pokémon à quelques pas de l’entrée de la grotte à l’humaine, dans l’objectif possiblement qu’elle intervienne. La jeune femme se redresse après avoir posé l’Otaquin derrière elle, se dirige à grands pas en direction du combat. Elle remarque aussitôt que l’ourson est trempé et tremblant de froid. Malgré l’état de vulnérabilité de Yôko, trop dégoûté pour vraiment porter attention à son adversaire, elle n’attaque pas. Trop épuisée? Malheureusement pour elle, le Bébécaille reprend ses esprits et saute sur son adversaire avec une nouvelle charge. La Teddiursa atterrit directement dans la boue et se redresse difficilement, la lèvre tremblante. De grosses larmes s’échappent de ses yeux, accompagnés de sanglots pathétiques. Yôko n’y prête plus trop attention, trop absorbé par la perspective de gagner ce combat. Pourtant, il est évident que la petite n’est pas en état de combattre, même qu’elle ne le désire pas vraiment. Maeko s’approche de la petite et la récupère rapidement dans ses bras avant de l’amener près du feu, la posant à proximité. La pauvre n’a même réagi au contact de l’étrangère, trop prise par sa grosse peine.

«Le combat est fini, Yôko, viens te poser près du feu.»

Le calme dont fait preuve Maeko fait réaliser la futilité de ce combat à Yôko. Le dragon s’empresse d’obéir, reprenant sa place près de sa dresseuse. Maeko s'adresse doucement à la nouvelle venue:

«Réchauffe-toi autant que tu veux. Tu es le bienvenue ici, à condition de ne faire mal à personne. Nous nous engageons à la même chose.»

Résumé du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Passeur
Or : 883
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Déc - 14:07

  

Bravo !


Fin du combat
Finalement tout est bien qui fini bien ! Enfin, on peux pas dire parfaitement bien, puisque la petite oursonne c'est quand même faire bien maltraitée avant d'avoir accès au repos, mais elle n'avait pas qu'à être agressive non ? Et puis elle n'est pas pas, tout va quand même bien, personne n'est blessé, juste fatigué, et avec ce temps de chien, ça se comprend, tout le monde à besoin de dormir et de se calmer.

Tu as utilisé l'objet : Aucun

Ton post combat fait 3528 lettres et la Teddiursa adverse s'est calmée. Ainsi Yoko gagne 4 niveaux.

Tu peux aller Ici pour signaler le gain de niveau. N'oublie pas de mettre à jour ton Répertoire !



Sauf que ça ne se termine pas comme ça... Quelque chose vient troubler le silence de la grotte à peine retrouvé...

Une voix parvient à Maeko dans le vent, comme si elle était lointaine, très lointaine, mais qu'elle s'approchait de plus en plus. Difficile de distinguer ce que la voix dit, mais elle semble énervée en tout cas.

Finalement elle se calme, pendant quelques instants il n'y a plus rien que le vent qui viennent frapper contre la paroi de la grotte et la pluie battant les roches de la cachette. Et puis d'un coup violent, la voix surgit à l'entrée de la grotte en même temps que la figure de la personne qui possède la dite voix :

-Batar ! Tu es ici je le sais ! Montre toi !

Un fermier faisant irruption dans la grotte semble patibulaire, trempé, et surtout énervé. Toutefois quand il se rend compte que c'est un jeune femme et pas son "Batar" il semble se renfrogné, et sans s'excuser, maugréant juste, s'apprête à partir.
Toutefois, il aperçoit du coin de l'œil sa cible... La petite tedhiursa serait elle l'a dénommée Batar ? En tout cas l'oeil du fermier s'engorge de sang en voyant la petite créature, qui se recroqueville de peur face à lui. Il crache quasiment la suite sur Maeko :


Vous avez essayez de me l'a voler hein ? Déjà que c'est une bonne à rien, je vais vous apprendre à me voler mes bêtes ! Saleté, Peste, attaquez !

       
Cet amoureux des pokémons semble t-il, envois donc de colère des deux bêtes, qui entrent dans la grotte, la bave au lèvres de rage semblant aussi énervés que leur maître, et avec aussi peu de cervelle. En tout cas Maeko peut avoir peur de cet agresseur énervé, d'autant plus qu'elle n'a jamais vu les créatures qu'il envoie aux combat, provenant probablement de régions lointaines.


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Déc - 20:36
Le sommeil les gagne rapidement une fois la Teddiursa bien installée auprès d’eux à la chaleur crépitante du feu. Celui-ci n’est plus que braises rougissantes lorsqu’une voix cause un sursaut général parmi l’attroupement endormi. Maeko, particulièrement, s’éveille sur ses gardes, habitée d’un drôle de pressentiment. Son redressement soudain cause un certain chaos à ses pieds où ses alliés sont extirpés violemment de leurs songes par le mouvement brusque de leur dresseuse. La voix retentit à nouveau, tel un appel. La musicienne jette un regard inquiet aux monstres qui l’entourent. Une femme seule dans une grotte éloignée de toute civilisation aurait certainement représenté un appât intéressant pour les moins bien intentionnés. Heureusement, Mae peut compter sur la protection de ses trois compagnons ce qui ne l’empêche pas de s’inquiéter à l’approche d’un homme bourru, à la barbe fournie et à l’abdomen distendu par des années d’abus. La Kii ne l’a jamais vu auparavant ce qui la pousse à se questionner. Qui donc ose mettre les pieds dans le territoire de son peuple et de s’y prétendre roi? La jeune femme lève un regard plein de mépris vers l’intrus, repliant les pans de son kimono contre elle dans un geste de réserve. Or, l’homme n’a aucun intérêt pour elle. Sitôt il a repéré la Teddiursa qu’il se met à scander avec une prononciation atroce quelques paroles d’une indécence qui aussitôt froissent la fière représentante de ces contrées.

«Je vous demande pardon monsieur, pardonnez mon oreille mais je n’ai rien compris à votre chantage. Vous voyez je ne parle pas le langage des étroits d’esprit. Vous saurez que je n’ai absolument rien volé, si simplement la vérité vous intéresse.»

Maeko peine à croire qu’il existe aussi rustre et stupide que l’être qui lui fait face. L’autre tempête, envoyant contre eux ses deux chiens, deux créatures que la Kii n’a jamais vu auparavant. Originaires d’ailleurs possiblement, mais pas moins dangereux. L’un d’entre eux, elle le suppose, doit être une forme évoluée tandis que l’autre semble puissant et surtout décidé. Tous deux dépourvus de volonté propre, obéissent comme ceux qui n’ont connu que le bâton et les limitations qui accompagnent un style d’élevage autoritaire et violent. Le doux visage de la jeune femme s’est voilé d’une ombre. Elle ne ressent rien d’autre qu’une irritation grandissante mais pas de colère là où il y aurait probablement dû en avoir. Une fois de plus, elle se dissimule derrière un certain dédain et une suffisance pour éviter de trop s’impliquer dans cette situation. Pour leur part, les monstres qui accompagnent la jeune Kii vivent toutes les difficultés du monde à retenir leur colère. Kenta particulièrement déteste qu’on s’adresse à sa protégée de cette manière. Il a laissé derrière lui les fresques de la vieillesse et sent son corps jeune et vigoureux. L’étrange sort qui l’a condamné à la faiblesse quelques heures auparavant semble s’être dissipé. Maeko ne le remarque pas tout de suite, son attention tournée vers les deux chiens qui se jettent à leur rencontre.

Le Ponchien inquiète particulièrement la musicienne. Celui-ci se dirige à toute allure en direction de Yôko qui a entouré son corps d’une lumière, son attaque Patience. Le Rocabot suit non loin derrière, visant plutôt un Kenta qui s’est avancé pour le défier. Maeko réalise enfin que son allié ne souffre plus de cette étrange vieillesse précoce et cette pensée la fait fléchir dans son attitude méprisante. Elle perd pied un instant, soudain envahie d’un soulagement qui lui fait monter les larmes aux yeux. Malheureusement, la violence du combat l’empêche de totalement s’emporter dans son émotivité toute nouvelle. Le Bébécaille est renversé par le Bélier de son adversaire, allant s’écraser lourdement au sol. L’Otaquin a plus de succès, évitant la Charge pour lancer en direction du chien de roc une attaque Pistolet à O qui le touche. Dans un glapissement mécontent, le chiot se recule en direction de son aîné, grognant pour mieux intimider ses adversaires. Kenta profite de l’accalmie pour se glisser jusqu’à Yôko et de l’aider à se relever en l’encourageant de cris énergiques. Fuyumi n’a pas osé quitter sa dresseuse pour sa part, prête à sauter dans la mêlée si nécessaire.

«Vous êtes content je suppose? Votre violence, certainement, donnera d’autant plus envie à cette Teddiursa de vous rejoindre. Appeler vos amis de cette manière, vous devriez avoir honte.»

L’oursonne s’est cachée derrière la Candine, tremblant devant la haine de son dresseur. Frustrée par la situation, Fuyumi jette un regard luisant de haine en direction de l’étranger qui ne réagit même pas.

«Mes amis? Il faut bien une femme pour penser que les monstres sont des «amis». Rentre chez toi avec tes peluches, gamine!»

Maeko pince les lèvres. Elle aurait bien aimé éviter ce combat mais celui-ci s’impose à eux. Yôko se replace en position d’attente tandis que Kenta assure sa protection, restant auprès de lui pour lancer vers ses adversaires d’autres jets d’eau. Mais ce n’est pas suffisant. Rocabot se jette sur lui pour le mordre brutalement, rapidement imité par le Ponchien. L’Otaquin se met à hurler de douleur, s’entourant soudainement d’une grande quantité d’eau pour mieux fuir cette double attaque. Surpris, ses assaillants lâchent prise, lui permettant de se libérer un peu plus loin. Malheureusement, cela permet aux deux chiens de tourner leur attention sur Yôko qui se trouve toujours dans une situation précaire, accumulant l’énergie nécessaire à son attaque Patience! Le Rocabot en profite pour aveugler le dragon de sable trouvé sur le sol de la grotte puis de faire pleuvoir contre lui des cailloux, son attaque Jet Pierres. Pour sa part, Ponchien le mord à une patte. Le Bébécaille, déjà affaibli, émet un grognement de douleur qui alerte Kenta. L’Otaquin, furieux, cherche une issue à cette situation épineuse… Jusqu’à ce que l’illumination ne lui vienne. Mais osera-t-il…?

Une voix envahit la grotte. Pure, harmonieuse, irrésistible, enjôleuse. Les chiens interrompent leur besogne, hypnotisés par la douce musique émise par… Par Kenta? Maeko peine à croire à la beauté sublime du chant de son ami qu’elle a toujours cru imperméable à toute forme d’art. Elle ferme les yeux, se laisse imprégner de cette part intime de son ami qu’elle a cru connaître. Elle se demande pourquoi, pourquoi a-t-il tenu le secret? Quel jeu joue-t-il? La jeune femme vibre, envahie d’émotion face à ce spectacle inespéré. Son regard s’est humidifié de larmes qu’elle ne croyait plus possibles. Les cabots soudain s’assagissent, blessés sans le savoir par cette attaque qui les rend totalement vulnérables. La Voix Enjôleuse subsiste quelques instants jusqu’à ce que derrière eux, la Patience de Yôko ne soit parvenue à sa fin. Dans un vif éclair de lumière blanche, l’énergie accumulée est relâchée, renversant les deux adversaires. Au sol, ils peinent à se relever. Déjà, le petit dragon a sauté sur le Ponchien pour se venger du Bélier et des morsures. Sa queue s’est illuminée d’une lueur violacée… une nouvelle technique? Dans tous les cas, le Ponchien ne se redresse pas suite à cette attaque-surprise.

«Saleté de cabot! Relève-toi!»


Maeko ne dit rien. Elle est concentrée sur le combat. Vengeur, le Rocabot défend l’honneur de son compagnon d’un Jet-Pierres qui propulse le Bébécaille sur le sol à son tour. Le pauvre ne se redresse pas, vaincu. Seul Kenta et le chien de roc tiennent encore debout. L’Otaquin saute sur ce dernier avec un coup de tête puis évite la charge de son adversaire. Un Aqua Jet a finalement raison du Rocabot qui va rejoindre son ami dans la poussière. Le Pokémon aquatique en profite pour mieux intimider le dresseur furieux qui s’est mis à hurler des injures. Obéissant à son instinct, et avec toute l’approbation de la jeune femme, Kenta lui crache un long jet d’eau à la figure qui a le don de le calmer assez longtemps pour que Maeko puisse s’adresser à lui.

«Taisez-vous maintenant. Vous avez perdu. Cette Teddiursa est désormais libre de votre joug, libre de tout humain. Déguerpissez avant que je ne me montre moins clémente envers la vermine que vous êtes.»

«Petite insolente comment oses-t…»


Le dresseur s’interrompt devant le regard mauvais de Kenta qui le fusille du regard. Avec un grognement, l’autre capitule, rappelant d’un sifflement ses deux bêtes qui se redressent péniblement pour le rejoindre.

«Bâtard, si tu oses encore m’approcher je te tue! Pareil pour ta petite princesse. Ça ne se passera pas comme ça pour la prochaine fois.»

«Si vous appréciez la correction, ce sera avec plaisir.»


Maeko sourit avec satisfaction tandis que le dresseur s’éclipse de la grotte en pestant.

Résumé du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Passeur
Or : 883
Origine : Hastérion
Métier : Marchand, Guide touristique, Professeur
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Jan - 11:15

  

Bravo !


Fin du combat
Et bien voilà, retour chez lui pour le méchant fermier ! Je n'ai pas vu quelqu'un d'aussi grossier et méchant depuis un bout de temps, il a mérité la déculotté qu'il s'est prise ! J'espère quand même que ses pauvres pokémons n'auront pas de punition pour ne pas avoir vaincu dans ce combat. En tout cas, la tedihursa est sauvé, et Maeko est maintenant de plus en plus forte en combat, la symbiose avec ses pokémons devient de plus en plus impressionnante ! Elle est en train de devenir une des meilleures combattantes d'Hastérion, j'en suis sûr !

Tu as utilisé l'objet : Aucun

Ton post combat fait 4524 lettres et les Pokémons adverses sont K.O.. Ainsi Yoko et Kenta gagnent 4 niveaux avec 4 niveaux bonus à se partager !

Tu peux aller Ici pour signaler le gain de niveau. N'oublie pas de mettre à jour ton Répertoire !


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
✧ Mélos Brelluma (modo) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 2:08
Si Maeko sourit, elle vit tout de même le pincement d’une légère frustration. Cet étranger ne devrait pas se trouver sur les terres de son peuple et encore moins y faire une telle loi. Heureusement, elle a pu compter sur la coopération de ses compagnons pour la tirer de ce mauvais pas, mais que serait-il arrivé sans leur protection explicite? La jeune femme réalise que sa capacité à explorer son environnement a directement quelque chose à voir avec la rencontre des trois monstres qui font maintenant partie de sa vie. Ce sont eux, avant tout, qui ouvrent ses possibilités. À présent, le fermier grincheux les quitte et elle s’en tire bien! Ce n’est pas dit qu’elle aura toujours autant de chance. D’autres viendront assurément, plus forts et plus rusés. Avant d’y penser, Maeko a d’autres priorités. Elle se dirige en toute douceur de Kenta qui n’a pas senti son approche. Son contact tranquille le fait sursauter. Il trouve dans ses traits une émotion qu’il n’avait jamais vu auparavant, qu’il ne sait pas vraiment interpréter et qui le percute en plein visage. La dresseuse le décroche de terre pour le serrer avec soulagement sur sa poitrine. Tant de mots se bousculent sous son crâne! Tant de choses qu’elle aimerait lui dire en cet instant… Un seul pourtant franchit ses lèvres pourtant :

«Merci.»


Merci d’être rétabli de son mal étrange, merci pour cette personnalité déterminée qui éclaire ses pas, merci pour la protection. Mais surtout merci pour la belle voix, pour ce spectacle. Elle le repose, voulant poursuivre ce moment. Une urgence la retient néanmoins : Yôko repose toujours inconscient sur le sol. La musicienne le récupère dans ses bras avec douceur. Le petit dragon semble juste épuisé, mais pas trop mal en point, ce qui rassure la brunette. Sachant son compagnon en sécurité, elle peut s’adresser à nouveau à Kenta.

«Ta voix… elle est extraordinaire, Kenta.»

L’Otaquin baisse la tête, gêné, fermé. Maeko ne relève pas. Elle le laisse reprendre contenance, s’avançant vers la Teddiursa cette fois.

«Tu es libre de tes actions maintenant. Pars et ne te retourne pas.»

L’oursonne ne se fait pas prier, prenant la direction opposée à celle prise par le fermier quelques instants plus tôt. La musicienne s’empresse de rassembler ses effets et de prendre le chemin du village, encore émerveillée par la musique inespérée de Kenta.
Revenir en haut Aller en bas
Zozo le Cadoizo
Or : 290
Origine : Hastérion
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 2:08
Le membre 'Maeko Iwasaki' a effectué l'action suivante : Fin RP


'Dé Nimus ' :


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Maeko Iwasaki
Or : 125
Origine : Kii
Métier : Musicienne
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 2:09
Faites pas attention au dernier tir de dé, je me suis gouré -___-
Revenir en haut Aller en bas
Zozo le Cadoizo
Or : 290
Origine : Hastérion
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 2:09
Le membre 'Maeko Iwasaki' a effectué l'action suivante : Fin RP


'Dé Récompense ' :


Compte PNJ ne pas MP

✧ Yukiteru Ito (fonda) ✧ MP
✧ Céleste (admin) ✧ MP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Kii :: Sommets et plateaux :: Sources chaudes-
Sauter vers: