:: Scémède :: Artario :: Place centrale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tourne-toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi [Libre]

Kaliska
Or : 305
Origine : Unys
Métier : Exploratrice
Sexualité : Ne sais pas
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 0:15
Tourne-toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi .
Même sans avoir de missions, je suis du genre à explorer. J'aime bouger, voyager, voir des nouvelles personnes. C'est pour cette raison que je me trouve aujourd'hui à Scémède et plus précisément sur la place centrale d'Artario. Pour cela j'ai changé de tenue, je n'allais pas venir ici dans mon accoutrement habituelle. Sauvage, mais avec du savoir vivre tout de même. J'ai opté pour une tenue rouge et dorée, rappelant légèrement une armure. Bon peut couvrante certes, elle laisse une partie de mon ventre nue. Mais il fait atrocement chaud dans cette région aussi ! Et puis j'ai opté pour un bijou qui tient mes cheveux en une queue-de-ponyta. Eh oui, cette coiffure ne changera jamais.

Meika et Yahto marchent à côté de moi, ils sont sages et ne chamaillent pas ... encore en tout cas. Ils s'apprécient, là n'est pas le problème. Mais ils veulent savoir qui est le plus fort, alors ils se battent régulièrement. Ce que je demande juste c'est qu'ils se tiennent correctement quand il y a du monde. Je n'ai pas envie qu'on nous regarde de travers. Même si je ne passe visiblement pas inaperçu avec mon accoutrement.
Enfin je suis là pour la visite et le tourisme. J'ai eu d'excellents échos de cet endroit, un lieu agréable et des boutiques sympathiques. Je vais sûrement repartir avec deux ou trois petites choses. Des souvenirs pour mes parents et pour Maeko sans doutes.

Le monde pullulent sur le place, mais ça n'est pas désagréable. Les gens sont suffisamment aimables pour que je garde mon calme. Et puis cet endroit est magnifique, je prends alors place sur un banc disponible et je profite du soleil. Ne prêtant plus attention au monde qui m'entoure.
Revenir en haut Aller en bas
Virgile Marcial
Or : 357
Origine : Hastérion
Métier : Scribe
Equipe : ; ;
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 1:20
On lui a dit que s'il venait à Scémède, peu importait la raison, il serait vraiment dommage qu'il reparte sans voir Artario. Etant un scribe, peut être pas un esthète mais un minimum cultivé, il était certain qu'il puisse apprécier à sa juste valeur la ville dite la plus touristique d'Hastérion. Ca... Il n'en était pas certain ! En bon petit Arosien, il aurait défendu bec et ongles le fait que sa ville était certainement la plus visitée de toutes ! Le port assurait la diversité à Aros. Et puis, au moins là bas, les étrangers ne risquaient pas de fondre sous une chaleur écrasante. Ce qu'il oubliait de mentionner dans son petit débat mental, c'est que le climat de sa ville natale était loin d'être le plus favorable en Hastérion, mais peu lui importait. Il avait beau être frileux, la blancheur des murs arosiens et la bise glaciale venant de l'océan lui manquaient affreusement.
Regrettait-il son détour à Artario ? Absolument. La chaleur l'épuisait horriblement et sa peau blanche venue du nord accusait mal la réception des rayons du soleil. Au fil des jours, il avait peu à peu pris une jolie teinte d'Ecrapince et si on lui avait prescrit un onguent à base de bave d'Ortide et de confiture de baie pêcha – et sûrement autre chose, mais il n'avait pas eu le courage de demander des précisions – qui l'avait apaisé pour un temps, il avait commencé à peler sur le bout du nez... Quel pays de sauvages !
Oh ça, en vérité, les gens étaient adorables. Certes il ne comprenait pas tout à fait leur patois rustre ni leurs coutumes parfois un peu primitives, mais jamais un scémédois ne l'avait laissé dans le besoin. Ca, il devait bien le reconnaître ! Ce qui ne l'empêcha pas de jouer les mauvaises langues et de pester mentalement sur à peu près tout ce qui pouvait se trouver dans son champs de vision.
En revanche, il prit tout de même soin de s'arrêter dans quelques échoppes et ainsi jouer les bons petits touristes. Il était parti chercher quelques spécialités locales à ramener au Phare à son retour afin de s'attirer les bonnes grâces de ses collègues. Un bon plan, excellent même... C'était sans compter sur le sens des affaires des scémédois. Ah ça ! Ils étaient rustres les bougres et ils savaient clairement pourquoi ils avaient ouvert leurs boutiques : le bénéfice et arnaquer les étrangers.
Oh... Il avait bien tenté de lutter, arguer qu'il n'était pas touriste et ce même si son nez pelé et son front rouge témoignaient du contraire... Il était tout de même sorti de ses emplettes avec trois statuettes de bois sois disant pour le prix d'une, quelques colifichets porte-bonheur et même une toile représentant le palais du Monarque, peinte par le petite dernier, roulée sous le bras.
Alors Virgile se rendit compte : il était comme les autres, un pigeon. Le pire, c'était qu'il était presque fier de ses acquisitions. Presque, parce que non seulement le sourire de Sire-Lumière lui rappelait sans cesse qu'il avait assurément fait une mauvaise affaire et parce que le soleil ne manqua pas de l'écraser à nouveau dès qu'il sortit de la boutique. Pestant, il souffla sur une mèche rebelle qui osait coller à son front en sueur et finit par se jeter sur le banc le plus proche à l'image d'un Wailord des plus gracieux.
… Ah, il était beau le représentant arosien, fier et digne, sifflant presque comme un ancien en fin de vie... Il se demandait toujours pourquoi il avait fait acquisition de la peinture. Autant les statuettes tenaient dans sa sacoche en cuire – spécialement achetée pour le voyage car des plus résistantes – autant la toile l'encombrait plus qu'autre chose... Ah ! Oui ! L'acheter signifiait aider un artiste dans le besoin à accomplir son rêve. Et puis aussi, la peinture utilisée était censée briller dans le noir pour révéler une autre image du palais et il s'était alors soudainement très curieux de voir le résultat ! … … Mince ! Comment avait-il pu gober un truc pareil ?!
Pestant intérieurement, il s'excusa pourtant poliment à sa voisine de banc pour la gêne occasionnée mais n'eut aucunement l'intention de se lever pour chercher un meilleur endroit. D'autant que ce banc-ci se trouvait à moitié à l'ombre et qu'il n'avait absolument aucune envie d'en chercher un autre qui partageait la même caractéristique.

Ainsi donc se retrouva t-il assis là, essuyant la sueur qui pouvait couler de son front avant de détacher ses cheveux et de les ramener une nouvelle fois en arrière en un chignon qui tiendrait – du moins l'espérait-il – plus longtemps. Jamais n'eut-il autant envie de se raser le crâne qu'en ce jour ! Et puis, parce qu'il faut bien en parler (et pas du tout parce que je l'avais oublié), Sire-Lumière, toujours ravi de leur présence dans une contrée des plus ensoleillé, c'était posté sur le dossier du banc juste à côté de l'épaule de son humain. Il semblait clairement amusé par la situation et pour un peu, s'il en avait eu la capacité, il aurait éclaté de rire pour donner une bonne tape bien bourrue dans l'épaule du scribe... Il en aurait été mal avisé car si le bougre avait réussi à se dégoter des vêtements plus adapté au climat, dont une chemise blanche et légère, il avait pris le soleil à travers le tissus. Il ne savait pas que c'était possible, mais même ses épaules avaient rougies !
Revenir en haut Aller en bas
Kaliska
Or : 305
Origine : Unys
Métier : Exploratrice
Sexualité : Ne sais pas
Equipe :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 23:31
Tourne-toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi .
Assise sur mon banc, je profite de ce soleil qui me caresse la peau. Ah que ça fait du bien, je dois avouer que ce temps ensoleillé me manque quand je suis à Kii. Quelques rayons de soleil en plus seraient les bienvenus, m'enfin, je ne vais pas me plaindre. Je suis satisfaite de ma région ahah. J'aime juste garder mon teint halé et je trouve que la chaleur est une sensation agréable ... contrairement au froid. Brrr, je n'aime pas du tout quand le temps se refroidis, j'en grelotte rien que d'y penser.
Meika et Yahto sont d'ailleurs comme moi, ils sont allongés près de moi. Affalés sur le sol comme deux loques, une pause de peut pas faire de mal. Je rehausse ma queue-de-ponyta et bascule légèrement ma tête en arrière afin de profiter un maximum.

J'essaye de faire abstraction du bruit et des différemment mouvements qui m'entourent, les gens sont pressés tout d'un coup. J'aime l'ambiance de cet endroit, pourtant la foule, je n'apprécie pas énormément. Je passerai pour des jours entiers ici. J'avoue que je ne suis pas très à l'aise en société, enfin, c'est surtout que je ne sais pas comment me comporter. Je connais la politesse et ce genre bien évidemment, on est quand même bien élevée à Kii ! Mais alors les conventions sociales ça me dépasse, surtout en ce qui concerne les femmes. Je dois dire que la lance accrochée dans mon dos attire les regards et pas que des coups d’œil amicaux. Loin de là.

Une agitation particulière me sort néanmoins de mon moment privilégié, j’entrouvre un œil. Un homme s'est assis à mes côtés, quelle surprise. D'habitude, les gens m'évitent vu mon allure. Il n'a pas l'air au meilleur de sa forme, j'ai même l'impression qu'il ronchonne. Une mauvaise journée ? Sûrement. La situation m'arrache un lécher sourire. Puis il s'excuse, c'est rare. Une personne se dit rarement désolée, encore moins un homme. Je me redresse.

-Il n'y a pas d'mal, réponds-je

J'hésite à lancer une conversation, après tout, je ne le connais pas. Je n'ai pas tellement envie de partir dans une éternelle discussion, mais à côté de ça, je suis quand même curieuse. Curieuse d'en apprendre plus sur lui, cet homme m'intrigue. Il dégage une aura différente des autres. Un pokemon insecte posé sur son épaule, il s'agit d'un Muciole si je ne me trompe pas. Je remarque également un bandage autour d'un de ses bras. Est-il cassé ? Meika me donne des légers coups de tête, voulant monter sur mes genoux. Je l'attrape et la dépose sur mes cuisses. Yahto suit le mouvement et grimpe de lui-même.

-Cette chaleur n'vous réussit pas visiblement, vous allez bien ?
Demandé-je, sans chercher à dissimuler mon accent.
Revenir en haut Aller en bas
Virgile Marcial
Or : 357
Origine : Hastérion
Métier : Scribe
Equipe : ; ;
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Jan - 23:58
La réponse le surprit et le prit plus au dépourvu qu'il ne l'avait escompté. En réalité, il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'on lui réponde, il s'était excusé plus par politesse que par réelle envie de débuter la conversation. Pourtant, la voix de la jeune femme à ses côtés – et un ton bourru qu'il n'aurait pas deviné si elle n'avait pas ouvert la bouche – avait attiré son attention et il s'était redressé pour poser un regard à moitié hébété sur elle.
Au début, son regard fut clairement attiré par les deux monstres qui grimpaient sur les jambes de sa voisine de banc, ceci dit, il remonta bien vite les yeux de peur d'être mal perçu. Ce fut alors seulement qu'il remarqua la lance et qu'il pâlit presque instantanément. Le visage crispé, il eut du mal à détourner son attention de la lame brillante au soleil, lame qu'il devinait acérée. Mince. Il déglutit doucement en se raisonnant. Elle ne devait être qu'un genre de mercenaire, peut être de Kii, les femmes là bas avaient la réputation d'être sauvages et farouches... C'était sûrement cela. Une originaire de Kii, qui partait en voyage, comme lui, qui venait d'Aros. Ce n'était pas 'étrange' de rencontrer des gens venant de tout horizon.
Il finit donc par descendre les yeux vers le visage de la jeune femme, plus ou moins rassuré. Il ne s'agissait certainement pas d'une voleuse ou d'un bandit... N'est ce pas ?
Pourtant, le bougre, incapable de soutenir un regard baissa bien rapidement le sien sur ses bottes alors qu'elle lui demandait s'il allait bien.

-Pardon ?

Tac au tac, il ne s'attendait pas à ce qu'on lui adresse la parole, encore moins à ce que l'on s'intéresse à son état. Alors, nerveusement, il se racla la gorge et s'essuya le front une nouvelle fois.

-Hum... Oui ?

Puis, se rendant compte qu'il devait bien paraître idiot à ne pas savoir donner une affirmation claire et précise, il se reprit.

-Je veux dire.. Oui. C'est simplement que ça change d'Aros, ha ha.

Et le petit rire gêné qui faisait toute la différence. Il baissa à nouveau le regard, l'air contrarié de ne pas savoir aligner deux mots sans bredouiller ou sans finir son affirmation sur une question. En plus de cela, il parlait sûrement trop. Bravo Virgile, maintenant, tu es officiellement un touriste ! Il se consola comme il put en se disant qu'il avait déjà l'air d'un touriste, et qu'il pouvait déjà attirer les regards envieux s'il ne faisait pas attention.

L'idée le fit pâlir à nouveau et tel un Fouinette, il se redressa pour observer les alentours. Ceci dit, conscient qu'il devait paraître curieux, il se racla la gorge une nouvelle fois.

-M-mais vous, ça a l'air de vous réussir... Le climat je veux dire ?

Magnifique, éloquent, absolument magique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hastérion :: Scémède :: Artario :: Place centrale-
Sauter vers: